Pourquoi y a-t-il autant de pharmacies en Grèce ?

 |   |  503  mots
La BCE, le FMI et Bruxelles invitent la Grèce à assouplir la règlementation en vigueur pour les pharmacies. Les Grecs craignent la fermeture de dizaines de milliers d'officines, avec, à la clef, de nombreux emplois supprimés.
La BCE, le FMI et Bruxelles invitent la Grèce à assouplir la règlementation en vigueur pour les pharmacies. Les Grecs craignent la fermeture de dizaines de milliers d'officines, avec, à la clef, de nombreux emplois supprimés. (Crédits : Reuters)
Il y aurait plus de 97 officines pour 100.000 habitants, contre un peu plus de 35 en France.

La Grèce serait le pays qui compte le plus grand nombre de pharmacies par habitant en Europe à en croire le site Quartz. Il y aurait ainsi plus de 97 officines pour 100.000 habitants. Ce qui est presque le double de la Belgique, qui, selon le site, arriverait en 5e position, avec plus de 46 établissements.

En France, 35 pharmacies pour 100.000 habitants

Comme le montre le graphique de Quartz (cf. ci-dessous), la France arriverait ainsi à la 12e place, avec un peu plus de 35 officines pour 100.000 habitants, juste derrière la Slovaquie et l'Estonie.

Ce sont surtout des pays scandinaves qui arrivent en queue de peloton. Le Danemark arrive ainsi bon dernier avec 5,6 pharmacies pour 100.000 habitants, juste derrière les Pays-Bas (11,89), la Suède (11,92), la Norvège (13,19) et la Finlande (15,18).

 Pharmacies grecques

Une règlementation (très) contraignante

L'explication serait à chercher du côté de la règlementation grecque. En effet, selon l'OCDE, la Grèce serait l'un des rares pays de l'UE qui fixe les prix pour les médicaments, comme l'aspirine, au niveau national - en France, les prix diffèrent d'une pharmacie à l'autre et peuvent parfois varier du simple au triple -, et qui en limite la distribution dans les établissements autorisés.

Par ailleurs, la règlementation limite la propriété des officines aux pharmaciens, et chaque diplômé ne peut en posséder qu'une seule. Sachant que les implantations sont elles aussi règlementées, tout comme les heures d'ouverture. Bref, la législation est assez stricte en la matière. De quoi laisser la concurrence à distance.

Des profits plus élevés qu'ailleurs

Pour autant, malgré une règlementation qui peut de prime abord paraître assez contraignante, l'OCDE relève que la marge des pharmacies est plus élevée (+ 4 points de pourcentage) que partout ailleurs en Europe.

Mais depuis que l'Union européenne aide financièrement la Grèce, la troïka (Commission européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne) a émis le souhait de voir la législation s'assouplir en la matière, et notamment réduire les restrictions sur la vente libre des médicaments, dans d'autres types de magasins, comme les supermarchés.

La troïka veut assouplir la législation grecque

La raison ? La concurrence fait baisser les prix , ce qui permettra d'augmenter les ventes et donc de donner un coup de pouce à l'économie du pays, selon la troïka. A ceci près que les médicaments ne sont pas tout à fait des biens de consommation comme les autres...

Quoi qu'il en soit, les pharmaciens ne voient pas cela d'un bon œil. Bien au contraire, il s'agirait d'une véritable "menace existentielle" pour une grande majorité d'entre eux, note Quartz. Une telle modification des règles se traduirait selon eux par la fermeture de quelque 11.000 pharmacies et de nombreuses pertes d'emploi. Ce qui n'est pas spécialement souhaitable dans une économie déjà en difficulté, avec un taux de chômage de 28% en novembre d'après les chiffres officiels publiés en février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2014 à 11:58 :
pensez-vous que le responsable du numérus clausus à la fac et du ration pharmacie/habitants est uniquement dû au gouvernement ou au conseil de l'ordre qui défend bec et ongles les avantages acquis des titulaires en place?
a écrit le 24/03/2014 à 11:37 :
J'ai toujours été contre la stricte réglementation française, qui limite le nombre de pharmacies par quartier et restreint leur activité. Que les autorités veuillent contrôler les pharmacies - je veux bien, mais à quoi bon réduire leur nombre à travers le territoire ?
a écrit le 18/03/2014 à 14:26 :
Et si on compte les supermarchés et autres officines qui ne portent pas le nom de pharmacie, on doit être dans les mêmes chiffres que les Grecs :-)
a écrit le 18/03/2014 à 14:00 :
faisons le même tableau avec le nombre de pharmacies par superficie de pays vous verrez que la france sera dans les derniers.....
a écrit le 18/03/2014 à 13:56 :
En Grèce on a réduit le PIB de 25% en 6 ans nous dit-on... est-ce une bonne politique de développement?
a écrit le 18/03/2014 à 13:55 :
Concernant les pharmacies, le paracétamol évite d'avoir bobo à la tête quand les dettes nous tombent sur la tête. On fait dans cette Europe qui détruit les peuples à commencer par le Sud une compétition du taux de chômage! L'austérité pour cause de surendettement, ça fait bobo à la tête! On entend dire qu'on perdrait 1000 emplois pour la fin du paracétamol français... on ne fait pas de génériques moins cher, c'est bête. A défaut ça va ailleurs, pour qui roule-t-on? Le budget 2014, c'est du social vers le bas! Déremboursement, chômage, pas de croissance etc etc, impôts et taxes tous azimuts!
a écrit le 18/03/2014 à 12:04 :
Il y a effectivement beaucoup de pharmacies, mais très mal réparties: pas ou très peu de pharmacies en dehors des villes. D'autre part il y a beaucoup de pharmacies vieillottes, dans lesquelles il n'y a presque rien. Seules les grosses pharmacies des centre ville ont à peu près tout. Enfin , horaires démentiels, identiques à ceux des autres commerces, et fermées le samedi !!!
a écrit le 18/03/2014 à 11:51 :
IL y a peut être beaucoup de pharmacies, mais il n'y a plus rien dedans! cherchez l'erreur..
a écrit le 18/03/2014 à 10:59 :
Tés bonne analyse. Bravo

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :