Bridgestone : Xavier Bertrand demande à l'Etat de sauver l'usine de Béthune

Le président de la région Hauts-de-France incite l'Etat à financer les investissements nécessaires pour éviter la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais).
Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand dit travailler main dans la main avec le gouvernement français pour éviter la fermeture de l'usine de Béthune
Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand dit travailler main dans la main avec le gouvernement français pour éviter la fermeture de l'usine de Béthune (Crédits : BENOIT TESSIER)

L'État français doit proposer de financer les investissements nécessaires pour éviter la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) et la délocalisation de son activité, a estimé dimanche le président de la région Hauts-de-France. La ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a exclu au "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI" que l'État rentre au capital de l'entreprise, une "fausse solution" qui ne "résout rien". "Le cœur du sujet c'est d'avoir un projet industriel qui tienne la route", selon elle. Xavier Bertrand a cité en exemple le bras de fer, qui avait opposé en 2013 l'État italien au fabricant de pneumatiques japonais, au terme duquel Rome avait accepté de financer des investissements pour sauver une usine de Bari qui devait être délocalisée.

"L'usine est restée ouverte et 60% des emplois ont été sauvés", a déclaré sur Europe 1 l'ancien responsable de Les Républicains, qui a dit travailler main dans la main avec le gouvernement français pour éviter la fermeture de l'usine de Béthune. "Il faut tout faire pour l'éviter", a-t-il insisté.

Agnès Pannier-Runacher a assuré de son côté que la direction de Bridgestone avait accepté d'entamer des négociations sur l'avenir de l'usine. "Les salariés et les organisations syndicales ont signé un accord de méthode qui donne cinq mois à la discussion et rouvre des scénarios alternatifs à la fermeture de l'usine", a-t-elle déclaré pendant l'émission Le Grand Jury sur RTL et LCI. La direction de Bridgestone et les salariés de l'usine de Béthune ont signé vendredi cet accord de méthode, annoncé mercredi par le géant japonais du pneumatique. Selon Xavier Bertrand, les plans de relance annoncés au niveau national et régional doivent permettre de faire les investissements nécessaires.

Mauvaise foi de Bridgestone

Le président des Hauts-de-France a par ailleurs fustigé la mauvaise foi de Bridgestone, reprochant à la société japonaise de ne jamais avoir répondu à ses sollicitations pour savoir comment assurer la pérennité de l'usine de Béthune, tout en bénéficiant d'aides publiques. "Les aides publiques doivent être remboursées" à chaque fois qu'une entreprise décide de délocaliser son activité, a insisté Xavier Bertrand.

La ministre a également fustigé la méthode adoptée jusqu'ici par la direction du géant japonais. "Ce qui est inadmissible (...) c'est de ne pas avoir ouvert la discussion en amont de cette annonce brutale", a-t-elle jugé. "On savait que l'usine était en perte de vitesse" et les autorités avaient convié "la direction de Bridgestone à la table de discussions pour justement regarder comment on pouvait regagner de la productivité, de la compétitivité".

Mobilisation du gouvernement

La mobilisation du gouvernement est totale sur ce dossier mais restera-t-elle que sur le plan médiatique. En tout cas, Agnès Pannier-Runacher et la ministre du Travail Elisabeth Borne se rendront lundi matin à Béthune "pour voir tout le monde, tout le monde: les élus locaux, la direction locale" et "parler à la direction européenne", a rappelé la ministre. "Il y a une mobilisation absolue pour ce site", selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, qui "croit à la pression politique" et souligne "une forme de concorde politique autour de ce dossier".

Le manufacturier japonais Bridgestone a annoncé mercredi son intention de fermer en 2021 son usine de Béthune qui emploie 863 personnes dans la fabrication de pneumatiques pour voitures. Une annonce dont le gouvernement et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand ont dénoncé "la brutalité, la pertinence et les fondements". L'usine de Béthune, qui produit des pneumatiques pour l'automobile sous les marques Bridgestone et Firestone, connaît des difficultés de longue date. Elle est "la moins performante" parmi la dizaine d'usines du groupe en Europe, affirme la direction.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 15/11/2020 à 11:32
Signaler
l'UE a donne 24 millions à BRIDGESTON POUR moderniser son usine en Pologne ALORS MR BERTRAND chantre de l'Europe un peu d'humilité

à écrit le 21/09/2020 à 23:41
Signaler
La solution : Payer largement son concurrent français Michelin pour qu'il se substitue à Bridgestone et investisse dans l'usine ! … et imposer une taxe sur les pneus du japonais Bridgestone … et sur les pneus chinois !

à écrit le 21/09/2020 à 13:27
Signaler
Bizarre de botter en touche en demandant rien que moins que de nationaliser cette usine ou redonner des subventions alors que les dirigeants sont accusés par les politiques et les syndicats de vivre de ses subventions ? C'est le problème de nos polit...

à écrit le 21/09/2020 à 11:06
Signaler
Que ne ferait on pas pour avoir la "une" des gazettes... c'est de départ des campagnes présidentielles!

à écrit le 21/09/2020 à 10:49
Signaler
Encore une occasion de dépenser NOTRE argent tout en sachant que c'est peine perdue: même les syndicats savent que la fermeture est inéluctable. Une chose est sure: je ne voterai pas pour ce pantin s'il se présente à la présidence; j'augurais pourtan...

à écrit le 21/09/2020 à 9:56
Signaler
Qu'est-ce qui lui prend au Franc-Mac promoteur de l'UE ? ça fait plus de 10 ans que les chinois inondent le marché avec leur pneus à prix cassés.

à écrit le 21/09/2020 à 9:05
Signaler
Ça mange pas de pain.

à écrit le 21/09/2020 à 8:59
Signaler
Qu'est-ce que ferait l'état de ce site, sans droit à la marque, sans les brevets pour produire,.. des pneus.. pour qui, pour quoi? Les politiques devraient oser monter un peu le débat, s'ils en sont capables...

à écrit le 21/09/2020 à 8:00
Signaler
La solution n’est pas l’état dans l’économie, les réalités du marché reprennent toujours le dessus. Sortir l’état de l’économie, c’est aussi arrêter de déverser des subventions

à écrit le 21/09/2020 à 7:51
Signaler
Obligation a tous les fonctionnaires d'acheter des pneus Bridgestone.

à écrit le 21/09/2020 à 3:54
Signaler
Ce site meurt a cause de la fiscalite.

le 21/09/2020 à 18:08
Signaler
La fiscalité n'est que le résultat du modèle social obèse de notre pays socialiste. C'est donc là la vraie cause.

à écrit le 21/09/2020 à 0:38
Signaler
C'était possible de sauver bridgestone en acceptant de travailler 35 heures au lieu de 32, trois heures supplémentaires payées rubis sur l'ongle. La CGT a refusé l'accord , préférant la fermeture de l'usine plutôt que de travailler trois heures de pl...

le 21/09/2020 à 14:20
Signaler
c'est bien de vouloir cacher la spéculation économique, car c'est l'objet de la stratégie du groupe. Ce n'est pas les trois heures de plus par salariés qui changera quoi que cela soit ! La mondialisation a servit a la délocalisation et la défiscal...

à écrit le 20/09/2020 à 23:41
Signaler
Il n'a toujours pas compris. Et prétend se lancer pour la présidentielle. LOL. Comme une espèce de croisement entre Benoit Hamon et Philippe Poutou. Quel homme !

à écrit le 20/09/2020 à 19:31
Signaler
Juste retour de boomerang.... La france depuis le début du covid clame haut et fort vouloir etre souveraine... Les autres pays font de même... Nokia retourne en Finlande Bridgestone retourne au Japon Et les francais seront souverains chez eu...

le 21/09/2020 à 14:22
Signaler
merci au promoteur du concept "d'entreprise sans usines", a cela nous pouvons constater le niveau des patrons Français, la vision et l'anticipation......

le 22/09/2020 à 6:52
Signaler
Nokia retourne en Finlande avec Alcatel qu'on leur a laissé s'approprier ...

à écrit le 20/09/2020 à 18:32
Signaler
"Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" (Bossuet) Chaque fois qu'une usine ferme, les mêmes rengaines ridicules des politiques. Et, pourquoi faudrait-il que l'état vole au secours des 800 et quelques salariés ...

le 20/09/2020 à 19:07
Signaler
????!!!

à écrit le 20/09/2020 à 17:03
Signaler
En voilà un qui veut se "présidentialiser" médiatiquement en jouant dans le sens de ses électeurs potentiels!

à écrit le 20/09/2020 à 16:43
Signaler
X.Bertrand fait de la politique politicienne. Il manœuvre en vue des présidentielles. Demander à l'état d'aider la société à investir ne sert à rien. Il faut une réforme systémique qui inclut une diminution des dépenses publiques, c.à.d des dépenses ...

à écrit le 20/09/2020 à 16:09
Signaler
"et la délocalisation de son activité" si ça a déjà, fonctionnellement, été délocalisé en Pologne, c'est cuit. S'ils font des modèles de pneus dont le besoin disparaît (et l'usine avec), comment soutenir la production en France ? A part faire autre c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.