Renault veut filialiser ses activités électriques pour mieux les valoriser en Bourse

Le groupe automobile français a précisé le périmètre des deux nouvelles structures qu'il souhaite filialiser afin de mieux valoriser ses actifs. L'une des filiales sera dédiée aux activités électriques et "software" et sera introduite en Bourse. Renault espère sortir du carcan de sa valorisation boursière qui a encore perdu 20% depuis le début de l'année et plafonne à moins de 7 milliards d'euros.
Nabil Bourassi

3 mn

(Crédits : ERIC GAILLARD)

Le groupe automobile français a fini par donner des détails sur le projet de scission, évoqué par Luca de Meo, son directeur général, il y a plusieurs semaines. Renault a confirmé lors d'un comité économique et social, avoir avancé sur ce projet qui doit filialiser deux types d'activités: d'un côté, les activités de voitures électriques, de l'autre, les activités de la chaîne de traction thermique.

Lire aussi 3 mnRenault : un remaniement pour préparer la succession de Jean-Dominique Senard ?

Un groupe, deux filiales

Dans le détail, il s'agit de loger dans la première l'usine de Cléon et le campus industriel Electricity (dans les Hauts-de-France) qui fabriqueront respectivement les moteurs électriques et les voitures électriques. Cette structure intégrera également la partie software du groupe (Renault Software Lab), une filière jugée stratégique dans la nouvelle chaîne de valeur automobile de demain. Elle aura son siège en France et emploiera 10.000 salariés parmi les 120.000 que comptent le groupe. Pour rappel, Renault vise 100% de ses ventes en Europe en pure électrique en 2030.

Lire aussi 4 mnVentes d'actions Nissan, scission de Renault... Luca de Meo lève tous les tabous

L'autre filiale comptera également 10.000 salariés mais elle sera basée à l'étranger. Il s'agit ici d'y installer toutes les activités mécaniques qui constituent la chaîne de traction (le powertrain dans le jargon). Pour Luca de Meo, directeur général de Renault, cette filiale a l'ambition de devenir un champion mondial du powertrain surfant sur l'hybridation des moteurs thermiques notamment. Les usines mécaniques qui seront intégrées à cette nouvelle structure fabriqueront des moteurs et des boîtes de vitesse et sont, pour l'essentiel, implantées aujourd'hui à l'étranger.

Introduction en Bourse de la filiale électrique

Renault assure que le groupe gardera le contrôle de ces deux structures. La première pourrait néanmoins être introduite en Bourse au second semestre 2023 afin de tirer au maximum partie de l'appétence des marchés pour les pure players de la voiture électrique. Le groupe tente ainsi de conjurer sa mauvaise posture en Bourse où il ne vaut guère plus que 6,5 milliards d'euros, soit presque autant que sa participation de 44% dans le capital de Nissan, et retrouver des leviers de financement sur les marchés.

Lire aussi 6 mnRenault : pourquoi la faiblesse de la capitalisation boursière met Luca de Meo sous pression

La filiale dédiée à la chaîne de traction n'a pas vocation à entrer en Bourse. En revanche, Renault réfléchit à y faire entrer des partenaires. Nissan, mais également le chinois Geely, qui vient d'entrer dans le capital de la filiale sud-coréenne de Renault, pourraient être intéressés. Cette filiale sera destinée à fournir l'industrie automobile.

Le groupe Renault restera néanmoins une entité sise en France, dont l'Etat français restera le premier actionnaire (15%).

Nabil Bourassi

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/05/2022 à 0:54
Signaler
Donc Renault vend en bourse ce qui est sensé être l'avenir et garde en son sein ce qui est voué à disparaître? Schéma idéal pour que le peu de valeur restant à l'entreprise soit bradé à des étrangers.

à écrit le 12/05/2022 à 20:13
Signaler
Le groupe Renault reste en France... wouaip.. mais y-a un truc qui part à l'étranger, ou on sait pas.. j'aime bien la langue de bois employée.. bon Renault je m'en fous royal.. ré industrialisation on vous dit.. le pire étant les lobotomisés radicali...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.