Hermès : des ventes en hausse, des perspectives incertaines

 |  | 391 mots
Lecture 2 min.
Le groupe de luxe affiche une rentabilité en baisse mais toujours très élevée.
Le groupe de luxe affiche une rentabilité en baisse mais toujours très élevée.
Le groupe spécialisé dans le luxe a surperformé ses concurrents, même si sa marge opérationnelle est en léger retrait. La crise en Russie et le ralentissement de l'économie chinoise contraint le sellier à jouer la prudence pour son exercice 2015.

Hermès International a publié mercredi 25 mars des résultats annuels en forte hausse après avoir signé une des meilleures croissances du secteur du luxe en 2014.

Le sellier, célèbre pour ses sacs Birkin ou ses carrés de soie, a vu son résultat opérationnel progresser de 7% à 1,29 milliard d'euros, un chiffre très légèrement inférieur au consensus ThomsonReuters I/B/E/S de 1,31 milliard.

Une marge en retrait, mais toujours très élevée

Sa marge opérationnelle a reculé à 31,5%, après un record de 32,4% en 2013. Le groupe avait déjà indiqué que sa rentabilité opérationnelle serait en retrait, pour cause de coûts de couvertures de change, et avait dit viser une marge légèrement supérieure à 31%.

En 2014, Hermès a cependant franchi la barre des quatre milliards d'euros de chiffre d'affaires et signé une des meilleures performances du luxe - avec une croissance organique de 11,1%.

Stratégie d'intégration verticale

"La croissance a été harmonieuse sur tous nos métiers, sauf l'horlogerie", a souligné Axel Dumas, co-gérant de la maison Hermès, lors de la présentation des résultats financiers. Deux nouvelles manufactures pour le travail du cuir ont notamment été ouvertes dans l'Isère et la Charente, contribuant à la croissance du chiffre d'affaires de la division cuir de 15%.

Plusieurs prises de participation ont notamment été effectuées en 2014 dans une logique d'intégration verticale du groupe. "Il existe certaines tensions sur l'accès à des matières premières de qualité", reconnaît Axel Dumas, ce qui explique le rachat de tanneries et d'usines de production de textile pour y faire les investissements nécessaires. Pour 2015, la prévision de croissance a été révisée à la baisse pour l'ensemble du groupe.

Marché international compliqué...

Dans un environnement incertain, marqué par la chute des flux touristiques à Hong Kong, le ralentissement du marché chinois ou l'effondrement du tourisme russe, Hermès joue la prudence et se fixe un objectif de croissance de 8% à moyen terme au lieu des 10% retenus - et régulièrement dépassés - ces dernières années.

Le résultat net consolidé affiche une hausse de 9% à 859 millions d'euros (consensus de 864,9 millions) et le dividende proposé est relevé à 2,95 euros, contre 2,70 euros. Le groupe proposera en outre à ses actionnaires un dividende exceptionnel de 5 euros par action.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :