Le chimiste français Arkema investit 60 millions d'euros dans son site d'Honfleur

 |   |  254  mots
Le groupe entend ainsi doubler la capacité de production de tamis moléculaires de son usine d'Honfleur.
Le groupe entend ainsi doubler la capacité de production de tamis moléculaires de son usine d'Honfleur. (Crédits : Photothèque Arkema)
Une telle somme permettra la création d'une quinzaine de postes, alors que le site dispose déjà d'une centaine de salariés et d'une vingtaine d'employés extérieur. Arkema a par ailleurs annoncé viser 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020, contre un peu moins de 6 milliards en 2014.

Le groupe chimique français Arkema a confirmé lundi 29 juin ses objectifs à moyen terme et annoncé un investissement de 60 millions d'euros sur son site de Honfleur (Calvados), à l'occasion d'une journée investisseurs.

Une telle somme permettra la création d'une quinzaine de postes, souligne un communiqué. Le site d'Honfleur dispose à l'heure actuelle d'une centaine de salariés et d'une vingtaine d'employés extérieur.

Le groupe entend ainsi doubler la capacité de production de tamis moléculaires de cette usine. Comme l'explique le site d'Arkema, ces derniers sont "largement utilisés pour sécher les gaz craqués et les coupes d'oléfines (carbures éthyléniques, ndlr) en phase gazeuse ou liquide". Quelque "19.000 tonnes de produits sortent des ateliers chaque année", d'après le groupe.

10 milliards de chiffre d'affaires en 2020

En tenant compte de l'intégration de Bostik, le numéro trois mondial des adhésifs racheté début 2015 à Total, Arkema vise pour 2017 un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 1,3 milliard d'euros, soit près du double des 784 millions atteints en 2014, et, à l'horizon 2020, un chiffre d'affaires de 10 milliards avec une marge d'Ebitda proche de 17%. Arkema a réalisé 5,95 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014.

Le groupe entend également accélérer le développement de son pôle Matériaux Haute Performance, grâce notamment à des acquisitions ciblées, le pôle devant représenter 50% de son chiffre d'affaires à l'horizon 2020.

Il souhaite aussi "développer significativement Bostik", avec l'ambition de doubler l'Ebitda réalisé dans les adhésifs d'ici à 2020.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :