Les Américains n'ont jamais autant acheté de voitures depuis l'an 2000

 |   |  517  mots
L'industrie automobile américaine a souffert pendant la crise financière et a touché le fond en 2009 avec 10,4 millions de véhicules vendus, soit le plus bas niveau, rapporté à la population, depuis la Seconde Guerre mondiale.
L'industrie automobile américaine a souffert pendant la crise financière et a touché le fond en 2009 avec 10,4 millions de véhicules vendus, soit le plus bas niveau, rapporté à la population, depuis la Seconde Guerre mondiale. (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
Près de 17,5 millions de véhicules ont été vendus aux États-Unis en 2015, selon des chiffres d'Autodata. La baisse du prix de l'essence, le crédit facile et une croissance modérée ont relancé le secteur et la plupart des analystes du secteur s'attendent à une année 2016 encore meilleure.

Millésime record. Malgré des ventes inférieures aux attentes pour le seul mois de décembre, l'industrie automobile aux Etats-Unis a réalisé une très faste année 2015. Les ventes de véhicules ont atteint 17,47 millions, franchissant le précédent record de 17,41 millions de véhicules vendus en l'an 2000, selon les chiffres d'Autodata, utilisés par le gouvernement américain pour ses analyses économiques.

Autodata a précisé que les ventes de décembre, en rythme annualisé et ajustées de variations saisonnières, ont représenté 17,34 millions de véhicules, un chiffre nettement inférieur aux 18,1 millions attendues selon une enquête de Thomson Reuters auprès de 38 économistes et analystes. Il s'agit néanmoins du meilleur mois de décembre de l'histoire du secteur automobile.

Volkswagen continue sa chute

Le numéro un aux Etats-Unis, General Motors, a fait état de ventes en hausse de 5,7% en décembre sur un an. Ford, le numéro deux, affiche pour sa part une progression de 8% sur le dernier mois de 2015. Le japonais Toyota, numéro trois des ventes aux Etats-Unis, a fait mieux encore avec un bond de 11%.

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et Nissan ont annoncé respectivement des ventes en hausse de 13% et de 19%. FCA a fait état de 217.527 vendus le mois dernier, grâce notamment à un bond de 42% des ventes de sa marque Jeep, portant ses ventes sur l'année 2015 à 2,24 millions d'unités au total, en hausse de 7% par rapport à 2014.

Les ventes de voitures de luxe Mercedes-Benz de Daimler ont atteint 372.977, en hausse de 5%, tandis que les ventes de BMW ont été de 346.023, en hausse de 2%. Les ventes de la marque Volkswagen ont en revanche encore baissé de 9% en décembre après avoir chuté de 25% en novembre en raison du scandale des émissions polluantes.

| Lire Volkswagen risque 20 milliards d'amende aux États-Unis pour ses moteurs truqués

La baisse du prix de l'essence, le crédit facile et une croissance modérée ont relancé le secteur et la plupart des analystes du secteur s'attendent à une année 2016 encore meilleure. Les bons résultats du secteur automobile en 2015 s'expliquent en outre par la vigueur du segment des SUV, illustré par le succès en décembre du modèle Rogue de Nissan, dont les ventes ont progressé de 78%, à environ 26.500 unités.

18 millions de véhicules vendus en 2016

Certains spécialistes, dont TrueCar Inc, estiment que les ventes aux Etats-Unis atteindront la barre des 18 millions de véhicules cette année et que la hausse des taux de la Réserve fédérale américaine ne devrait pas décourager les acheteurs.

Mark Wakefield chez AlixPartners s'attend à ce que les ventes atteignent leur pic en 2016, à 17,75 millions de véhicules, avant de retomber à 17,4 millions en 2017, à 16,1 millions en 2018 et à 15,2 millions en 2019. General Motors, le premier constructeur américain prédit également une nouvelle année record en 2016.

L'industrie automobile américaine a souffert pendant la crise financière et a touché le fond en 2009 avec 10,4 millions de véhicules vendus, soit le plus bas niveau, rapporté à la population, depuis la Seconde Guerre mondiale.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2016 à 11:11 :
"le crédit facile". Il semblerait en effet que ce soit du même tonneau que les "crédits faciles" de l'immobilier jusqu'en ... 2007-8. Ou les prêts "étudiants irremboursables". Y'a pas à dire : ils aiment les risques, les cowboys.
a écrit le 06/01/2016 à 11:05 :
Très mauvaise nouvelle pour l’environnement et la transition vers des modes de vie plus sobres. Nous nous orientons de plus en plus vers un effondrement violent de nos sociétés.

Cela reste toujours aussi sidérant et étonnant de voir à quels point nos congénères ignorent ou se moquent des enjeux environnementaux pourtant colossaux.

Peut-être que finalement, notre espèce est condamnée par sa propre bêtise. Dommage qu’elle entraîne autant d’autres formes de vie dans sa chute.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :