Renault, champion d'Europe des véhicules électriques

 |   |  277  mots
Renault électriques dans le parc du château de Versailles
Renault électriques dans le parc du château de Versailles
La France génère plus de 40% des ventes de véhicules électriques en Europe où il s'est immatriculé 18.939 véhicules "zéro émission" sur sept mois. Renault capte près de la moitié de ce marché.

La France est, de loin, le premier marché pour les véhicules électriques en Europe (voitures et utilitaires) devant la Norvège et l'Allemagne. Vive la France "verte"! Il s'est immatriculé 18.939 véhicules "zéro émission" sur sept mois en Europe occidentale, en hausse de 22%, selon l'Avere (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique). Or, la France génère à elle seule plus de 40% des ventes de ces modèles "verts" sur le Vieux continent. Sur l'année 2013, les ventes devraient être multipliées par 1,5 à 32.000 unités en Europe de l'ouest, pronostique l'Avere.

Renault grand gagnant

Renault est le grand gagnant de cette bataille, puisqu'il a fourni 45% des véhicules électriques immatriculés en Europe occidentale sur les sept premiers mois de l'année. Sa berline Zoé et son utilitaire Kangoo "cartonnent". La firme au losange devance largement Nissan et PSA, en chute libre. PSA a en effet quasiment arrêté les ventes de ses Peugeot Ion et Citroën C Zéro, en fait des Mitsubishi i-Miev nippones juste restylées et rebaptisées.

Forte progression en France

Malgré un repli estival, les ventes continuent de progresser fortement en France. Sur huit mois, les immatriculations de voitures électriques y ont progressé de 48% à 5.674 unités. Les utilitaires ont crû pour leur part de 57% à 3.283. L'engouement doit être toutefois fortement relativisé.Tout cela représente certes des augmentations spectaculaires, mais le créneau de l'électrique demeure encore archi-confidentiel. Les modèles électriques s'octroient 0,5% à peine du marché total des voitures particulières neuves dans l'Hexagone, contre 2,7% pour les hybrides (thermiques-électriques), 70% pour les diesels et 27% pour les véhicules à essence! Il y a de la marge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2013 à 13:56 :
...., champion d'Europe des véhicules électriques ...
VIVE LA FRANCE ... :)
a écrit le 09/09/2013 à 13:05 :
Alors que les constructeurs automobiles se font taper sur les doigts et reconnaissent avoir eu tort de prétendre que leurs voitures électriques sont "propres" ou "vertes" (cf
http://www.observatoire-du-nucleaire.org ), voilà un "article" qui prétend de façon dithyrambique qu'il s'agit de modèles "verts", et ose même "vive la France verte", oubliant de préciser "et radioactive". Du (très) mauvais journalisme.
a écrit le 09/09/2013 à 11:47 :
Merci à La Tribune de montrer que notre pays est en tête en matière d'environnement. C'est si rare de voir un média oser le dire.
a écrit le 09/09/2013 à 9:21 :
ACCENT SUR LA FORMATION

Dans la foulée, le gouvernement France dois a adopté les projets relatifs à la création de trois nouveaux instituts de formation aux métiers de l?industrie automobile hybride et électrique,véhicule à hydrogène laboratoire voiture electrique ect ...
a écrit le 08/09/2013 à 18:38 :
Et pendant ce temps-là Carlos GHOSN ne roule toujours pas en véhicule électrique. Je ne comprends pas...
a écrit le 08/09/2013 à 12:31 :
bien sûr, toutes les technologies sont bonnes à étudier mais que choisir dans l'instant, qui marche et qui préserve l'aspect écologique de la planète. Le solaire, c'est comme l'électrique à batterie d'accumulation, c'est très satisfaisant et attrayant dans un développement limité mais absolument pas convainquant dans le cadre d'une industrialisation intensive où le contexte sera à modifier dans la démesure surtout les infrastructures routières et autoroutières. Certes, certains seront séduits par les retombées à court terme et sans pérennité sur l'emploi et le chômage. L'expérience menée en Corée avec les bus et camions roulants sur voies dites électriques est intéressante mais n'est-elle pas un effet d'annonce à la suite d'une expérimentation réduite. Et puis, quand on pensent à la foule de gens faisant des simagrées avec les ondes dites dangereuses des téléphones mobiles, alors là, que seront les ondes électromagnétiques de ce genre de technologie ? Personnellement, je n'y crois pas beaucoup, pour le moment bien sûr. L'aspect théorique est une chose, l'aspect pratique en est une autre. Pour le moment, nous sommes dans une période de transition. Il faut donc des solutions de transition sans aucun rejet de ce qui existe. Certes, la voiture électrique semble être la solution, mais certainement pas celle qu'on nous propose aujourd'hui. Elle émane directement des voeux des lobbies pétroliers pour préserver leurs profits. Comme se fait-il que la voiture électrique qui existe depuis des lustres, qui composait 75% du parc automobile du début du XXème siécle, soit une technologie aussi chère. Pourquoi aucune proposition sur des modèles courants pour Monsieur Tout le Monde ? Pourquoi les suréquiper pour en augmenter le prix et dissuader les gens ? C'est bien parce que l'on ne veut pas la vendre. La transition énergétique est sans aucune doute la voiture hybride. Seulement l'hybride à motorisation thermique principale émane aussi des lobbies puisque au delà d'une certaine vitesse ridiculement basse, c'est une voiture thermique pure comme toutes les autres. Les profits pétroliers sont donc préservés. Rien d'étonnant alors qu'une voiture électrique pure produisant sa propre énergie électrique comme la Volt et l'Ampera soit autant combattues et par les lobbies et par les médias qui en sont les vassaux. L'avantage de ces dernières réside dans le fait que 15 à 20% du temps le thermique est arrêté, ce qui n'est pas le cas d'une hybride à motorisation thermique principale comme la Prius, Kia, etc..., et que cela correspond à 15 à 20% de profits en moins. An final, je ne crois pas à la technologie électrique qui se recharge mais plutôt à celle dont on remplit un réservoir. Donc, à mon sens, il faut peut-être encore attendre une trentaine d'année la maîtrise de l'ère hydrogène pour les piles à combustible. Pour le moment, il faut de bonnes solutions de transition énergétique, certainement pas celles qu'on nous propose aujourd'hui.
Réponse de le 09/09/2013 à 2:04 :
Merci de votre post très intéressant. Je partage beaucoup de vos idées. Le but des opérateurs, automobiles, pétroliers etc n'est évidemment pas d'aller droit au but vers les quelques meilleures technologies. C'est pareil dans la plupart des domaines (informatique, téléphonie etc), on sort des évolutions par étapes pour vendre. On peut se passer de plus en plus de pétrole donc il est de plus en plus concurrencé et il termine lentement sous sa forme combustible qui était une gabegie regrettable car il a de nombreuses et bien meilleures applications bien plus utiles, à hautes valeurs ajoutées et la plupart recyclables dans bien des domaines, tout comme le gaz de schiste qu'il est stupide d'utiliser actuellement surtout sous sa forme combustible très polluante (pharmacie, chimie, engrais, pvc, plastiques etc). Les hybrides telles Volt et Ampera sont de très bonnes technologies actuelles. Les électriques pures commencent à voir leurs prix baisser avec la concurrence qui se développe et ont un rôle important à jouer. Il ne faut pas oublier que les batteries vont encore évoluer en mieux et autrement qu'avec le lithimum (exemple Na-ion déjà employé avec de fortes ressources largement réparties dans le monde en Na peu cher et nettement moins polluant que Li, Na-air etc) et offrent à la fois de plus en plus un bon rendement (souvent supérieur à la chaîne globale de production hydrogène) et peuvent permettre un stockage et gestion à domicile de l'énergie (smart grids etc) ce qui est une source de développements et une part de marché importante. Les constructeurs ne pourront pas tout le temps maintenir des prix élevés comme on le voit déjà avec la concurrence et les développements en cours. La filière hydrogène a manifestement un important rôle à jouer aussi car elle offre également un stockage et trouve diverses applications essentielles comme la complémentarité à plusieurs énergies renouvelables. Sur le plan automobile elle a un coût d'implantation toutefois supérieur à l'électrique dont le réseau existe largement et des risques malgré tout (boum !). Au plan rendement sur toute la chaîne hydrogène il est meilleur que le thermique mais par rapport à l'électrique il l'est moins dans la plupart des cas et il l'est nettement moins que le solaire surtout celui directement intégré sur la voiture. Aussi au plan technologique et efficience énergétique pour une voiture, le solaire sur celle-ci est actuellement ce qui se fait de mieux, avant même la toiture solaire du domicile très avantageuse aussi et avant même ensuite les bornes de recharges solaires type Tesla. Les gens ne sont généralement pas au courant mais si une société sort un véhicule solaire type Solarworld GT, Suncruiser Solar, eVe Sunswift, Navitas etc amélioré et mieux équipé que les modèles de démonstration actuels qui ont fait pour beaucoup largement leurs preuves comme la SolarWorld GT sur des centaines de milliers de km par tous temps dans le monde, je parie avec vous qu'il aura du succès et que çà révolutionnera l'idée que l'on se fait des voitures solaires ! Evidemment çà va nuire aux ventes d'énergies, au réseau d'entretien etc mais les particuliers y gagneront donc au plan économique d'un pays qui importe quelques 60 milliards d'euros par an d'énergies fossiles cette voie est à promouvoir et il est clair que le virage a été pris en 2009 avec l'arrivée des véhicules solaires 2 à 4 places et les programmes notamment européens concernés aboutissant déjà à un véhicule urbain le P MOB EU mais de trop faible autonomie solaire, on fait largement mieux. Les développements de routes électriques sont une partie des solutions et sont étudiés pas seulement en Corée mais de nombreux pays dont la Suède et Suisse parmi les plus avancés qui les destinent en particulier aux camions (voie droite des autoroutes) et pourraient servir au voitures électriques évitant les stations de recharge et divisant par 3 à 5 les batteries des véhicules électriques actuels. Les risques électromagnétiques ou micro-ondes sont pris en compte et étant ponctuels dans le temps et l'espace ne posent pas forcément de problèmes systématiques mais c'est effectivement à voir. Le prix du réseau est très peu cher à installer sur 5 à 15% d'une autoroute mais les système sur les camions ou bus coûte encore assez cher car nouveau mais devrait nettement baisser). L'impact éventuel sur la santé n'est pas aussi permanent ni généralisé que le wi-fi ou les mobiles par exemples. Les hybrides ont un rôle actuel à jouer et encore un certain temps, les électriques vont bénéficier encore de développements technologiques sur les batteries notamment et les réseaux commencent à se développer parfois vite (voir Pays Bas par exemple), le solaire pointe son nez dans l'automobile mais les bornes de recharge solaires vont assez vite aux Etats Unis par exemple et le solaire en toiture se développe toujours rapidement (sans parler du Japon où il est promu et explose, il est quand même en hausse + 60% par an aux Etats-Unis malgré le gaz de schiste et fait l'objet d'offres communes voitures électriques + solaire en toiture par différents groupes : Sunpower, Solarcity, Ford, GM, etc). L'hydrogène avance aussi et le biogaz cherche aussi à s'implanter dans l'automobile (voir stratégie du Club Biogaz en France par exemple). En bref je pense que les futurs gagnants sont l'électrique et solaire et l'hydrogène mais c'est vrai j'anticipe ! Il le faudrait toutefois quand j'observe les programmes de recherche, soutiens, travaux et résultats dans différents pays qui démontrent qu'un virage net est en cours et que ces solutions sont les plus pertinentes au plan efficience énergétique entre autres et difficilement contournables à terme. La Syrie, l'Iran, l'Egypte, le canal de Suez, le détroit d'Ormuz etc rappellent à quel point le prix du pétrole peut tout changer en très peu de temps et qu'il vaudrait mieux aller directement vers les meilleures solutions.
a écrit le 08/09/2013 à 11:15 :
et pendant ce temps...
En France, sur les six premiers mois de l?année 2013, les ventes de véhicules hybrides ont progressé de + 532% par rapport au 1er semestre 2012.
source Avere-France
Réponse de le 08/09/2013 à 12:59 :
Je vends aujourd'hui 1 voiture. Demain j'en vends cinq. Mes ventes ont augmenté de 500%. mais je n'en ai vendues que 6. Bonjour les profits !...
a écrit le 08/09/2013 à 10:48 :
Zéro émissions, mon oeil : il a bien fallu produire l'électricité pour les charger, et la production d'électricité n'est pas toute nucléaire ou alternative, que je sache.
On devrait donc écrire "zéro microparticules" pour être dans le vrai. Mais ce serait rappeler incidemment les méfaits du diésel, ce qui est positivement impensable, ma chère.
Ah ! la sémantique ! c'est queq'chose !
a écrit le 08/09/2013 à 10:48 :
Zéro émissions, mon oeil : il a bien fallu produire l'électricité pour les charger, et la production d'électricité n'est pas toute nucléaire ou alternative, que je sache.
On devrait donc écrire "z
a écrit le 08/09/2013 à 10:14 :
Un marché qui ne correspond pas à la demande.
1 / l'autonomie des voiture est trop faible, les particuliers achèteront ces voitures lorsque leur autonomie atteindra au moins 250 kms sans avoir besoin de faire une recharge. Et ce même si la plupart des déplacements sont inférieurs à 50 kms par jour ce qui oblige de brancher dans son garage ou sur le parking de son immeuble le véhicule à une borne electrique (sans parler des risques de vandalisme sur ces installations...)
il faut donc soit développer le stockage de l'électricité et ou le combiné avec un moteur thermique permettant de compléter l'autonomie
L'une des meilleurs solutions a mon avis serait le développement de la recharge électrique par induction (le véhicule pourrait se recharger tout en roulant sur certaines portions de route, ce qui impose l'installation d'un réseau et donc d'un investissement considérable
2/ le temps de recharge est trop long, et les infrastructures quasi inexistantes du moins en théorie car nous avons un nombre important de station service qui pourrait servir de relais et de parking de surface commerciale qui pourrait aussi servir d'appoint, reste à moderniser ce réseau, à créer les abonnement et surtout standardiser les prises de recharges
3/ le prix de vente des véhicules est trop élevé malgré les aides de l'Etat qui participe déjà à ce développement par le crédit impôt recherche et autre (cnrs ...)

4/ le prix des abonnements batteries est excessif, à près de 80? par mois il correspond aujourd'hui à près de 1150 kms/mois de déplacement (diesel 1.45 - 5.5l/100)

5/ le transfert de la consommation des "pétro carburants" vers l'électricité engendrera une hausse de la demande électrique et donc une hausse des prix de l'électricité. Se posera alors le problème de la production et du stockage de l'électricité qu'il faudra développer et surtout améliorer compte tenu des pics de consommations

Pour autant il est probable que nos habitudes de déplacement changerons à l'avenir et l'aménagement des villes, par la suppression des zones de stationnement ou par l'augmentation de leur tarif d'une part et d'autre part du développement des transports collectifs et d'aménagement en périphérie (parking relais et ticket grouper par occupant voiture comme à Nantes ou Strasbourg...)
Mais le tout électrique n'est pas le tout écologique !
a écrit le 07/09/2013 à 22:28 :
... de la croissance de ses ventes de voitures électriques qui ne représentent que très peu de voitures en rapport du parc (même pas 0,5%) !... Mais de mon point de vue, Renault et PSA sont en train de rouler à côté de la route car la voiture électrique n'est absolument pas un véhicule de la transition énergique. Bien au contraire. Pourquoi à mon sens ? Si les acheteurs peuvent profiter maintenant d'avantages conjoncturels qu'offre la voiture électrique, c'est bien parce que nous ne sommes pas encore entré dans la phase de son industrialisation qui rendra son empreinte écologique désastreuse en raison des aménagements, des modifications et des adaptations des infrastructures routières et autoroutières sans compter la consommation d'énergie fossile pour la construction de masse des batteries et des usines qui les fabriquent et sans compter aussi l?État qui ne manquera de créer des taxes sur la consommation d'électricité comme il le fait sur les carburants. La transition énergétique c'est l'hybride. L'hybride à motorisation thermique principale comme les Prius, Kia, etc.. me paraît être plus une arnaque qu'un véritable progrès. En effet, le retour d'investissement n'est pas au rendez-vous. Sur des longs trajets avec une vitesse au delà de 40-50 km/h, c'est tout simplement un véhicule thermique comme tous les autres qui transporte un poids mort inutile dont l'autonomie électrique en ville est ridicule. Par contre, je m'en explique dans http://loupapetjpr.free.fr, je préfère, et de loin, l'hybride à motricité électrique principale, bien meilleure routière, comme la Chevrolet Volt, l'Opel Ampera et la BMW I3 avec le prolongateur REx (presque 5000 euros de plus) où le groupe électrogène n'est là que fournir l'énergie électrique qui actionne les roues sauf cas exceptionnel de forte demande de puissance puisqu'il y a une train épicycloïdal. L'autonomie électrique de l'Opel Ampera que j'ai essayée est de l'ordre de 30 à 40 km à 130 km/h c'est à dire qu'en gros, le 1/3 du temps, le thermique est arrêté et quand il fonctionne, c'est à régime constant. C'est la première qualité. La deuxième réside dans le fait que le concept est loin d'être une révolution puisqu'il existe depuis les années 1920 et qu'il a été celui du Normandie (1934), des diesel-électriques de la SNCF (1936) et plus récemment le Queen Mary 2 (2004). Chevrolet avait déjà proposé ce concept en 1991 avec son "Ultra Light" et aussi Fioraventi sa "Sensiva" (1992). C'est surtout "PR a écrit le 07/09/2013 à 16:18 :" qui peut en parler beaucoup mieux que moi puisqu'il possède une Ampera depuis 1 an et qu'il a l'expérience. Malheureusement, les modèles que j'ai cités sont bien entendu hors de prix (46000 euros pour une entrée de gamme Ampera) à cause d'un suréquipement abusif, inutile et couteux. Par exemple, pour moi, il est absolument superflu de proposer en affichage sur écran les péripéties de fonctionnement électrique-thermique, on n'en a rien à faire puisque tout est automatique, cela ferait déjà 5 à 6000 euros de moins, et il n'y a pas que cela !... En voiture, on conduit, on ne regarde pas la télévision. Sur le tableau de bord, il ne devrait y avoir qu'un compteur de vitesse, une jauge de carburant et de charge. Tout le reste c'est de la frime.
Réponse de le 08/09/2013 à 0:51 :
Intéressant mais vous oubliez l'apport important du solaire sur des véhicules plus efficients. L'université de Modène qui travaille avec Fiat, Ferrari etc a réalisé parmi d'autres pour ceux qui en douteraient une étude bien référencée sur le sujet qui en démontre l'intérêt (voir en pratique Solarworld GT, Suncruiser, eVe Sunswift, Stella Solar, Navitas etc liens dans post plus bas) avec tous les avantages que çà apporte (forte diminution des batteries, plus d'importations d'énergies fossiles, pas de pollution directe, pas de demande sur le réseau mais apport, gain de place, efficience maxi, entretien réduit, durabilité accrue etc). Une option complémentaire sont les réseaux de bornes de recharge rapide solaires type Tesla cités à juste titre par Julie avec lien sur son post également plus bas. Autre option complémentaire la route électrifiée de 5 à 15% seulement, entre autres en Corée, pour bus, camions ou voitures = diminution par 5 (camions) ou 3 (voitures) des batteries http://www.lepoint.fr/auto-addict/innovations/la-coree-du-sud-teste-une-route-electrique-pour-ses-bus-publics-08-08-2013-1712296_652.php En bref il existe plusieurs options pouvant être combinées de manières optimale avec la meilleure efficience énergétique possible (rendement des moteurs électrique de 97% par exemple).
a écrit le 07/09/2013 à 16:18 :
Je ne parlerai pas de l'association auto+solaire que je ne connais pas.
Par contre j'utilise depuis 1 an une Ampera de Opel dont je suis très satisfait.
Mon problème était d'avoir 2 domiciles séparés de 700 km.
Pour simplifier on peut comparer l'Ampera à une voiture électrique
qui transporterait un groupe électrogène.
Traction à essence entre ces domiciles (conso 5.5 à 6 litres/100km)
et électrique le reste du temps.
Qqs remarques:
L'autonomie électrique varie beaucoup en fonction de la température.
L'utilisation électrique change énormément la manière de conduire
et on se rend compte de ce que coûte en énergie une accélération brutale
ou un freinage au dernier moment.
La conduite est très plaisante.



a écrit le 07/09/2013 à 15:19 :
La France a au moins le palmarès de la quantité à défaut d'autre chose... :)
a écrit le 07/09/2013 à 14:31 :
La Zoe avait ete commercialisee sans cordon de recharge 220V 'de secours' mais en realite utilise une grande partie du temps. L'erreur a ete corrigee.
Reste a la gamme Renault a developper l'autonomie intrinseque des batteries pour la porter a 250 km, et a rajouter un prolongateur hydrogene ou essence comme sur la BMW I3.
Pour ma part, utilisateur satisfait d'un Kangoo ZE 28 000 km - 5 000 kWh, j'attends avec impatience l'aplpication VE a la gamme utilitaire (Trafic-Master) qui a totalement vocation a passer en electrique.
a écrit le 07/09/2013 à 12:30 :
En complément du post très intéressant et innovant de "Véhicules solaires" ci-dessous qui démontre une voie de développement très importante : 4 reasons why your next car will be solar-powered http://www.northfulton.com/Articles-COLUMNISTS-c-2013-09-05-200465.114126-sub-4-reasons-why-your-next-car-will-be-solarpowered.html
a écrit le 07/09/2013 à 10:59 :
ce qu'on oublie de vous dire c'est qu'une part significative de ces achats vient des collectivités, agences publiques et de l'Etat. A relativiser donc. Ceci étant avec un vrai réseau de rechargement rapide, voir de changement de batterie en 30minutes comme en ISRAEL et ALLEMAGNE (il me semble), la voiture électrique deviendrait rapidement incontournable.
Réponse de le 07/09/2013 à 12:20 :
Better Place se remet de ses déconvenues en Israël mais Aux Etats-Unis Tesla avance vite avec le succès de ses véhicules électriques et ses bornes de recharge rapides "solaires". Il compte implanter ses bornes prochainement en Europe. http://www.teslamotors.com/supercharger
a écrit le 07/09/2013 à 10:27 :
C'est un bon début. Renault aura du mal à transformer l'essai sans une mise à jour de l'infrastructure par l'état ou par un opérateur privé. Il y a une opportunité à prendre pour un industriel innovant ou un groupe financier visionnaire qui investirait dans l'équipement des stations services françaises, et les places de parking en bornes de recharge électrique. Un candidat privé ?
Réponse de le 08/09/2013 à 18:41 :
Bolloré, Autolib... Les gens ne voient que les voitures, en réalit son investissement comprends egalement les places de parking en bornes de recharge électrique.
a écrit le 07/09/2013 à 0:21 :
Yamaha revient des Marseille après une année passée à apprendre le métier de facteur de piano. L'entreprise se met alors à vendre ses premiers piano droits et deux ans plus tard des pianos à queue. Fort de ce succès, elle continue donc de se diversifier en fabriquant d'autres instruments : harmonicas, xylophones, Motos, VTTs, Motoneiges, instruments de musique, moteurs hors-bord, nautisme, HiFi etc.La société Yamaha (???????, Yamaha kabushiki-gaisha?)
a écrit le 07/09/2013 à 0:09 :
Le solaire apporte environ 1400 W/h/m2. On en capte plus de 50% actuellement avec concentrateur type Soitec ou sur le véhicule solaire de Purdue univ. etc. C'est environ 1 CV/m2. Le solaire dans l'automobile existe déjà avec plusieurs marques (Toyota Prius, Honda, Chevrolet, Tesla etc). Les véhicules solaires sans consommation, ni importations d'énergies fossiles, ni pollution et avec des vitesses moyennes de 100 à 150 km/h pour 2 à 4 places et des autonomies de plus de 600 km sont déjà plus d'une dizaine depuis le lancement de la Solarworld GT en 2009 et il en arrive 2 à 4 nouveaux par an (voir classe Michelin "Cruiser" du site Solar World Challenge : http://www.solarracing.org/2013/06/05/2013-world-solar-challenge-official-participants-list/ ) On utilise le toit du véhicule mais on peut utiliser les parois et les vitrages. Corning Glass entre autres fait des vitrages solaires pour l'automobile. Michelin entre autres des roues avec motorisation intégrée qui réduisent les pertes d'énergie. Indupol (Belgique) des revêtements ultra légers pour véhicules solaires qui permettent des gains de poids, Thyssen Group des alliages pour moteurs de véhicules solaires, Stanford des cellules solaires incrustées pour une meilleure pénétration aérodynamique etc. On peut citer beaucoup de retombées technologiques de ce type depuis les premières courses solaires en Australie en 1982. On arrive donc à des véhicules solaires de plus en plus performants et testés sous tous climat y compris dans le cercle polaire avec un rayonnement solaire bas et faible et par - 30°C (http://www.xof1.com/ Power of One monoplace 120 km/h http://www.xof1.com/specifications.php ). En Europe il existe de même plusieurs programmes d'innovation pour véhicules auquels sont partie prenante différents groupes comme Fiat, VW, Siemens, Infineon, Mazel, etc avec les premiers véhicules urbains solaires dont le P-MOB EU http://motherboard.vice.com/blog/this-compact-solar-powered-car-turns-into-a-tiny-power-plant (http://eeepro.shef.ac.uk/p-mob/links.html et http://eeepro.shef.ac.uk/p-mob/index.html Solaire dans l'automobile : projet Smart top et autres : http://www.smartop.eu/fe/Site/t01/Project/1 ) Dans le monde, parmi les véhicules solaires de type Cruiser 2 à 4 places :
- l'australienne http://www.pozible.com/project/22101
- l'allemande http://www.youtube.com/watch?v=5OSNjIn_hxc
- la SunCruiser 3 places http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=bs2SIUcDXTI
- les américaines http://www.youtube.com/watch feature=player_embedded&v=C1yuFXlnxu0
- ou encore http://www.purduesolar.org/
- ou les néerlandaises http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pnIZOw5R_MM
- le véhicule familial solaire 4/5 places Stella du Solar Team d'Eindhoven http://www.solarteameindhoven.nl/nl/pages/car
- ou encore http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7rR4Jkev6Pk
- Daedalus Université du Minnesota 2 places 145 km/h
http://www.umnsvp.org/
http://www.solarracing.org/2013/07/26/university-of-minnesota-solar-vehicle-project-reveals-their-car-daedalus/
- Indupol One (Université de Louvain, Belgique)
http://www.indupol.com/solar-team-2012/
http://www.solarteam.be/solar-cars/
- EcoSolar Breizh France (monoplace avec plusieurs innovations)
http://www.ecosolarbreizh.com/Video_r50.html
Fiat a développé un véhicule solaire urbain prochainement commercialisé, Toyota prévoit d'en sortir un sous 2 à 3 ans. L'Europe a investi déjà 10 milliards d'euros dans les applications du graphène et hybrides qui concernent pour partie le solaire et permettent d'obtenir des couches ultra-minces et légères (graphène avec ou sans disulfure de molybdène, silicene, germanane etc), très résistantes, sans nécessiter de verre protecteur et permettant à terme de capter jusqu'à 65% de l'énergie solaire. Ce qui en fait les élements les plus denses en production d'énergie par poids juste après l'uranium qui a lui nécessité plusieurs traitements. Les retombées prochaines sur les véhicules solaires et le solaire en général permettront donc encore des améliorations notables.

L'université de Modène en Italie avec laquelle travaillent des groupes automobiles comme Ferrari, Lamborghini etc, impliqués dans des programmes de véhicules solaires européens et plus (programme de véhicule solaire bon marché développé avec la Jordanie et l'Egypte) a démontré que le solaire sur l'automobile était plus rapidement amorti qu'en toiture, même si ce développement rapide est très intéressant et très complémentaire aux véhicules électriques (accords entre les firmes automobiles et solaires pour la vente de concepts conjoints : Sunpower Ford et GM, Chevrolet etc pavillon solaire pour Volvo etc). Développement du réseau de charge rapide solaire Tesla etc. En outre le solaire sur les bus ou pour le chargement des bus se développe depuis le premier Tindo australien (http://www.adelaidecitycouncil.com/assets/acc/Environment/energy/docs/tindo_fact_sheet.pdf )

Et si le solaire dans l'aviation a des perspectives par nature limitées (exemple avion solaire Solarworld e-one : autonomie max jusqu?à 1 000 km durée de vol max. plus de 8 heures, vitesse de croisière 120 km/h http://www.youtube.com/watch?v=OSwijLbfjPY&feature=player_detailpage) il n'en est pas de même pour les dirigeables et hybrides (Aeros, Lookheed Martin, Solarship etc).

Tout comme dans la navigation maritime où les offres solaires déjà commercialisées sont nombreuses et se multiplient dans la navigation fluviale avec une bien meilleure efficience des moteurs électriques pour le pilotage des péniches, sans bruit ni pollution à des coûts très compétitifs.

Réponse de le 07/09/2013 à 11:48 :
Qulqu'un a lu ce commentaire en entier ?^^
Réponse de le 07/09/2013 à 12:09 :
Merci très intéressant. Il est dommage que l'on en parle encore peu en France et beaucoup plus aux Etats-Unis, Australie, Asie et même dans les autres pays européens tels l'Allemagne, les Pays-Bas etc. Les retombées technologiques sont en effet très importantes et complémentaires des véhicules électriques. Cà résoud les problèmes d'importations de pétrole, de pollution, de prélèvement sur le réseau tout en apportant de l'énergie supplémentaire, de place et limite fortement les importation de lithium. C'est véritablement une voie d'avenir très proche avec comme vous l'avez bien rappelé les limites du 1400 Wh/m2 ou 2 CV/m2. La Solarworld GT a marqué un tournant depuis 2009 et a largement fait ses preuves en 3 places, plusiers centaines de km d'autonomie de nuit, plus de 100 km/h et la SunCruiser est encore plus réussie, tout comme l'eVe Sunswift, entre autres.
Réponse de le 07/09/2013 à 12:26 :
Je confirme aussi, un grand merci pour avoir rappelé les évolutions rapides des véhicules solaires 2 à 4 places, je les attends avec impatience ! Et pour Chich j'ai lu en entier il y a des vidéos superbes ! J'ajoute aussi un lien avec quelques arguments complémentaires à propos du solaire dans l'automobile : 4 reasons why your next car will be solar-powered http://www.northfulton.com/Articles-COLUMNISTS-c-2013-09-05-200465.114126-sub-4-reasons-why-your-next-car-will-be-solarpowered.html
Réponse de le 07/09/2013 à 13:44 :
Bon je suis au travail donc j'ai une excuse pour ne pas avoir lu ce commentaire mais je me rattraperais.
Réponse de le 07/09/2013 à 15:17 :
Bien, @Véhicules solaires et solaire dans l'automobile, mais vous ne citez aucune entreprise française de poids comme Saint Gobain par exemple. Le solaire qui vient de la fusion nucléaire du soleil n'est qu'un axe complémentaire de l'électrique puisque uniquement source d'énergie qui remplacerait un système de batterie trop important. Il est peu probable que les véhicules soient "tout solaire" pour leur alimentation car le procédé est limité. Mais certainement un appoint qui ne supprime pas le besoin de batterie ni de moteur électrique. Votre titre est donc un peu trompeur. Il faut noter que la captation sera réalisée essentiellement par la peinture et le vitrage. Il est probable par contre que la charge externe en borne des batteries interchangeables soit assurée par du solaire.
Réponse de le 08/09/2013 à 0:22 :
Merci à Cristophe et Julie, je partage pleinement vos précisions et lien très bien ! Il faut effectivement en parler plus en France car c'est encore peu connu et pourtant c'est plein d'avantages ! @ Chich, effectivement c'était long désolé, je ferai plus court la prochaine fois ! @ Corso, bien vu, il faut bien en effet passer sous les longs tunnels ou rouler de nuit donc avoir un peu de batterie mais dans le cadre du World Solar Challenge ces véhicules n'ont que 21 kg de batterie pour une autonomie supérieure à la Tesla (souvent plus de 600 km comparé à 420 km) qui a sauf erreur quelques centaines de kg de batterie donc gros avantages (coût réduit, importations, pollution, entretien etc réduits) ! Julie a mis un lien très intéressant plus haut sur le réseau de recharge rapide solaire que Tesla met en place avec 200 stations prévues rapidement aux Etats-Unis et bientôt en Europe et Asie, cà semble une bonne option tout comme l'interchangeable que vous citez. J'ai évoqué Michelin qui a fait évoluer les moteurs dans les roues, je ne sais pas si Saint Gobain travaille spécifiquement sur les vitrages automobiles solaires mais si c'est le cas bravo ! L'énergie solaire a ses limites par m2 mais c'est une très bonne voie et comme vous le dites très complémentaire à l'électrique avec une part solaire qui peut être toutefois majeure si le véhicule est léger et efficient comme la SolarWord GT, la Suncruiser solaire, la Sunswft citées par Cristophe, la Stella Solar, la Navitas de Purdue Univ. etc. qui font largement leurs preuves dans la catégorie 2 à 4 places et ne sont pas loin désormais de pouvoir faire un transfert vers l'industrie, ce qui est le but affiché. Il y a le P MOB EU de Fiat, Siemens etc qui pourrait être commercialisé mais a une faible autonomie solaire car il est urbain. Toyota prévoit un véhicule solaire sous 2 à 3 ans. Il y avait la Kyocera SCV4. Mais plusieurs véhicules solaires de la gamme dite "Cruiser" actuelle sont transférables avec quelques aménagements (Suncruiser, Solarworld GT, Sunswift, Navitas, voire Stella etc)
a écrit le 07/09/2013 à 0:00 :
A noter que les ventes de Tesla électriques ont fait un bond de 33000 % en 1 an ! http://www.tdg.ch/economie/entreprises/Tesla-decolle-en-Californie-et-arrive-en-Suisse/story/17485404
a écrit le 06/09/2013 à 22:33 :
En effet, un article de synthese clair et à la tonalité positive. ça fait plaisir
Réponse de le 07/09/2013 à 11:21 :
+1
a écrit le 06/09/2013 à 19:15 :
0.5% de PDM en 1 ans. Pour l'hybride au bout d'un an c'était combien la PDM ?
Réponse de le 06/09/2013 à 21:21 :
La premiere Prius devait faire au bout d'un un bon 0,005%
Réponse de le 06/09/2013 à 23:43 :
Il me semble que l'hybride, c'était moins de 1000 véhicule la première année... 800 il me semble... (en France)
a écrit le 06/09/2013 à 18:30 :
Un article positif sur la voiture electrique ca nous change. Il faut dire que le changement ne plait pas a tout le monde
a écrit le 06/09/2013 à 18:16 :
Véhicules "0 émission" ??? Et à la fabrication aussi? Pour l'électricité aussi? Et l'usure des pneus aussi (par exemple)? Souvenons nous un peu aussi des conditions d'extraction du lithium pour les batteries. Un cheval sera toujours plus écologique que ces voitures et serait largement suffisant pour la plupart de leurs utilisateurs.
Réponse de le 06/09/2013 à 18:42 :
Mais moi, je préfère le crottin de Chavignol...
C'est nettement plus digestif ! :-)
Réponse de le 06/09/2013 à 18:52 :
Peut-être mais en comparaison des véhicules au mazout y a pas photo ! et comme l'hybride quel silence !
Réponse de le 06/09/2013 à 23:41 :
Tout comme quelques notes sur un papier envoyé par pigeon voyageur sont bien plus écologiques que des commentaires sur un ordinateur et sur internet ! L'informatique se pose là en terme de composants chimiques et de consommation électrique des tas de serveurs fonctionnant 24/24 7/7 !!!
Réponse de le 07/09/2013 à 15:25 :
Un cheval ou un âne, @Thargor. Vous oubliez que l'équation "écologique" est toujours battue en brèche par celle économique et qu'il convient d'en analyser les deux pendants. Le but n'étant pas d'être écologique et de mourir jeune mais de vivre le plus longtemps et le plus confortablement possible avec le moins de casse possible. A l'analyse et pour le point de développement actuel désolé de vous dire qu'un cheval n'est pas plus écologique, il faut le nourrir, il pollue, il rend peu de services relativement, etc... Il faut réviser vos tables.
Réponse de le 07/09/2013 à 16:52 :
Effectivement, pour la plupart des utilisateurs, un cheval serait suffisant. Dans mon immeuble on a une grande étable et des palefreniers, on amène du foin de la campagne, et on va au bureau à cheval, où d'autres étables les attendent ...Dans les bureaux il règne un odeur agréable, celle du crottin, et les couloirs ont une couleur indéfinissable ...c'est le progrès !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :