Le voyagiste Thomas Cook se réunit pour tenter d'assurer sa survie

 |   |  435  mots
Fondée en 1841, l'agence Thomas Cook gère des hôtels et des complexes touristiques, des liaisons aériennes et des croisières.
Fondée en 1841, l'agence Thomas Cook gère des hôtels et des complexes touristiques, des liaisons aériennes et des croisières. (Crédits : Suzanne Plunkett)
Menacé de faillite, le groupe britannique Thomas Cook s'est réuni ce dimanche matin avec des prêteurs et créanciers pour tenter de trouver 200 millions de livres supplémentaires pour sauver la société.

Menacé de faillite, le voyagiste britannique Thomas Cook réunissait sa direction dimanche avec des prêteurs et créanciers pour tenter de sauver la société. La plus vieille agence de voyage de la planète, fondée en 1841, doit trouver 200 millions de livres supplémentaires (un peu plus de 220 millions d'euros) pour faire face à ses échéances financières, dévoilait l'AFP samedi.

L'équipe de direction, menée par le directeur général Peter Fankhauser, a rencontré dimanche matin des banques et investisseurs dans un cabinet juridique de Londres. Un conseil d'administration se réunira en début de soirée pour déterminer si la société, minée par les dettes, la concurrence des sites en ligne et les incertitudes géopolitiques, a encore un avenir.

Si Thomas Cook ne réunit pas les fonds nécessaires, la société pourrait être placée sous administration judiciaire, une façon de se protéger des créanciers qui précède souvent une faillite.

10 milliards de livres de chiffre d'affaires annuel

Fondée en 1841, l'agence Thomas Cook gère des hôtels et des complexes touristiques, des liaisons aériennes et des croisières. Avec 21.000 employés, elle opère dans 16 pays et fait affaire avec 19 millions de clients par an. Elle réalise environ 10 milliards de livres (11,32 milliards d'euros) de chiffre d'affaires par an. Mais Thomas Cook est fragilisé depuis quelques années par une rude concurrence entre tour-opérateurs et par un environnement économique incertain, notamment au Royaume-Uni avec le flou entourant le Brexit et la chute de la livre.

Le groupe a considéré n'être plus viable tel quel et a mis sur pied un vaste plan de restructuration avec une prise de contrôle de ses activités de tour-opérateur par le chinois Fosun et de sa compagnie aérienne par ses créanciers. Mais les 900 millions de livres promis ne suffisent pas et Thomas Cook a besoin de 200 millions supplémentaires pour poursuivre ses activités.

La possible faillite du groupe serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen. Thomas Cook devrait organiser immédiatement le rapatriement de 600.000 touristes à travers le monde, dont 150.000 Britanniques, ce qui en ferait l'opération la plus importante depuis la Seconde guerre mondiale dans le pays.

"Nous espérons que (Thomas Cook) pourra continuer, mais quoi qu'il arrive, nous avons des plans d'urgence pour nous assurer que nous pourrons venir en aide à tous ceux qui pourraient se retrouver bloqués", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab dimanche à la BBC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2019 à 5:02 :
Les cavaleries, pyramides de Ponzi s'effondrent les unes après les autres.
a écrit le 22/09/2019 à 23:46 :
Les espoirs de sauvetage s'effacent alors que Thomas Cook à moins d'un miracle glisse vers l'effondrement
Sky News apprend que KPMG se prépare à superviser l'insolvabilité des activités de Thomas Cook au Royaume-Uni.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :