Scandale de la viande de cheval : une recette amputée d'au moins 3,5 millions d'euros sur les plats cuisinés

 |   |  257  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au cours des deux semaines qui ont suivi le début du scandale de la viande de cheval, les ventes de plats cuisinés à base de boeuf se sont effondrées, comme le confirme une étude du cabinet Nielsen. Et la méfiance des consommateurs s'est installée.

Du cheval à la place du boeuf, aucune crise sanitaire mais... 3,5 millions d?euros de recettes en moins. La note est salée pour les fabricants de plats cuisinés. Cette chute des ventes en France, a été calculée par le cabinet Nielsens sur la période du 11 au 24 février, au plus fort du scandale.

>> Scandale du cheval : trois semaines au galop à travers l'Europe

2 millions d'euros en moins sur les surgelés

Dans le détail, les plats surgelés souffrent davantage que les autres plats cuisinés au rayon frais avec une chute respective de 2 millions et 1,3 million d?euros des ventes. Quant aux raviolis en conserve, le dégoût des consommateurs fait chuter leurs recettes de 400.000 euros.

Premières touchées, les enseignes de hard-dicount et les grands distributeurs. Le 22 février, le patron de Findus France chiffrait son manque à gagner à 1 million d?euros.

La boucherie traditionnelle pourrait en profiter

Et la mauvaise image des plats préparés devrait continuer à peser sur la filière. Plus de 3 Français sur 5 disent se sentir trompés sur la composition réelle des produits alimentaires. Quelque 14 des sondés déclarent qu'ils consommeront moins de plats à base de boeuf dans les restaurants, et le résultat passe à 27% pour les fast-foods et 32% pour les cafétérias. Al?inverse, les bouchers traditionnels pourraient tirer profit de cette psychose collective. En effet, 39% des personnes sondées déclarent qu?elles ont l?intention d?y faire leur course, malgré des prix plus élevés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2013 à 15:39 :
J'espère que c'était de la viande halal :(
a écrit le 12/03/2013 à 13:53 :
Le scandale du "horsegate" révèle la problématique de la perte de leur relation avec l'origine des produits qui angoisse les consommateurs. La conférence Made in France du 30 Mai 2013 accueillera des acteurs de la production française qui partageront leurs retours d expériences et expliqueront comment ils ont rétabli cette relation de proximité avec les shoppers en développant une filière made in France.
a écrit le 11/03/2013 à 11:16 :
En Angleterre 2 dirigeants en Prison , chez nous .....des aides pour redemarrer....et surtout que l'on arrete de nous humilier en nous parlant de viande de cheval alors que c'est du minerai de viande de cheval.
a écrit le 08/03/2013 à 17:51 :
à corriger :
"les enseignes de hard-dicount"
par
"les enseignes de hard-discount"
a écrit le 08/03/2013 à 17:15 :
Vous n'avez rien compris, encore l?État, l?État et encore l?État....C'est à la filière de se prendre ne main et de faire son auto-controle. Il faut obliger les filières alimentaires à être plus transparentes avec des contrôles ADN systématiques et de grosses amendes à la clef pour les contrevenants. Pas besoin d'en appeler à je ne sais quel ministre...
Réponse de le 09/03/2013 à 8:37 :
Votre pseudo en dit long. Vous avez vu le résultat des autos-contrôle, il faut en la matière des contrôles objectifs émanant d.une autorité indépendante mais cela a un coup. On a compris, vous êtes pour les économies de bout de chandelle peut importe ce que nous avons dans nos assiettes. Quand il faut sortir son porte monnaie c'est dur pour certains.
a écrit le 08/03/2013 à 15:33 :
nos ministres devraient donner l'exemple et déguster devant caméras des lasagnes congelées pour montrer aux gens que la crise est fibie
Réponse de le 08/03/2013 à 17:10 :
Crise ou pas se genre de produit est infect.
a écrit le 08/03/2013 à 15:11 :
Les marges encaissées seront redistribuées comment ?
a écrit le 08/03/2013 à 14:50 :
Tant qu'il n'y aura pas des contrôles sérieux et par sondages de la part de l'état, la situation restera inchangée. On nous vend, effectivement, ce qui est juste suffisant pour qu'il n'y ait pas de dégâts immédiats. Et le "bio" n'est pas beaucoup mieux, même si beaucoup plus cher.
a écrit le 08/03/2013 à 14:20 :
les sociétés comme FINDUS ne se plaignent pas d'un manque-à-gagner, mais d'un manque-à-escroquer !
J'assume mon propos.
Réponse de le 08/03/2013 à 14:52 :
Idem. Je suis solidaire. Mais s'il n'y avait QU'EUX !!
Réponse de le 08/03/2013 à 16:49 :
"les bouchers traditionnels pourraient tirer profit de cette psychose collective"

Bravo à l'auteur... Définition de psychose : Crainte excessive, généralement non fondée et d'origine sociale

Il me semble que c'est fondé là... Les industriels nous font manger du minerai à prix d'or mais on traite le consommateur de psychotique. Bientôt on viendra nous culpabiliser sur les licenciements chez Findus...
Réponse de le 08/03/2013 à 17:08 :
Le scandale à été découvert grâce aux contrôles fait en interne chez Findus. Ils n'étaient pas obligé de les faire. Ils on été escroqué eux aussi. Il auraient dû contrôler plus en amont leur chaine d'approvisionnement. Et à toujours exiger des prix le plus bas possible on se retrouve fatalement avec une qualité moindre.
Réponse de le 08/03/2013 à 22:47 :
Ce ne sont pas les hamburgers en Irlande qui ont déclenché la chaine ?
Le surimi c'est bien du poisson truffé d'arêtes, à la chair grattée car pas consommable sinon (ou expert de la pince à épiler pour les retirer une par une), mais la tentation est toujours d'arrondir les profits, de faire croitre les revenus (la logique d'une entreprise, stagner n'est pas "bon").
Avec ces chaines successives, l'ennui est de savoir "qui doit contrôler ?", personne vu que c'est marqué, il faut le croire. Pâté d'alouette : une alouette, un cochon. Pâté à l'alouette, une cuisse d'alouette, dix cochons.
a écrit le 08/03/2013 à 13:10 :
Plus que la viande de cheval, c'est la découverte de ce fameux minerai "de viande" qui a dégoûté les consommateurs de plats surgelés et de raviolis en conserves. On n'en donnerai même à son chien ou à son chat...
Réponse de le 08/03/2013 à 14:16 :
100% juste .
Hier, une de mes filles m'a dit avoir trouvé, dans un plat préparé de poisson à l'oseille,...de l'hippocampe !!!
ils sont durs ces jeunes...
Réponse de le 08/03/2013 à 16:37 :
@Lebourin: cela me rappelle l'histoire du type qui achète à prix d'or un steak d'hippopotame en conserve chez Fauchon. Arrivé à la maison, il ouvre la boîte: elle est vide, mais je te dis pas l'odeur. Le type retourne se plaindre chez Faucon et la vendeuse lui dit qu'il a pas eu de chance parce qu'il est tombé sur l'anus :) Ben oui, y aussi des trous que l'on paye, un peu comme dans le gruyère :-) :-)
Réponse de le 08/03/2013 à 17:31 :
@ Patrickb: et oui, il y a des trous que l'on paye !
Réponse de le 08/03/2013 à 22:33 :
@josiane: y a le trou normand, le trou badour, le trou fignard, etc. c'est des trous, des petits trous, toujours des petits trous :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :