GM, Ford, Chrysler tournent à plein aux Etats-Unis, pas en Europe

 |   |  626  mots
Le Ford F 2014 se voit allégé de 300 kilos
Le Ford "F" 2014 se voit allégé de 300 kilos (Crédits : DR)
Les usines nord-américaines de Ford tournent à 135% de leurs capacités, celles de GM et Chrysler à 100%. En Europe, en revanche, les constructeurs américains ainsi que Fiat Chrysler Automobiles sont en berne.

En surcapacités chroniques en Europe, les constructeurs américains se portent très bien chez eux. Les usines nord-américaines de Ford fonctionnent ainsi à 135% de leurs capacités, affirme le constructeur à l'ovale bleu. La moitié des usines nord-américaines du groupe de Dearborn tournent en trois équipes. Ford avait annoncé en décembre dernier qu'il prévoyait de moderniser ou d'agrandir sept usines aux États-Unis. Les usines américaines de General Motors et de Chrysler fonctionnent, elles, à un peu plus de 100 % de leur potentiel.

Selon les critères du consultant Harbour, habituellement utilisés pour calculer le taux de remplissage des usines automobiles dans le monde, une usine fonctionne au maximum de ses capacités quand elle tourne en deux équipes de huit heures, cinq jours par semaine.

Croissance encore sur le marché américain

Il est vrai que Chrysler, désormais filiale à 100% de Fiat Chrysler Automobiles, a accru de 11% ses ventes mensuelles en février à 154.866 véhicules aux Etats-Unis. Ford les a augmentées de 6% à 183.947. En revanche, GM a baissé de 1% à à 222.104 unités.

Le marché américain a affiché l'an dernier une croissance à faire pâlir de jalousie l'Europe et la France en particulier. Les ventes de véhicules neufs ont progressé de 7,6% à 15,6 millions d'unités en 2013 aux Etats-Unis, selon la base de données Autodata. Le marché se rapproche des 17 millions de 2005, qui constituaient un record historique. Loin des 10,3 millions de l'année noire 2009. GM et Ford avaient crû de 11% aux Etats-Unis l'an dernier, Chrysler de 9%.

GM et Ford ont toutefois dû consentir de fortes remises en ce début d'année. Les ventes globales de voitures aux Etats-Unis ont stagné en février, à cause notamment  du froid polaire. Les consultants LMC Automotive et J.D. Power ont d'ailleurs revu quelque peu leurs prévisions pour le marché automobile américain cette année, selon le site spécialisé Automotive News.

Ils tablent désormais sur 16,1 millions de véhicules immatriculés en 2014, toutes marques confondues, ce qui marquerait encore une forte progression par rapport à 2013, contre 16,2 millions précédemment espérées. Par ailleurs, LMC évalue la production de véhicules en Amérique du nord cette année à 16,5 millions d'unités, avec une hausse de 7% au Mexique à 3,1 millions d'unités et une croissance de 3% aux Etats-Unis à 11,1 millions.

Bérézina en Europe

Heureusement que l'Amérique du nord compense les très mauvais résultats en Europe.  Ford  avait ainsi affiché en 2013 un profit record avant impôts de 8,78 milliards de dollars (6,7 milliards d'euros) sur ses activités nord-américaines. Le constructeur avait en revanche perdu l'an dernier sur le Vieux continent (avant impôts) 1,61 milliard de dollars (1,24 milliard d'euros)! Et ce, après 1,75 milliard de déficit en 2012. Ford perd de l'argent depuis 2011 sur le Vieux continent. La firme familiale est d'ailleurs en pleine restructuration en Europe.

Elle prévoit de fermer en fin d'année son vieux site belge historique de Genk, qui emploie 4.300 personnes et fabriquait jusqu'ici la gamme moyenne supérieure du constructeur sur le Vieux continent. Par ailleurs, Ford a fermé en Grande-Bretagne l'été dernier son usine d'assemblage de Southampton (utilitaires) ainsi que des ateliers d'emboutissage du site de mécanique de Dagenham. Soit 1.400 suppressions de postes supplémentaires.

GM est structurellement déficitaire en Europe depuis plus de dix ans. Il y a encore affiché l'an passé une perte opérationnelle de 800 millions de dollars (610 millions d'euros), après 1,9 milliard en 2012. GM s'apprête à ferme son site allemand de Bochum qui appartient à sa filiale germanique Opel. Enfin, Fiat Chrysler Automobiles tourne environ à 50% de ses capacités en Italie. Et ce sont les profits de Chrysler, quasi-uniquement réalisés en Amérique du nord, qui compensent les pertes de Fiat sur le Vieux continent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2014 à 15:36 :
Par contre ce serait bien qu'ils essaient de conssomer un peu moins je pense que meme si c'est l'amerique un v8 n'est plus de mise sur tout un tas de voitures.
Apres elles sont moins chere, c'est clair mais le regain va t-il perdurer telle est la question.
Faire la comparaison avec le marche europeen n'a pas de sens. Ce marche est tellement particulier et totalement different.
a écrit le 27/03/2014 à 19:55 :
Papa, c'est l'Amérique !!!
Réponse de le 27/03/2014 à 21:45 :
C'est encore loin l'Amérique ? Tais toi et rame;
Les voitures sont moins chères aux USA toutes taxes comprises, c'est peut-être l'une des raisons de la reprise du marché, non ?
Réponse de le 28/03/2014 à 18:09 :
Chacun sa culture .
Sur nos routes sinueuses rien de tel qu'une Fiesta ST élue sportive de l'année.
Aux states ce serait plutôt un pick-up avec un bon V8 .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :