Moins de logements, trop de passoires thermiques : quand se loger tourne au casse-tête

Au lendemain d'une année record pour le nombre de transactions dans l'immobilier ancien, la construction de logements neufs est toujours à la peine et les passoires thermiques se multiplient. Pendant ce temps, Matignon communique sur la rénovation et les friches. Partant du constat que "la métropolisation n'est plus une nécessité", le directeur des études économiques et prospectives du groupe BPCE, Alain Tourdjman s'interroge : la vacance des logements va-t-elle baisser et permettre de résoudre la crise actuelle ? Pas sûr. Décryptage.
César Armand

6 mn

La fièvre immobilière est train de retomber. L'impact sur les prix risque d'être plus fort demain, souligne ce 18 janvier le directeur des études économiques et prospectives du groupe BPCE, Alain Tourdjman.
"La fièvre immobilière est train de retomber. L'impact sur les prix risque d'être plus fort demain", souligne ce 18 janvier le directeur des études économiques et prospectives du groupe BPCE, Alain Tourdjman. (Crédits : Reuters)

Dès décembre, les notaires du Grand Paris et le Conseil supérieur du notariat avaient prévenu. Derrière le nombre record de 1,2 million de transactions en 2021, les stocks de logements existants s'épuisent et les prix des appartements comme des maisons s'envolent, en région parisienne mais surtout en province.

Lire aussi 5 mnLes transactions s'envolent, les stocks s'épuisent : l'immobilier ancien en surchauffe

La construction neuve est toujours à la peine

"L'immobilier est un bon placement aujourd'hui et un sujet qui va continuer à être attractif à l'avenir", souligne ce 18 janvier le directeur des études économiques et prospectives du groupe BPCE, Alain Tourdjman, avant de nuancer: "La fièvre immobilière est train de retomber. L'impact sur les prix risque d'être plus fort demain".

D'autant que parallèlement, la construction neuve est toujours à la peine. Si, selon les statistiques officielles, 470.000 logements neufs ont été mis en chantier entre décembre 2020 et novembre 2021, ce ne sera pas suffisant pour rattraper les 381.600 permis de construire purgés de tout recours en 2020. C'est également bien maigre par rapport aux années 2019 (410.000), 2018 (414.100) et au record de 2017 (497.000 logements).

Lire aussi 9 mnImmobilier : les promoteurs peuvent-ils encore construire des logements neufs ou sont-ils condamnés à rénover ?

Les passoires thermiques se multiplient

A cette crise s'ajoute la multiplication des passoires thermiques, ces logements qui consomment trop d'énergie et dont les factures affectent le pouvoir d'achat de ses occupants. Selon le ministère de la Transition écologique, il en existe près de 4,8 millions. Une donnée contestée par le président de la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM), Jean-Marc Torrollion, qui évalue leur nombre à 7 voire 8 millions.

Ces habitats se trouvent sur le point d'être interdits à la location depuis la promulgation du projet de loi "Climat et résilience" en août 2021. D'après ce professionnel, 650.000 logements classés "G", c'est-à-dire la pire catégorie du diagnostic de performance obligatoire (DPE), vont sortir du parc immobilier en 2025, suivis par 1,05 million classés "F" en 2028 et 1,9 million classés "E" en 2034.

Des voix commencent à s'élever pour demander un certain assouplissement face à ce calendrier resserré, dont celle d'Alain Tourdjman du groupe BPCE. Le financier juge "déraisonnable d'imaginer qu'en si peu d'années, soit traitée la moitié voire les deux tiers des passoires thermiques". Il plaide au contraire pour un "décalage des dates butoirs", notamment dans les copropriétés. Le cas échéant, surviendrait "un blocage complet des achats et des ventes".

Matignon communique sur la rénovation et les friches

Hasard du calendrier, le Premier ministre vient, lui, de communiquer sur les 6,7 milliards d'euros pour la rénovation énergétique des bâtiments (4 milliards pour le parc public, 2,7 milliards pour le privé) débloqués dans le cadre du plan France Relance de 100 milliards d'euros.

" En 2021, 765.000 ménages se sont notamment saisis de MaPrimeRénov pour la rénovation de leur logement et 660.000 demandes de primes ont été acceptées", écrit Jean Castex. "Les économie d'énergie réalisées par logement au titre des aides de l'Etat se sont améliorées depuis 2019 en passant de moins de 4 MWh par logement avec le crédit d'impôt transition énergétique (CITE) à plus de 5 MWh par logement au premier semestre 2021 avec MaPrimeRénov", ajoute-t-il.

Lire aussi 2 mnPrime à la rénovation: le gouvernement fixe l'objectif de 200.000 octrois en 2020

Dans cette déclaration transmise à la presse, le locataire de Matignon fait également état de 1.055 projets lauréats du fonds friche, d'abord doté de 300 millions d'euros, puis de 650 et enfin de 750 millions d'euros"5,5 millions de mètres carrés de logements et 3,1 m² d'activités économiques tels que des bureaux, des commerces ou activité industrielle seront construits sur ces friches", détaille le locataire de Matignon.

Pour atteindre le zéro artificialisation nette des sols, la  loi "Climat et résilience", là encore, fixe en effet un objectif, dans les dix ans qui viennent, de diviser par deux, la consommation des terres. Une ambition forte au regard de l'envie, toutes sources confondues, de 75% des Français de vivre ou de construire une maison.

"La métropolisation n'est plus une absolue nécessité"

En réalité, entre la surchauffe dans l'immobilier ancien, la chute de la construction neuve, l'interdiction des passoires thermiques et le pari de la non-artificialisation, se loger va devenir un casse-tête.

"Je pense qu'au travers de la crise, nous avons un début de solution", rétorque Alain Tourdjman du groupe BPCE. 
"La métropolisation n'est plus une absolue nécessité, une obligation pour chacun. Il est possible d'organiser l'espace autrement qu'en le saturant, mais en densifiant le reste", estime le directeur des études économiques et prospectives.

Pour ce financier, il faut d'abord faciliter le logement des Français dans les zones moins chères en assurant une politique de transports "qui rende vivable le quotidien économiquement". Autrement dit, plutôt que d'enfermer les Français dans un modèle insoutenable pavillon avec jardin-voiture individuelle, il faut conjuguer des politiques volontaristes d'aménagement du territoire et des solutions de mobilités.

La vacance des logements va baisser

Selon lui, le report des Français en dehors des grands métropoles va aussi faire baisser la vacance des logements à l'extérieur de celles-ci. Cela tombe bien : la ministre du Logement Emmanuelle Wargon vient de relancer le dispositif "Louer abordable" pour inciter les propriétaires à louer leurs biens non meublés avec des loyers plafonnés à des locataires sous plafond de ressources pour une durée de 6 à 9 ans.

Lire aussi 4 mnLogement : nouveau cadeau fiscal pour pousser les propriétaires à louer moins cher

"Après avoir été obligés de sur-construire dans les métropoles pour répondre aux besoins et aux augmentations nettes de population, tout ce qui favorise la relocalisation dans les petites et villes moyennes va permettre de réinvestir des logements où il est possible de faire des travaux", souligne Alain Tourdjman du groupe BPCE.

Dans ce domaine, le gouvernement a lancé, fin 2018, le dispositif "Denormandie dans l'ancien" qui permet de bénéficier d'un avantage fiscal à condition d'acheter un bien dans lesdites communes et d'y réaliser des travaux d'amélioration. Par exemple, acheter un bien à Beauvais (Oise) à 150.000 euros, conduire un chantier à 50.000 euros et le louer pendant 12 ans permet de déduire 42.000 euros de son impôt sur le revenu. Reste que selon des sources convergentes, ce dernier n'a pas suscité l'enthousiasme espéré.

Lire aussi 4 mnRénovation : nouvel avantage fiscal dans l'ancien

César Armand

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 20/01/2022 à 10:38
Signaler
Une énième échec total de nos politiciens au lieu de prendre l'argent des investisseurs ils devraient les calmer au nom de l'intérêt des français.

à écrit le 20/01/2022 à 10:16
Signaler
Une merveille votre photo d’illustration. Y'a papa qui joue et y'a maman qui touille (sur l'air de Trenet). Merci, vraiment, de participer à la persistance des clichés.

à écrit le 19/01/2022 à 9:24
Signaler
quand y aura 8 millions de logements interdits a la location, et des gens a la rue, les gens vont se revolter, et ca va tres mal finir pour l'ecologie! voila ce que c'est quand on laisse des integristes verts faire la loi!!!!!! au passage, les logeme...

le 19/01/2022 à 12:20
Signaler
ces logements interdit a la location vont etre vendu (pas cher). soit a des gens qui vont les occuper eux meme soit a des gens qui ont les moyens de faire les traveaux. Pour inciter a une vente rapide, il faut juste que la taxe fonciere soit elevee a...

à écrit le 19/01/2022 à 8:47
Signaler
On a en France des logements energivores c’est indiscutable, mais en voulant contraindre les propriétaires à faire des travaux qui demandent des investissements qui dépassent leurs capacités financières ils sont dans l’impossibilité de les faire, don...

le 19/01/2022 à 12:22
Signaler
qui vous dit que personne les achetera ? au prix fort c est sur. a 1 € ca partira comme des petits pains car des gens les achèteront pour se loger eux meme (ou faire les travaux)

à écrit le 19/01/2022 à 2:52
Signaler
On ne peut qu'être étonné par la phrase " les passoires thermiques se multiplient". Comment font elles pour se multiplier? On en construit de nouvelles? Ou on ressort toujours les mêmes histoires?

le 19/01/2022 à 8:40
Signaler
En fait l'expl1cation est très simple, ils disent n'imp0rte quoi, écrivent sans réfléchir sauf pour p0ur aller dans le sens de la p6nsée un1que des b0b0s bienp6nsant.

le 19/01/2022 à 13:18
Signaler
Vous avez -oh combien -raison-nos journalistes , complètement déculturés, écrivent n'importe quoi!!!

à écrit le 18/01/2022 à 21:02
Signaler
Bon ça fait 30 ans qu’on nous bassine avec les passoires thermiques ça devient rengaine ; faut changer de sujet

à écrit le 18/01/2022 à 20:42
Signaler
L'immobilier locatif est devenu deraisonnablement complexe, administré, réglementé et fiscalise. Le rendement net est la plupart du temps quasi nul, quand il n'est pas negatif. Investisseurs fuyez, il y a bien mieux a faire avec vos economies.

à écrit le 18/01/2022 à 18:51
Signaler
Merci à la loi Duflot sur la rénovation énergétique brutale qui font fuir, pour ceux qui le peuvent ,les vieux proprios qui avaient les moyens d'entretenir les biens malgré des lois de plus en plus astreignantes,ils participaient à la richesse des vi...

à écrit le 18/01/2022 à 17:31
Signaler
Il y a plu simple. Taxer l immobilier, baisser les pensions et detaxer le travail du coup les boomers multi proprietaires vont devoir vendre et les jeunes pourront acheter car ils seront moins taxé. a terme de toute facon le marche va chuter: les bo...

le 19/01/2022 à 8:46
Signaler
Et tu p6nses que c'est avec ce type politique que la c0nstruction de l'immobilier va reprendre permettant une baisse des prix de la l0cation ??? Mais qui es-tu d0udou dit donc ? Tu pourrais p0stuler pour un p0ste chez L R EM.

le 19/01/2022 à 9:26
Signaler
Depuis des dizaines d annees, les gouvernements essaie de booster la construction de logement neufs. c est un echec. soit parce que les legements sont trop cher soit parce que les proprietaires actuels n ont aucun interet a qu on construise plus (ce ...

à écrit le 18/01/2022 à 17:28
Signaler
Nos énarques devraient savoir que pour la majorité des propriétaires, il sera impossible d'isoler les logements. Le coût moyen pour l'isolation, le changement de la chaudière etc... est autour de 40 000 euros par logement. Impossible à financer, sur...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.