Vers une hausse de plus de 7% du budget de la défense américain en 2019

 |   |  559  mots
L'administration Trump pourrait décider de développer de nouvelles armes nucléaires et de laisser la porte ouverte à une riposte atomique dans le cas de très grosses attaques conventionnelles
L'administration Trump pourrait décider de développer de nouvelles armes nucléaires et de laisser la porte ouverte à une riposte atomique dans le cas de très grosses attaques conventionnelles (Crédits : Jason Reed)
Le budget de la défense américain pourrait s'élever à 716 milliards de dollars pour 2019. Soit une hausse de plus de 7%.

Donald Trump devrait demander une enveloppe de 716 milliards de dollars (576 milliards d'euros) pour le budget de la défense dans le cadre du budget 2019 qu'il présentera en février, rapporte vendredi le "Washington Post". Le chiffre de 716 milliards couvrirait le budget annuel du Pentagone ainsi que les dépenses pour les conflits en cours et pour l'entretien de l'arsenal nucléaire américain.

Cela représenterait une hausse de plus de 7% du budget du Pentagone par rapport au budget 2018, lequel n'a pas encore été entériné par le Congrès, écrit le Washington Post, qui cite des responsables américains ayant requis l'anonymat.

Hausse des dépenses pour l'arsenal nucléaire

Dans le cadre de cette augmentation du budget, l'administration Trump pourrait décider de développer de nouvelles armes nucléaires et de laisser la porte ouverte à une riposte atomique dans le cas de très grosses attaques conventionnelles, selon un projet de document confidentiel publié par le Huffington Post. Le Pentagone n'a pas fait de commentaire en début d'année, disant ne pas vouloir discuter de documents qui ne sont que des "brouillons".

"La Nuclear Posture Review (l'examen de la politique nucléaire) n'est pas achevée et doit être au bout du compte examinée et approuvée par le président et le secrétaire à la Défense", a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

De source proche du dossier, cette ébauche est authentique mais on ne dit pas si ce sera cette version-là qui sera soumise à l'approbation du président républicain. Son prédécesseur démocrate, Barack Obama, avait fait connaître son intention de réduire le rôle des armes nucléaires dans la Nuclear Posture Review de 2010, date de la dernière rédaction du document. Le projet de Nuclear Posture Review 2018 indique toutefois que l'hypothèse de la période Obama d'un monde où les armes nucléaires seraient moins importantes s'est révélée fausse.

"Le monde est plus dangereux et non moins (dangereux)", lit-on dans le projet de nouvelle mouture.

1.200 milliards pour la dissuasion nucléaire américaine

Les armes nucléaires y sont considérées comme un moyen de dissuasion. Le document préconise une modernisation de l'arsenal nucléaire des Etats-Unis. Son coût sur les 30 prochaines années est évalué à 1.200 milliards de dollars (983 milliards d'euros), selon les calculs du Congressional Budget Office (CBO), une agence fédérale américaine. Une dissuasion nucléaire efficace coûte moins cher que la guerre, indique le document qui souligne que la Russie et la Chine sont en train de moderniser leurs arsenaux nucléaires, tandis que les provocations nucléaires de la Corée du Nord "menacent la paix dans la région et dans le monde".

Le document évoque notamment le développement d'un nouveau missile de croisière nucléaire lancé de la mer. Un certain nombre d'ogives de missiles mer-sol balistiques stratégiques seront modifiés pour offrir une option militaire à moindre coût. Le document évoque aussi la possibilité de représailles nucléaires dans "des circonstances extrêmes". "Les circonstances extrêmes peuvent comprendre des attaques stratégiques non nucléaires", précise le document, ce qui est interprété par les experts comme une allusion aux cyber-attaques qui peuvent se révéler dévastatrices.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2018 à 19:18 :
jus ad bellum - jus in bello
La profusion devient inquiétante. Sans contester l’effet dissuasif de l’arme nucléaire, à un certain seuil de puissance atteinte et de profusion, on ne devrait plus être dans la dissuasion mais dans l’auto-dissuasion.
Qu’un dirigeant remette en question les financements d’organes multilatéraux de maintien de la paix sous prétexte qu’ils ne lui seraient pas utiles, il en a le droit et c’est aux autres pays civilisés de compenser par de plus forts engagements. Mais si d’un autre côté il transforme les relations internationales en simplistes rapports de forces et systématise la menace et la surenchère, le risque devient universel.
Que des militaires jouent à faire peur, sous prétexte que quelques pays certes dangereux mais au risque géostratégique restreint nous menacent, pourquoi pas ? Ce ne sont ni les premiers ni le derniers et il y a toujours des dirigeants qui ont besoin d’ennemis pour exister.
En l’état actuel des puissances, qui aurait l’idée absurde de s’attaquer aux USA ? il faudrait être complètement débile.
Si l’on analyse cela en fonction du contexte économique il n’y a pas plus de logique, puisque l’économie y est prospère, le niveau de chômage est peu élevé et beaucoup de groupes on pris un leadership technologique mondial.
On pourrait aussi s’interroger sur l’aspect philosophique ou psychologique de la démarche, entre « l’Ecce Homo la tragédie grecque, les paranoïas, le securitarisme, les volontés hégémoniques, etc… le champ est large.
On peut aussi s’inquiéter de la propagation dangereuse des comportements du genre « c’est moi qui ai le plus gros bouton nucléaire », en raison de l’habitude qu’on prise certains dirigeants de systématiquement singer le pays le plus puissant. Là on est dans l’anthropologie ou l’ethnologie et j’ai bien peur que l’on ne s’éloigne de la sociologie.
De l’intérêt des principes de distinction et la proportionnalité.
Un risque existe de donner dans la surenchère atomique, ce qui ne relèverait plus du tout de la logique de la dissuasion, ni de la volonté d’hégémonie militaire d’ailleurs, vu que l’arme atomique est peu distinctive et peut être destructrice à l’échelle planétaire, elle engendrerait une forme d’autodestruction. Cela toucherait au métaphysique ? De quoi occuper le Weekend.
Les plus cyniques y verront une opportunité de développer le savoir faire atomique et de résoudre le problème des déchets, mais si c’est pour risquer de se les prendre sur la tète par la suite, cela ne semble pas être un bon calcul.
a écrit le 27/01/2018 à 19:00 :
Les Etats Unis dépensent plus pour leur armée que la Chine, la Russie, l'Inde, la France, le Royaume Uni et l'Allemagne réunis.
Cela donne la mesure de leur puissance militaire et technologique.
Réponse de le 27/01/2018 à 19:38 :
Et comme avec une telle puissance, ils n'arrivent pas à gagner une guerre depuis 1945, çà montre surtout la mauvaise utilisation de cet argent
a écrit le 27/01/2018 à 18:08 :
Et sans surprise, le plus grand employeur mondial est ...l'armée américaine avec 3,2 millions d'âmes , devançant l'armée chinoise 2,3, et Walmart 2,1 : qui veut la paix prépare la guerre (si vis pacem, para bellum) , une citation que l'on croirait des généraux américains. Mais à quoi servirait de préparer de belles armes perfectionnées si on ne peut pas les essayer ? On menace et on attend l'occasion ...
Réponse de le 03/02/2018 à 18:33 :
Le président Eisenhower avait prévenu les américains : la plus grande menace qui pèse sur les USA c'est le complexe militaro-industriel qui dans ce pays fait la pluie et le beau temps. Pas si sûr que ce pays soit encore une démocratie...voir la théorie de l'équipe bleue et de l'équipe rouge.
a écrit le 27/01/2018 à 16:55 :
Super , avec un budget tres superieur au autre pays du monde, ils n'y devrais pas y avoir de probleme.... Les USA vons pouvoir maintenir leur politique de liederschip.... Au détriments du reste du monde et dè la paix...
Maintenant, nous ne serons pas la viande à canon de la politique d'expansionnisme des USA ....
Il est plus que temps que notre union pense à une politique commune de defence...
a écrit le 27/01/2018 à 16:31 :
La Chine a augmenté aussi son budget militaire de 7%, la différence c'est que la croissance du PIB en Chine est de 7%.
Par contre les USA, c'est avec quel argent?
a écrit le 27/01/2018 à 11:52 :
Trump démontrant une politique puissante il est obligé de l'accompagner d'une hausse des investissements militaires le monde ayant sans arrêts les yeux tournées vers les EU.
a écrit le 27/01/2018 à 11:16 :
Droit dans le mur, et en accélération.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :