Y aura-t-il un vrai patron pour Renault ?

 |   |  687  mots
Carlos Ghosn, PDG de Renault.
Carlos Ghosn, PDG de Renault. (Crédits : Reuters)
Carlos Ghosn devient seul maitre à bord chez Renault. Pour la première fois depuis 2008. Mais le double PDG de la firme française et de son allié Nissan peut-il tout diriger? Il avait justement désigné un numéro deux de Renault en 2008 pour pouvoir prendre du champ...

Décidément, la fonction de numéro deux est maudite chez Renault. Après avoir sacrifié Patrick Pelata en avril 2011, après la rocambolesque affaire des faux espions, Carlos Ghosn, le PDG de Renault et Nissan, limoge maintenant Carlos Tavares, pour avoir clamé ses ambitions. Tirant la leçon de ses deux tandems avortés avec pourtant des hommes-lige, fidèles parmi les fidèles, qui l'avaient naguère accompagné chez Nissan, Carlos Ghosn, âgé de 59 ans se passera désormais purement et simplement de... numéro 2. Au moins, comme ça, c'est clair. Une décision prise alors que son mandat arrive d'ailleurs à échéance en mai prochain. S'il n'a pas dévoilé clairement ses intentions, rien ne laisse toutefois présager qu'il veuille lâcher les rênes de Renault, qu'il dirige depuis 2005.

L'autoritaire patron sera donc seul maître à bord. Et ce, pour la première fois depuis 2008! "Le vrai patron de Renault, c'est moi", avait-il d'ailleurs déjà martelé il y a  deux ans, devant quelques journalistes lors d'un voyage au Brésil, en nommant Carlos Tavares Directeur général délégué. "Je suis le mandataire social. Je suis responsable de la marche de l'entreprise devant les actionnaires", avait en particulier alors souligné le PDG, marquant une primauté qui va désormais s'accentuer.... en l'absence de second et donc de dauphin présumé.

Deux ou même trois groupes, c'est beaucoup

Même si Carlos Ghosn accroit son emprise sur Renault, reste une question cruciale:  qui va réellement piloter Renault? Comment en effet un PDG à cheval sur deux entreprises peut-il prétendre être le dirigeant opérationnel plein et entier de la firme au losange? Carlos Ghosn a été effectivement reconduit en juin dernier pour deux ans de plus à la tête de Nissan, qu'il dirige depuis 1999, d'abord comme directeur général puis comme PDG. L'homme a aussi pris récemment la tête du conseil d'administration du premier constructeur russe Avtovaz  Lada, qui passe progressivement sous le contrôle de l'alliance Renault-Nissan. Un cumul unique dans l'industrie automobile mondiale.

La question de sa disponibilité chez Renault est d'autant plus légitime que c'est justement pour prendre du champ et se concentrer sur les grands enjeux de l'alliance Renault-Nissan que Carlos Ghosn avait demandé à Patrick Pelata de devenir son bras droit, il y a quasiment cinq ans. Retour à la case départ? Pourtant, même avec un numéro deux, bien des experts lui reprochaient déjà de ne pas développer suffisamment la gamme des véhicules Renault et de ne pas consacrer assez de temps à la firme française. C'est pour désamorcer les critiques que Carlos Ghosn avait maintes fois promis d'"être plus présent en France", un message  adressé à l'État français, premier actionnaire avec 15% du capital.

Pas un homme de produit automobile

Le dirigeant franco-brésilien, devenu un héros au Japon pour le redressement opéré chez Nissan, va avoir du mal. Car, Renault n'est pas au mieux de sa forme en Europe, son marché  prioritaire. Si les Dacia de la filiale roumaine à bas coûts cartonnent, le groupe manque de produits attractifs pour la marque au losange elle-même. Or, Carlos Ghosn n'est pas le spécialiste du produit qu'étaient en revanche Patrick Pelata et surtout Carlos Tavares, deux passionnés d'automobiles. Les choix de Carlos Ghosn quand il était seul à la tête de Renault n'avaient d'ailleurs pas été très heureux en termes de style avec des Renault Twingo II ou Laguna III banales à souhait. La Laguna III aura été un semi-échec.

Les anciennes responsabilités de Carlos Tavares vont être réparties, selon un communiqué du groupe tricolore, entre deux nouvelles directions, l'une déléguée à la compétitivité et l'autre à la performance. Elles s'ajouteront aux directions financière, des ressources humaines et celle déléguée à la présidence. Ce plan, qui a été soumis lundi au conseil d'administration et à une centaine de dirigeants lors du séminaire de rentrée du groupe sera présenté le 9 septembre en comité central d'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2013 à 14:00 :
Trop autoritaire, pas spécialiste de l'automobile, pas de passion pour son métier, un ego surdimensionné, bref, tout ce qu'il ne faut pas pour être un vrai patron dans l'automobile.
J'ai encore en tête sa décision stupide pour la TWINGO II de ne pas retenir la version vintage inspirée de la mythique 4CV. S'il l'avait fait, RENAULT aurait fait un carton. Cf les exemples de la Mini, la New Beetle et la FIat 500. Mais pour cela, il faut avoir le feeling automobile... J'ai bien une idée originale de véhicule hors normes que j'avais envie de soumettre à Carlos Tavarez, le sachant plus ouvert, mais là... Je soumettrais à VAG ou BMW....
a écrit le 04/09/2013 à 13:06 :
pour dire franco bresilien je vous demande de lire sa page sur wikipedia vous allez decouvrire qu il est libanai
a écrit le 04/09/2013 à 12:29 :
A se demander comment il ne fait pas un burn-out, en plus tjrs dans les avions... Le groupe se développe, certes, mais vraiment dans l'Alliance, Renault aura été le parent pauvre. Elle aurait dû être la marque leader ; histoire, les produits dans le passé, la technologie, les compétences...
a écrit le 04/09/2013 à 11:26 :
oui les Françaises sont bien avec leur plastoc bas de gamme mal ajusté .. pas pret de redorer le blason tricolore tout ça , un mieux chez Renault qui commence à faire des voitures qui ressemblent à qqchose..aurait il compris que les concept "voiture a vivre" taillé à la serpe est révolu ? .Peugeot , désolé mais ca ressemble a rien, deja , rien que l enorme sigle en plastoc sur la calandre donne envi de fuir... Citroen , une DS3 sympa...enfin....
Réponse de le 04/09/2013 à 12:30 :
@oaken : merci pour votre commentaire tout en objectivité et qui nous éclaire d'une lumière nouvelle sur cette histoire. Je plaisante bien sur, votre commentaire n'ayant aucun interet. Que vous critiquiez les plastiques et l'assemblage n'a rien d'original mais soit. Par contre nous n'avons rien à faire de vos gouts en matière de design, chacun a les siens et si Peugeot ne vous plait pas n'achetez pas.
Réponse de le 04/09/2013 à 12:37 :
@ oaken : vous devriez postuler chez Renault pour redresser l'entreprise. On sent bien que vous en avez les compétences...
Réponse de le 04/09/2013 à 13:27 :
Juste au moment ou Peugeot a supprimé tous les "énormes sigles en plastoc", et que les nouveaux modeles ont été tres bien accueillis par toutes les presses européennes notamment pour la finition de leurs intérieurs. Vous avez l'air de vous y connaitre dites-moi....
a écrit le 04/09/2013 à 11:22 :
Il serait tant que les actionnaires réagissent et recadrent rapidement ce despote éclairé qui s'arroge tous les pouvoirs alors qu'il n'en a pas les moyens.
a écrit le 04/09/2013 à 10:46 :
il est temps que Mr Carlos Ghosn quite le navire....trop c?est trop
a écrit le 04/09/2013 à 9:13 :
Ghosn est une véritable calamité pour Renault... si les salariés ne se révoltent pas c'est qu'ils sont maso et qu'ils dorment peut être ?
a écrit le 04/09/2013 à 8:53 :
Ghosn est d'abord PDG de Nissan, Renault passe clairement au second plan. Chez les Grecs anciens, l'hubris était assimilé à un crime (voir l'article de Wikipédia) Assez régulièrement on en a de beaux exemples par chez nous avec des gens qui dépassent la limite tel Messier, Sarko, Lauvergeon, et Ghosn entre autres, mais je dois en oublier tout plein.
a écrit le 04/09/2013 à 8:52 :
Quand on regarde ce qu' il touche en salaire, prime stock option chez Nissan et Renault, où va t il travailler le plus.
C' est bien le problème depuis la prise de pouvoir de Carlos G. Il n' a jamais été le PDG de Renault et a briser toutes les velléités de faire de Renault une entreprise mondiale, car ça c' est son idée pour Nissan.
Réponse de le 04/09/2013 à 17:25 :
justement , pour les initiés , une question: ce nouvel organigramme est-il une option de fusion NISSAN -Renault ?................................

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :