Les premiers hélicoptères H160 de la gendarmerie finalement livrés qu'en 2024

Les premières livraisons des hélicoptères H160 prévues en 2023 sont décalées à 2024. Airbus Helicopters attend toujours la commande des 10 H160.
Michel Cabirol

2 mn

Les futurs hélicoptères H160 de la gendarmerie renforceront les capacités de projection au bénéfice du GIGN et du Raid mais aussi des escadrons, des CRS, a expliqué à l'Assemblée nationale le patron de la gendarmerie.
Les futurs hélicoptères H160 de la gendarmerie renforceront "les capacités de projection" au bénéfice du GIGN et du Raid mais aussi "des escadrons, des CRS", a expliqué à l'Assemblée nationale le patron de la gendarmerie. (Crédits : Gendarmerie)

Les premières livraisons d'hélicoptères H160 destinés à la gendarmerie glissent déjà. Attendues initialement en 2023, elles interviendront finalement qu'en 2024. Pourquoi ? Parce que la commande, prévue cet été, est toujours en attente de la part d'Airbus Helicopters. Plus la commande tarde, plus les livraisons sont décalées. "On attend les deux premiers (H160, ndlr) pour les JO", a annoncé début octobre à l'Assemblée nationale le directeur général de la gendarmerie, le général Christian Rodriguez. La commande devrait être signée d'ici à la fin de l'année concomitamment à celle du HIL (Hélicoptère interarmées léger) destiné aux trois armées (Terre, Air et Marine).

Dans le cadre du plan de relance en faveur de l'aéronautique, le ministère de l'Intérieur doit acheter dix hélicoptères H160 à la gendarmerie et a déjà commandé deux H145-D 3 à la sécurité civile pour un montant total de 232 millions d'euros. Selon le patron de la gendarmerie, le prix d'un H160 s'élève à "20 millions d'euros pièces", a-t-il précisé mi-octobre au Sénat. La gendarmerie a déjà bénéficié de 20 millions d'euros en 2020 grâce à l'ouverture de crédits de paiement dans le cadre de la troisième loi de finances rectificative (LFR 3) de 2020.

Des hélicoptères de projection

Ces appareils, qui vont remplacer dans la flotte de la gendarmerie les plus vieux Écureuil (26 AS 350 monoturbines ayant 34 ans d'âge moyen), renforceront "les capacités de projection" au bénéfice du GIGN et du Raid mais aussi "des escadrons, des CRS", a expliqué à l'Assemblée nationale le patron de la gendarmerie. Des missions que la gendarmerie a "du mal à faire aujourd'hui". Ces 10 H160 apporteront "beaucoup en réactivité et en efficacité". à l'image de ce que faisait la gendarmerie "il y a 30 ans avec les armées".

Progressivement, les H160 ayant une capacité de transport (jusqu'à 2 tonnes et 11 personnels) remplaceront les trois flottes actuellement en service dans la gendarmerie, qui disposait de 56 appareils au 1er janvier 2020. Outre les 26 Écureuil, elle a dans son parc 15 H145 biturbines (15 ans d'âge moyen) et 15 H135 biturbines (11 ans d'âge moyen). Les moyens de fonctionnement de la flotte hélicoptère augmentent de trois millions d'euros. Le coût annuel de maintien en condition opérationnelle des hélicoptères de la gendarmerie s'élève à 22 millions d'euros pour un potentiel de 19.300 heures de vol. Le taux de disponibilité de la flotte des hélicoptères de la gendarmerie s'élève actuellement à 80 %.

Michel Cabirol

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.