Des chercheurs (financés par Volkswagen, Daimler et BMW) auraient fait inhaler des gaz d'échappement à des cobayes humains

 |   |  1078  mots
L'EUGT a aussi parrainé des tests effectués sur des singes de laboratoire, forcés à inhaler des émanations de diesel provenant d'une voiture Volkswagen. Le New York Times, le premier quotidien américain, a affirmé jeudi que ces tests scientifiques impliquant des singes avaient été menés en 2014, sur le sol américain.
L'EUGT a aussi parrainé des tests effectués sur des singes de laboratoire, forcés à inhaler des émanations de diesel provenant d'une voiture Volkswagen. Le New York Times, le premier quotidien américain, a affirmé jeudi que ces tests scientifiques impliquant des singes avaient été menés en 2014, sur le sol américain. (Crédits : Reuters)
Jusqu'où ira le scandale Volkswagen ? Faire inhaler à 25 jeunes gens en bonne santé du dioxyde d'azote pendant plusieurs heures... tel était l'objet de l'étude commandée par le Groupe européen de recherche sur l'environnement et la santé dans le secteur du transport (EUGT), dissous l'année dernière, mais qui était financé par trois des plus grandes marques auto allemandes, révèle un quotidien de Stuttgart. Cette information venant tout juste après celle, dévoilée par le New York Times jeudi dernier, de tests scientifiques réalisés par le même organisme et impliquant des singes, dans le but de défendre l'usage du diesel.

[ Article publié le lundi 29 janvier à 9h38, mis à jour à 15h40 avec réactions ]

Stuggart, c'est la ville de Mercedes (filiale de Daimler) et de Porsche. Mais c'est aussi l'une des villes allemandes les plus en pointe dans la lutte contre la pollution automobile et notamment contre le diesel - qu'elle veut faire interdire dans ses rues. Et c'est le quotidien de cette ville de près d'un million d'habitants, le Stuttgarter Zeitung (que Courrier International qualifie de "journal de qualité du sud-ouest de l'Allemagne de tendance centre droit") qui a révélé dimanche un nouveau scandale qui concernerait trois des plus emblématiques marques automobiles allemandes.

Volkswagen, Daimler et BMW auraient financé les recherches

Ainsi, un organisme de recherche, financé par plusieurs constructeurs automobiles allemands, a fait procéder à une étude scientifique sur les effets du dioxyde d'azote (que l'on trouve dans les gaz d'échappement) sur des cobayes humains, rapporte le Stuttgarter Zeitung.

Cette étude, poursuit le journal allemand, a été commandée par le Groupe européen de recherche sur l'environnement et la santé dans le secteur du transport (EUGT), dissous l'année dernière. Selon le Stuttgarter Zeitung, dont les informations n'ont pu être confirmées par Reuters, l'organisme de recherche était financé par les constructeurs allemands Volkswagen, Daimler et BMW.

Daimler, qui "condamne fermement" l'étude, va enquêter

D'après le journal, environ 25 jeunes gens en bonne santé ont inhalé pendant plusieurs heures du dioxyde d'azote à des doses variées. Les tests étaient effectués dans un institut hospitalier dépendant de l'université d'Aix-la-Chapelle (ouest de l'Allemagne) mandaté par l'EUGT.

L'impact des gaz d'échappement sur les personnes n'a pas pu être déterminé par l'étude, publiée en 2016, précise le journal.

Se disant "consterné" par "la mise en place et l'ampleur de ces tests", Daimler a affirmé dimanche "condamner fermement" cette étude. Le groupe, qui a assuré n'avoir aucun lien avec cette étude, va tout de même lancer une enquête.

Des expériences sur des singes en 2014, avant le scandale de 2015

Ces révélations interviennent sur fond de scandale provoqué par la découverte en 2015 de tests truqués d'émissions des voitures de la marque Volkswagen qui a remis en question l'avenir des moteurs diesel et illustré la difficulté qu'ont les constructeurs à se conformer à des règles de plus en plus strictes d'émissions d'oxyde d'azote.

Lire aussi : Dieselgate: les fraudeurs méritent la prison, selon Erik Solheim (ONU)

Plusieurs villes allemandes envisagent ainsi d'interdire certains véhicules diesel en raison du taux "choquant" d'émissions d'oxyde d'azote mesuré dans l'atmosphère.

L'EUGT a aussi parrainé des tests effectués sur des singes de laboratoire, forcés à inhaler des émanations de diesel provenant d'une voiture Volkswagen. Le New York Times, le premier quotidien américain, a affirmé jeudi que ces tests scientifiques impliquant des singes avaient été menés en 2014, sur le sol américain.

Voici comment débute l'article de Jack Ewing, dans le New York Times daté de jeudi dernier (25 janvier) :

"En 2014, des scientifiques du laboratoire d'Albuquerque ont mené une expérience inhabituelle: dix singes accroupis dans des chambres hermétiques, regardant des dessins animés pour se distraire en respirant les vapeurs d'une Volkswagen Beetle diesel."

Le but de l'EUGT était de défendre l'utilisation du diesel après que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné le carburant comme cancérigène, précisait le journal américain. Précisément, l'étude visait à prouver que les moteurs diesel de dernière génération étaient beaucoup moins polluants que les anciens.

Mais, affirme le New York Times, les chercheurs américains du laboratoire d'Albuquerque ignoraient un fait capital : la  Volkswagen "Beetle" (version moderne de la "Coccinelle") fournie par Volkswagen était spécialement conçue pour produire des niveaux de pollution en laboratoire beaucoup moins élevés que sur la route.

Samedi, selon l'AFP, Volkswagen avait réagi, déclarant prendre "ses distances avec toute forme de maltraitance d'animaux".

Francfort, Allemagne | AFP | lundi 29/01/2018 - 10:53 UTC+1 | 382 mots

Les constructeurs automobiles allemands Volkswagen, Daimler et BMW devaient affronter lundi des informations de presse sur des tests d'émissions de gaz diesel effectués sur des singes mais aussi des humains.

Dès samedi, Volkswagen a indiqué prendre "clairement ses distances avec toute forme de maltraitance d'animaux", après la révélation par le New York Times de tests menés sur des singes pour le compte des trois constructeurs ainsi que de l'équipementier allemand Bosch.

Ces expériences avaient été conduites en 2014 sur le sol américain par un organisme européen sur la santé dans le secteur du transport, l'EUGT, fondé par les quatre groupes.

Mais l'affaire a pris une nouvelle dimension lundi, lorsque le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a affirmé que des tests sur les effets de l'inhalation d'oxydes d'azote (NOx) avaient également été effectués sur quelque 25 êtres humains en bonne santé.

"Nous nous distancions expressément de l'étude et de l'EUGT", a commenté lundi un porte-parole de Daimler sollicité par l'AFP.

"Nous sommes consternés par l'ampleur des études et leur mise en œuvre", a-t-il ajouté, affirmant que sa filiale Mercedes-Benz "condamne les expériences dans les termes les plus forts".

BMW, également sollicité, n'avait pas encore réagi en matinée.

Lundi, la ministre allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks, déclarait :

"Je suis écoeurée d'apprendre les révélations sur les tests d'émissions concernant les humains et les singes."

Ajoutant :

"Il est bon - et c'est le moins qu'on puisse attendre - que les constructeurs automobiles allemands se soient distanciés des tests et se soient excusés. Les dessous de ce scandale doivent être rapidement mis au jour."

Bernd Althusmann, ministre de l'Économie de Basse-Saxe, un Etat-région actionnaire de VW, a pour sa part qualifié ces expérimentations animales d'"absurdes et inexcusables", a rapporté l'agence DPA.

Quant au ministre-président du Land de Basse-Saxe, Stephan Weil, il déclarait lundi matin également :

"Si ces tests ont bien été réalisés, ils sont "absurdes et répugnants."

Le Land, actionnaire de Volkswagen à hauteur de 20%, veut étudier dans quelle mesure "une responsabilité individuelle" est à endosser une fois que les faits seront élucidés, a ajouté l'homme politique.

"Le comportement du groupe doit respecter les exigences éthiques à tous égards", a-t-il souligné, alors que l'Etat-région de Basse-Saxe siège au conseil de surveillance du constructeur.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2018 à 7:05 :
Que ces firmes au passé lourdement compromis (mais le capitalisme est bon enfant ...) se permettent ce genre d'idioties sans craindre de retombées en termes de notoriété (mais y en aura-t-il ?) est significatif de leur amnésie.
Jouer avec des gaz pour des entreprises allemandes qui veulent faire ignorer leur soumission zélée au nazisme serait stupide si ce n'était outrageusement criminel et cynique. Question de "culture industrielle" ?
a écrit le 31/01/2018 à 22:15 :
L’evolution Comme « par soi-même « 
Certains utilisent «  subtilement «  le temps pour «  flouter » les informations
Le passé c’est le passé.
Il y a eu «  trop » de morts dans le MONDE à cause de ces c***********
Aujourd’hui c’est le présent : c’est quoi votre « H.... » contre les Allemands?
Demain c’est demain.
Soyons «  dignes » et «  tolérants «  et surtout «  responsables de ce que nous diffusons »aux autres...
Non à la Haine qui que ça soit.
a écrit le 30/01/2018 à 23:38 :
Bande de nazi refoulé ! Il y a 60 des puriture menait déjà ce genre d'expérience et aujourd'hui les plus grands groupes allemand ose mener ce genre d'expérience ! La stupidité est bien la basse de notre civilisation !!!!!
a écrit le 30/01/2018 à 21:40 :
Avant les chambres à gaz, les Allemands utilisaient les gaz d'échappement des camions pour "éliminer" (exterminer est le mot juste...) tout "Unter Menschen.
La méthode fonctionnait parfaitement mais avait un défaut: Un faible rendement. D'où l'invention de la chambre à gaz... qui est une chambre de combustion géante qui génère exclusivement de la fumée, dont on aurait pu penser que le génie Allemand de l'époque ait l'idée aussi de l'utiliser pour la même sinistre besogne.Morbide.
Les Allemands d'aujourd'hui n'y sont pour rien, n'empêche que c'est quand même chez eux qu'on fait respirer des "gaz" à des singes et à quelques humains. Atavisme de la race... Aryenne?
Réponse de le 31/01/2018 à 8:55 :
Chaque évolution crée son ou ses dangers, que cette évolution soit technologique ou tout simplement humaine.
L'atome a créé son danger d'irradiation. Les baladeurs et portables ont crée leur danger de surdité. Le hamburger a créé son danger d'obésité. Et bien sûr le moteur à explosion a créé les dangers liés à ses rejets.

Même la nature en colère crée d'extraordinaires dangers.

Je remarque cette réflexion sensée qui décortique les agissements des uns et des autres. Les constructeurs allemands ont fait appel à un ou des laboratoires pour l'étude des dangers du CO2 sur la santé humaine. D'après ce que l'on sait ce ne sont pas ces constructeurs qui ont ordonné l'usage de primates et d'humains pour ces études.

Alors ne confondons pas tout.

D'autant plus que des constructeurs autant français qu'allemands ont lancé beaucoup d'innovations pour limiter au maximum les rejets sans attendre les directives de Bruxelles. Aussi bien pour des moteurs essence que diesel ce fut le cas des pots catalytiques, des alimentations par injection et rampe commune, des ordinateurs de bord... etc...
D'un autre côté des raffineurs ont eux aussi procédé à des recherches pour mettre sur le marché des produits résiliant moins de déchets dangereux.

Si les mêmes recherches avaient profité aux navires qui sillonnent les océans dont les portes-conteneurs les plus polluants qui utilisent encore aujourd'hui des hydrocarbures prohibés sur les routes terrestres, la pollution atmosphérique mondiale serait divisée par deux ou trois. Il me semble avoir lu que les quinze plus gros navires portes-conteneurs polluent plus que tous les véhicules terrestres à moteur de la planète.
Alors que l'on arrête de désigner bêtement du doigt ce moteur terrestre à explosion qui a tant fait pour notre confort d'aujourd'hui quand on oublie de mentionner tous les autres secteurs qui sont des pachydermes à comparer avec les premières souris.

Et là, même s'ils ont truqué les résultats de certains tests, ce ne sont pas les constructeurs automobiles allemands qui sont défaillants,
a écrit le 30/01/2018 à 20:44 :
Avec les allemands ça sent toujours le gaz, pauvres singes, heureusement ils liquident les supérieurs hiérarchiques les uns après les autres et leurs grosses autos deviennent tous les jours un peu plus invendables surtout à domicile !
a écrit le 30/01/2018 à 17:55 :
Les néerlandais le font depuis des années, selon des protocoles scientifiques agréés par une commission. Ça évite d'installer des gens en bord d'autoroute. A savoir ensuite ce qu'ils mesurent, en déduisent, ... Le NOx je le sens (sentais car ça a évolué, et ne suis plus près de Paris) aux feux rouges avec les vieux moteurs diesel (odeur nitrique), quand y a un embouteillage en ville, en traversant la rue.
Peut-être des "nez" (parfumeurs) pour détecter des odeurs résiduelles selon les réglages, les moteurs ?
a écrit le 30/01/2018 à 9:45 :
"..... Le groupe, qui a assuré n'avoir aucun lien avec cette étude " .....
on en set tous convaincus ...... ouarf !
a écrit le 30/01/2018 à 1:34 :
si on les avait laissé finir leurs tests entre 39 et 45 les voitures d'aujourd'hui ne pollueraient peut etre plus :)

Non non c est juste pour provoquer, mais franchement quand vous achetez une vw vous savez maintenant qui vous soutenez financierement
Réponse de le 30/01/2018 à 8:55 :
Mort de rire..,
Arrêter de vous «  enfermer dans des symboles et dans des «  on dit »

Gardez l’esprit «  critique »

Une voiture c’est une voiture , peu importe la marque
Si elle vous plait tant mieux pour vous

Laissez les «  gens tranquilles » sans juger leur «  vie » et leur «  choix »
Tant que ça fait pas de mal aux autres.

Ensuite je trouve vachement «  pervers » de ressortir des vieux dossiers pour influencer «  les gens » comme si on a pas assez de problème en Europe : comme l’emploi...

Bonne journée à tous et toutES
Réponse de le 30/01/2018 à 9:46 :
... ça n'empechera nullement les gens d'acheter la marque : ainsi va l'immense solidarité des consommateurs /usagers !
Réponse de le 30/01/2018 à 10:44 :
En effet tous les dirigeants des entreprises teutonnes ont collaboré avec le Cousin moustachu de Mme Merkel et leurs descendants sont bien rôdés pour poursuivre leurs vilénies
Ca ne devrait plus étonner personne de la part des allemands.
a écrit le 30/01/2018 à 1:31 :
tester des gazs sur des humains quoi de plus normal pour des allemands
n'oublions pas qui est à l'origine de cette marque.
extrait ci dessous de wikipedia
Avant la guerre, le désir d’Hitler est que chacun puisse s’offrir une voiture, car l’Allemagne vient de se doter d’un large réseau d’autoroutes qui restent désertes. L’ingénieur Ferdinand Porsche2, voyant dans ce projet l’occasion de réaliser son plus vieux rêve : fabriquer un modèle de voiture populaire, lui fit une proposition en ce sens, inspirée des modèles avant-gardistes Tatra de Hans Ledwinka. Les prototypes de ce véhicule appelé provisoirement KdF-Wagen, (Kraft durch Freude également nom d’une des principales organisations du parti hitlérien) apparaissent en 1936
Réponse de le 30/01/2018 à 7:50 :
Les autoroutes de Hitler se sont avérées dans le temps être, après guerre, un formidable moteur de compétitivité d'une Allemagne pacifiée. Quant à la KdF-Wagen, devenue la Coccinelle, elle a été produite à près de 22 millions d'exemplaires jusqu'en 2003 en Amérique Latine (sans compter les nombreux modèles qui en ont été dérivés et qui ont constitué le coeur de la gamme VW jusqu'aux années 70 et l'arrivée des modèles "tout à l'avant" (K70, Golf,...)). C'est dire si F. Porsche, tout en s'inspirant des modèles de Tatra et Skoda, a été visionnaire. Ironie de l'histoire, lors de la privatisation de Skoda, c'est VW qui a remporté la mise face à Renault (qui avait simplement proposé d'y produire la R19) et y a développé une gamme complète très séduisante.
a écrit le 29/01/2018 à 21:55 :
Holà, holà, le vrai coupable dans cette affaire est le centre hospitalo-universitaire qui a conduit ces tests et défini le protocole expérimental. Les constructeurs automobiles sont dans leur rôle en cherchant à savoir quelle est la nocivité réelle du NO2 et en passant un contrat avec un labo de recherche pour effectuer les études nécessaires. Et il n'y a pas de miracle, la seule solution est l'expérimentation animale (des millions de souris de laboratoire en savent quelque chose... ). Evidemment, l'amalgame est grossier avec l'usage que faisaient naguère les nazis des gaz d'échappement de leurs camions... même si c'est le monoxyde de carbone (et non le dioxyde d'azote) qui était le véritable composant létal de ces gaz d'échappement.
a écrit le 29/01/2018 à 21:04 :
La France un vrai laboratoire pour les dieselistes depuis 25 ans pas besoin de cobayes de laboratoires ,les citadins ne coûtent pas cher!
Réponse de le 29/01/2018 à 21:39 :
Peut-être mais les résultats ne sont guère probants puisque l'espérance de vie est plus forte en ville (en particulier à Paris) qu'à la campagne ou dans une province reculée. Parce qu'à cet égard, la proximité de services hospitaliers performants est bien plus déterminante que la pollution de l'air...
Réponse de le 30/01/2018 à 9:49 :
@bruno_bd ;;;; le taux de cancers aussi !
Réponse de le 30/01/2018 à 16:26 :
@Hillaire Max : parce qu'il y en a effectivement plus ou parce qu'ils y sont mieux détectés vu la plus grande facilité d'accès aux services hospitaliers ?
a écrit le 29/01/2018 à 20:47 :
Je n'ai même pas lu l'article au vu du titre sordide, pendant la seconde guerre mondiale ?
a écrit le 29/01/2018 à 20:30 :
Et toujours des horreurs quelle honte c expérience sur les animaux des êtres dit humain la honte de l'humanité c labo les derniers de la classe qui ne Save même pas faire des analyse .et qui se la raconte !!!!!!!!plus jamais une voiture allemande.
Ce monde d’australopithèque qui ne save même pas se nourrir sens manger d’ animaux
car seule les animaux mange des animaux car il n’ont pas de supermarché !!!!
a écrit le 29/01/2018 à 20:24 :
A qui «  profite » ce «  pseudo » scandale ?
Les autos américaines ?
Japonaises ?
Chinoises ?
???
a écrit le 29/01/2018 à 19:52 :
En matiere de gaz et de tests l'histoire montre que les allemands s'y entendent...effectivement....
Réponse de le 29/01/2018 à 20:55 :
Ça me paraît un peu trop beau pour être vrai.
a écrit le 29/01/2018 à 19:43 :
Les chambres à gaz....ca ne vous rappelle rien ?
Ah ces allemands que l'Europe prend pour modèle...écoeurant!!!!!
a écrit le 29/01/2018 à 19:33 :
On ne sait pas le résultat de l'expérience et si ces 25 cobayes ont bénéficié de voitures équipées avec des FAP dernières générations , polluant moins que les voitures à essence...
a écrit le 29/01/2018 à 18:20 :
Si les cobayes humains se sont laissés volontairement tester, s'ils sont été prévenus des risques qu'ils couraient, s'ils ont signé un contrat en connaissance de cause sans qu'une nécessité économique immédiate ne les y contraigne, je ne vois pas ce qu'il y a de mal à participer à ces tests...même si l'idée même de pareils tests est déplorables.
Les gens qui vendent leur sang ou leurs organes pour donner à manger à leurs enfants, ça c'est autrement grave.
Réponse de le 29/01/2018 à 19:59 :
On ne peut pas laisser les gens tout faire au prétexte qu'ils seraient majeurs et vaccinés., que ce soit les cobayes, les labos et les financeurs de l'étude.

Ensuite ces expériences et le contexte me semblent être tellement farfelus et idiots, que je ne suis pas loin de penser à une fake news surfant sur la bêtise populaire et l'écho émotionnel des gazages nazis.

1°) le NO2 est un gaz facile à trouver pur, en bonbonne avec de concentrations calibrées standard, inutile de connecter une beetle pour en fabriquer. C'est se compliquer inutilement la tâche et risquer de se retrouver avec des résultats inexploitables du fait qu'il sort d'un pot d’échappement des dizaines de composés volatifs.

2°) Je ne vois aucun laboratoire digne de ce nom et travaillant dans le domaine médical avaliser un protocole qui consiste à intoxiquer des êtres humains. Normalement ça doit passer par le conseil d'éthique de l'organisme de recherche et les autorités de tutelles du pays. Passer outre c'est tout simplement suicidaire pour le labo qui s'y risquerait.

3°) Je n'ai pas de raisons de penser que les dirigeants de ces groupes soient assez bêtes pour penser qu'ils puissent un jour présenter ces expériences à la presse pour en tirer un quelconque bénéfice.
Vous voyez la scène?
"Salut les gars, on a tenté de gazer des gosses avec une beetle et ça na pas marché !"...

Pour moi c'est une Fake New, ou présentée de façon totalement biaisée... et un carton rouge pour la Tribune qui la relaye.
a écrit le 29/01/2018 à 17:24 :
"Le groupe, qui a assuré n'avoir aucun lien avec cette étude, va tout de même lancer une enquête"

Pour qu'on ne trouve aucun lien avec lui dans cette affaire, oui on se doute, la meilleure défense c'est l'attaque !
a écrit le 29/01/2018 à 16:46 :
Forte hausse des ventes de Toyota avec ses hybrides , le consommateur semble désormais vouloir en finir avec le diesel d'autant plus que le choix des motorisations est maintenant important . En ce qui concerne la pollution je pense qu'il n'existe aucune solution vraiment intéressante peut être les moteurs à hydrogène .
a écrit le 29/01/2018 à 15:21 :
Mais le test sur les humains et les animaux il a lieu à longueur de temps, il suffit de demander l'avis de pneumologues ou scientifiques indépendants, de ceux qui n'ont aucunes attaches avec les pétroliers...
a écrit le 29/01/2018 à 15:14 :
Le scandale VW continue alimenté par tous les possesseurs de véhicules qui refusent de répondre aux rappels pour la mise aux normes de leur diesel. Il faut espérer que le nouveau contrôle technique bientôt en vigueur remettra les choses en place.
a écrit le 29/01/2018 à 15:12 :
Mais où est donc le problème ? Que je sache, les constructeurs actuellement suspectés (car il ne s'agit que de ça pour le moment), n'ont jamais kidnappé et séquetré quelques pedzouilles pour leur faire inhaler une cochonnerie. Que je sache, ces 25 petits génies ne se sont pas rendus "à l'insu de leur plein gré" à l'université d'Aix-en-Chapelle. Ce sont des cobayes tout à fait conscients et (en principe) adultes et responsables. S'ils sont donc d'accord pour participer à de tels tests - contrairement aux singes à qui on n'a rien demandé - où est le problème ? Et ne vaut-il pas mieux inhaler quelques particules de diesel plutôt que de se laisser empoisonner par les voitures électriques qui - superbe pièges à gogos - ne fonctionnent que grâce à des centrales atomiques qui ne sont que des usines à cancers ? Les personnes qui habitent dans le rayon des installations atomiques servant à faire fonctionner ces voitures injustement baptisées de "propres" et "écologiques (on devrait plutôt dire "oncologiques" !!) et qui sont cancéreuses ne sont-elles pas plus victimes que les 25 pelés ayant partiicpé de leur plein gré aux tests ? Il suffit de juxtaposer la carte des implantations atomiques en france et la carte française des plus dramatiques concentrations de cancers pour s'apercevoir qu'elles coïncident parfaitement. Mais bon : tout le monde sait que les bombes atomiques sont propres et écolos. Contrairement au méchant diesel...
Réponse de le 29/01/2018 à 17:08 :
On peut défendre le diesel sans avoir à défendre les gazeurs vous savez ?
Réponse de le 29/01/2018 à 20:23 :
Vous avez mis le doigt sur un sujet délicat... mais je dois dire que vous avez le courage de vos opinions... ce qui est rare ! Vous avez sans doute quelques personnes qui s'objecteront à vos propos, pour le principe, mais sans trop grande conviction... dois-je le rappeler !

Le prochain sujet intéressant à débattre devrait être... ''Selon quelle éthique les grands groupes pharmaceutiques et cosmétiques conduisent des études in-vivo sur des sujets humain et animal consentants... à qui on leur a promis un peu d'argent, un repas, un café... ou des sucreries ?''
a écrit le 29/01/2018 à 14:47 :
À partir du moment où tout le monde est au courant que le secteur pharmaceutique utilise des rats, des singes et d'autres animaux pour faire des tests, je ne vois pas où est le problème ???
Commençons par le commencement...
a écrit le 29/01/2018 à 13:45 :
Le gazage, une spécialité allemande
a écrit le 29/01/2018 à 11:58 :
Pendant ce temps, et depuis des décennies, le gouvernement français a soutenu le diesel (et continue à le soutenir, cf. taxes sur le gazoil et calcul du malus) dans le but de protéger les constructeurs français qui en ont fait une spécialité. Qui ne se sont pas gênés de ne faire fonctionner leurs dispositifs d'antipollution que dans une plage de températures très étroite. En faisant inhaler pendant des décennies à la population des particules et des gaz gratuitement et en expliquant que le diesel est écologique. La démarche des allemands me semble beaucoup plus transparente et juste en comparaison.
Réponse de le 29/01/2018 à 12:30 :
Les constructeurs français s'en sont fait une spécialité en raison de la fiscalité, pas l'inverse....
Réponse de le 29/01/2018 à 14:44 :
@sfx: absolument! les constructeurs produisent ce qui se vend bien, et avec la fiscalité en France, le diesel se vendait très bien. Et c'est pour cela qu'en France il y a plus de diesels que partout ailleurs. Le sujet comme quoi on ne sait pas bien dépolluer le diesel ne date pas du dieselgate mais le gouvernement n'a jamais voulu écouter. Très difficile pour l'Etat de reconnaître ça...
Réponse de le 29/01/2018 à 20:26 :
@ Citoyen

Je vous suis totalement dans vos propos... et je salut votre courage !
Réponse de le 30/01/2018 à 8:04 :
@sfx : Aux Etats Unis ou au Canada, où la taxation des carburants (dans leur ensemble) est raisonnable, la pénétration du diesel dans les voitures particulières est faible. Même au delà de son avantage fiscal c'est surtout par les moindres consommations qu'il permet (20% de moins que les moteurs essence les plus performants, ces derniers étant d'ailleurs aussi chers à l'achat que les diesels) que le diesel s'impose dans les pays où la fiscalité des carburants est la plus exorbitante. A ce propos, avec les dernières hausses de taxes que nous a infligé l'actuel exécutif, le gazole est en France l'un des plus chers d'Europe, seule la Suède et l'Italie font (un peu) pire, +4ct en Italie (mais la fiscalité sur tous les carburants y est très élevée), +9 ct en Suède (mais les suédois ont une alternative pour rouler pas cher, le bioéthanol y est très répandu), le Royaume-Uni est au même niveau que la France. Bref, qu'on arrête de nos bassiner avec le gazole, si on veut VRAIMENT réduire sa pénétration, c'est par une baisse drastique de la fiscalité des autres carburants (dont l'essence) qu'il faudrait passer. Avec 40 ou 50 ct de baisse des taxes de l'essence, ça le ferait.
a écrit le 29/01/2018 à 11:17 :
Un grand bravo et merci à touts les fans de voitures diesel et allemandes en particulier !
Réponse de le 29/01/2018 à 12:38 :
De rien, cher ami ! Mieux vaut quelques particules de diesel que des cancers par milliers "grâce" aux bagnoles électriques fonctionnant sur base de l'énergie fournie par des bombes atomiques, usines à cancers ! Oui, vive le diesel !
a écrit le 29/01/2018 à 11:16 :
En fait, on est pas à l'abris d'une nouvelle horreur digne de la 2e GM ... une politique obscure se renforce dans l'ombre ... elle est de + en + confiante et se montre de + en + ... il faudra craindre le jour où elle se révélera
a écrit le 29/01/2018 à 11:14 :
Ca va beaucoup trop loin, il faut prendre des mesures exemplaires, prison, amendes records voir interdiction à la marque de vendre ...
a écrit le 29/01/2018 à 10:53 :
Voilà maintenant les camps d' extermination des singes après l' opacité des rejets de VWgroupe, jamais plus jamais d' allemandes ....
a écrit le 29/01/2018 à 10:50 :
Sans tomber dans la caricature, il n'y a pas à dire, le gaz, c'est leur truc à nos amis Allemand !
a écrit le 29/01/2018 à 10:32 :
Merci à vous, persuadé que personne n'en parlerait j'avais mis la dépêche reuters en marque page tellement l'information est abjecte.

Récapitulons: VW, Daimler, BMW, marques qui ont prospéré sous le troisième reich font des testes sur des cobayes humains concernant des gaz.

Desproges n'aurait jamais pu passer à côté d'une telle information pour nous faire rire, parce que l'humour est la politesse du désespoir mais sérieusement, quand allons nous démanteler ces multinationales à l'héritage inhumain svp ?

Ces gens qui n'ont jamais été inquiétés après guerre alors qu'ils ont totalement collaboré avec la barbarie nazi, notamment avec de nombreuses d'expériences testées sur les juifs et autres individus qu'ils estimaient inférieurs, comment peut on pérenniser tacitement leur sale héritage ?

Et le pire c'est que c'est l'allemagne qui dicte à l'europe ce qu’elle doit faire à savoir, enrichir l'allemagne.

Je crois que là aussi je vais aller vomir...
Réponse de le 29/01/2018 à 11:40 :
Bon et à part me dire ce dont j'ai l'autorisation d'écrire ou pas vous servez à quoi là ?

A rien donc, seulement de minable petit censeur sans imagination, sans vie, bien entendu je vous signale pour trollage flagrant d'un qui est incapable d'écrire, seulement de juger, toujours le même certainement d'ailleurs...
Réponse de le 29/01/2018 à 14:06 :
Desproges en 1988 :

Comme disait Himmler en quittant Auschwitz pour aller visiter la Hollande : On ne peut pas être à la fois au four et au moulin.
Réponse de le 29/01/2018 à 17:04 :
Si ça se trouve, comme ce sont certainement des crèves la faim qui ont été gazés, on leur a dit pour les motiver que "le travail libère"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :