Très profitable malgré des résultats en baisse, Skoda se tourne vers l'avenir

 |   |  591  mots
(Crédits : Arnd Wiegmann)
La marque automobile tchèque a publié des résultats mitigés. Entre hausse des investissements et le manque de capacités de production, Skoda a vu sa marge baisser, mais celle-ci reste très profitable. Skoda travaille désormais sur une stratégie 2025 fondée sur l'innovation et l'internationalisation.

Ce n'est pas 2018 qui a été décevant, c'est 2017 qui avait été exceptionnel... Vu ainsi, cela relativise beaucoup les résultats mitigés enregistrés par Skoda en 2018. Le chiffre d'affaires est ressorti en hausse de 4,4% à 17,3 milliards d'euros, soit une hausse parfaitement exacte à celles des immatriculations qui s'élèvent désormais à 1.253.700 voitures. Mais le bénéfice opérationnel, lui, a baissé de 14,6% à 1,3 milliard d'euros tandis que les investissements ont augmenté de 22%.

Les vertus des SUV

En d'autres termes, la profitabilité de la filiale du groupe Volkswagen a baissé. Et pas qu'un peu puisqu'elle passe de 9,7 à 8%. Pour Alain Favey, membre du comité exécutif en charge des ventes et du marketing, Skoda reste cependant une marque extrêmement rentable, davantage que la moyenne des marques occidentales équivalentes. Et de rappeler que "l'exercice 2017 avait été effectivement exceptionnel". Dans sa présentation à la presse, le PDG, Bernhard Maier, a expliqué que l'année 2017 avait été favorisé par des taux de change favorable, des capacités de production pleinement utilisées et le lancement du Kodiaq.

L'arrivée de ce SUV avait effectivement largement contribué à repositionner Skoda sur ce segment très porteur. Les ventes du Kodiaq ont encore augmenté de 15% en 2018. Et l'aventure devrait continuer avec le Karoq, sorti en cours d'année, avec 115.000 immatriculations et qui sera bientôt rejoint par un troisième SUV, le Kamiq. Soit autant de modèles sur des segments dynamiques et profitables.

100.000 ventes ratées

Mais Skoda estime avoir été fortement contraint par ses capacités industrielles. "Nous aurions pu vendre 100.000 voitures de plus si nous avions eu les capacités industrielles suffisantes..." a souligné Bernhard Maier, PDG de la marque. Le délai d'attente pour être livré d'un Kodiaq s'élève désormais à un an... Autrement dit, la marque passe à côté de très nombreuses ventes. Skoda a donc annoncé l'ouverture d'une nouvelle usine, probablement en Europe de l'Est, mais qui ne sera pas opérationnelle avant 2023. D'ici là, la marque restera sous tension. Elle le sera d'autant plus qu'elle va multiplier les lancements dont des modèles à fort volumes comme le Kamiq, un petit SUV très en vogue en Europe, ou la Scala, très inspirée de la Golf.

Skoda a annoncé plus de 30 nouveaux lancements d'ici 2022 dont une dizaine de voitures électrifiées. La Superb restylée sera disponible en version hybride rechargeable avant la fin de l'année, tandis qu'une voiture 100% électrique est attendue fin 2020. La direction estime que Skoda peut atteindre un mix énergétique en électrification autour de 25% en 2025 et de 50% en 2030.

Une stratégie 2025

Mais Skoda veut déployer une stratégie plus large à l'horizon 2025 et atteindre les 2 millions d'immatriculations à cet horizon. A cette fin, elle dispose de plusieurs leviers comme l'internationalisation. Elle va ainsi poursuivre son offensive en Chine qui est déjà son premier marché avec 341.000 voitures, loin devant l'Allemagne (176.600), son deuxième marché. Skoda veut également aller chercher des volumes en Inde. Elle lancera deux modèles spécifique à ce marché, dont un petit SUV, et tenter d'atteindre les 50.000 ventes à horizon 2021-2022.

Enfin, la stratégie 2025 doit permettre à la filiale de Volkswagen de s'inscrire pleinement dans la dynamique des services aux mobilités. La marque a d'ailleurs présenté à Genève le Klement, un prototype de vélo 100% électrique (les pédales sont fixes). Il s'agit d'inscrire la marque dans une démarche de micromobilités. C'est aussi une façon de revenir aux origines de Skoda qui, il y a 125 ans, fabriquait des vélos, comme le rappelle Alain Favey.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :