Tourisme : Thomas Cook se rapproche de la faillite

 |   |  472  mots
La possible faillite du plus ancien voyagiste au monde serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen.
La possible faillite du plus ancien voyagiste au monde serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen. (Crédits : Andrew Winning)
Les options se réduisaient samedi pour le voyagiste britannique en difficulté Thomas Cook, qui cherche à trouver des financements supplémentaires ce week-end pour éviter une retentissante faillite et le rapatriement de ses 600.000 touristes à travers le monde.

Thomas Cook va-t-il perdre sa course contre la montre pour trouver les financements qui le sauveraient de la faillite ? Les options du voyagiste britannique se réduisaient tout cas ce samedi. Une source proche du dossier a expliqué à l'AFP que les 200 millions de livres supplémentaires (227 millions d'euros), qui ont été jugés nécessaires pour un plan de sauvetage viable de manière durable, ne viendraient pas de nouveaux investisseurs privés.

Improbable secours de l'Etat britannique

La dernière chance d'éviter une faillite au voyagiste est donc que le gouvernement accepte d'injecter ces fonds. D'après cette même source, les discussions entre Thomas Cook et le gouvernement continuent, même si le quotidien The Times a affirmé samedi qu'il était improbable que le gouvernement intervienne. Le conseil d'administration de Thomas Cook se réunit dimanche. "Nous saurons d'ici demain si un accord est trouvé" et si le pionnier des tours-opérateurs va survivre, a conclu cette source.

Le syndicat TSSA, qui représente les salariés du voyagiste, a écrit samedi à la Ministre des Entreprises et de l'Industrie, Andrea Leadsom, pour lui réclamer une "réunion urgente" et l'exhorter à "se tenir prête à aider Thomas Cook avec un réel soutien financier".

"La société doit être sauvée quoi qu'il en soit. Aucun gouvernement britannique sérieux n'entérinerait la perte de tant d'emplois", a dit dans sa lettre le secrétaire général du TSSA, Manuel Cortes, selon un communiqué. Thomas Cook compte environ 22.000 salariés, dont 9.000 pour le Royaume-Uni.

Le département des Transports et Thomas Cook, ainsi que plusieurs créditeurs du voyagiste dont RBS, se sont refusés à tout commentaire dans l'immédiat.

Le plus ancien voyagiste au monde

La possible faillite du plus ancien voyagiste au monde serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen. Thomas Cook devrait organiser immédiatement le rapatriement de 600.000 touristes à travers le monde, dont 150.000 Britanniques, ce qui en ferait l'opération la plus importante depuis la Seconde guerre mondiale dans le pays.

A la fois tour-opérateur et compagnie aérienne, le groupe réalise environ 10 milliards de livres (11,32 milliards d'euros) de chiffre d'affaires par an. Mais il est fragilisé depuis quelques années par une rude concurrence entre tour-opérateurs et par un environnement économique incertain, notamment au Royaume-Uni avec le flou entourant le Brexit et la chute de la livre.

Le groupe a considéré n'être plus viable tel quel et a mis sur pied un vaste plan de restructuration avec une prise de contrôle de ses activités de tour-opérateur par le chinois Fosun et de sa compagnie aérienne par ses créanciers. Mais les 900 millions de livres promis ne suffisent pas et Thomas Cook a besoin de 200 millions supplémentaires pour poursuivre ses activités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2019 à 12:51 :
Mouais, des voyagistes, des compagnies aeriennes, des distributeurs (rallye, steinhoff), mulliez qui perd des sous...Et combien d'autres grandes ou moyennes sociétés? L'avenir nous le dira
Organisons vite une zombie pride avant la remontée des taux ou pire, comme aux us un assechement des liquidités

Vous reprendrez bien un peu de whatever it takes
Merci les banquiers centraux
a écrit le 22/09/2019 à 9:34 :
Juste un arrière goût de Brexit.
a écrit le 22/09/2019 à 8:55 :
Le système des prêts fausse toute l'économie. Il permet des pratiques anti-concurrentielles de la part d'entreprises qui s'endettent, au détriment des entreprises qui sont bien gérées. Il faudrait peut être légiférer là dessus.
a écrit le 21/09/2019 à 20:18 :
Rassurez-vous les "talents" de cette entreprise ne risquent rien :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :