Les aéroports parisiens fermés au moins jusqu'à mardi matin

 |   |  1199  mots
Le trafic aérien a repris à Bordeaux, Biarritz, Toulouse, Pau, Tarbes, Montpellier, Marseille, Nice, Ajaccio et Bastia. Ce lundi, celui de Nantes a rouvert pour 24 heures. Les autres aéroports resteront fermés au moins jusqu'à mardi matin. Une nouvelle réunion est prévue ce lundi à 16h15 à Matignon alors que les compagnies aériennes critiquent la gestion de la crise.

L'éruption volcanique en Islande et le nuage de cendres qui en a résulté et se répand un peu partout en raison des vents continuent à semer la pagaille dans le ciel européen. Les aéroports français situés au nord d'une ligne Bordeaux-Nice resteront fermés au moins jusqu'à mardi matin, a annoncé dimanche François Fillon à l'issue d'une réunion avec plusieurs ministres, notamment Jean-Louis Borloo (Ecologie) et Roselyne Bachelot (Santé). Sont notamment concernés les deux grands aéroports parisiens de Roissy et d'Orly.

Pour héberger les voyageurs ne pouvant repartir en raison du nuage de cendres du volcan islandais, la sous-préfecture de Roissy indique ce lundi avoir réquisitionné deux gymnases au Bourget et à Dugny, villes de Seine-Saint-Denis proches de l'aéroport de Roissy. Quelque 200 personnes peuvent être accueillies dans ces deux structures La prise en charge est assurée par la Croix-Rouge. Des lits et des collations sont proposés au voyageurs. Ceux-ci sont invités à monter dans des navettes aéroport de Paris au niveau des terminaux, qui les dirigent vers les gymnases.

Seule exception sur l'axe-Bordeaux-Nice : Nantes. En effet, ce lundi matin, l'aéroport Nantes Atlantique a annoncé dans un communiqué avoir rouvert à "10 heures et jusqu'à mardi 20 heures". Selon le site internet de l'aéroport (www.nantes.aeroport.fr), un seul vol Air France Nantes-Nice était pour l'instant programmé pour 13H55. La direction de l'aéroport invite les passagers à consulter son site internet avant de quitter leur domicile, les vols reprogrammés y étant "affichés en temps réel".

Dans les aéroports de Marseille, Bordeaux, Nice, Toulouse, Montpellier, Pau, Tarbes, Biarritz et Perpignan, le trafic y est pour l'instant autorisé jusqu'à ce lundi 15 heures, a précisé la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). leur réouverture permis ainsi de rapatrier une partie des dizaines de milliers de passagers coincés en France et à l'étranger.  Ainsi à Bordeaux-Mérignac, plusieurs vols en provenance de New York, Pointe-à-Pitre, La Réunion, La Havane, Pékin ou Séoul, devraient débarquer quelque 1.500 passagers acheminés ensuite vers la gare SNCF pour poursuivre éventuellement leur voyage.

L'aéroport de Toulouse-Blagnac devait recevoir dans la matinée de ce lundi six long-courriers - notamment en provenance d'Afrique, des Etats-Unis et des Antilles - et dans, l'après-midi, six long-courriers vont décoller vers New-York, Montréal, Fort-de-France et Point-à-Pitre.

A Marseille-Provence, le trafic restait au ralenti dans la matinée à l'aéroport avec 40% du trafic assuré, et l'accueil de 17 vols de rapatriement qui ne devaient pas initialement venir à Marseille, en provenance de Thaïlande, de Syrie, d'Israël, de Turquie, d'Afrique du Nord.

Peu après, à 16h15 et non plus 15 heures comme initialement annoncé, le Premier ministre François Fillon réunira à nouveau à Matignon les ministres concernés par la gestion des conséquences du nuage de cendres causé par l'éruption volcanique en Islande, ont annoncé ses services dans un communiqué. La "cellule de crise "mise en place par le gouvernement tente de coordonner une montée en puissance de moyens de transports ferroviaires et routiers au départ et vers les aéroports du sud. 8.000 places supplémentaires sur les lignes internationales et un total de 80.000 places de plus cette semaine entre Paris et Londres sont proposées par la SNCF ce lundi. Mais les voyageurs privés d'avion ont également recours aux autocars, trains, ferries, voitures de location et covoiturage comme moyen de transport de substitution.

En Allemagne, la fermeture de l'espace aérien allemand a été prolongée jusqu'à mardi 2H00 du matin (minuit GMT), a annoncé lundi l'agence fédérale de sécurité aérienne (DFS). Six aéroports internationaux avaient été rouverts temporairement dimanche n'autorisant que des départs vers l'Est et le Nord. En Espagne, tous les aéroports ont été rouverts dans l'après-midi, quelques heures après la fermeture de 14 d'entre eux, notamment celui de Barcelone. La compagnie néerlandaise KLM va de son côté faire voler trois avions de fret et espère reprendre ses vols passagers dès lundi.

Le reste de l'Europe reste fortement touché par ces perturbations. Environ 30% des vols, soit entre 8.000 et 9.000 sur les plus de 28.000 prévus, devraient être assurés lundi en Europe, a estimé l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol). Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Irlande, Suisse, Finlande, Pays-Bas, Danemark, Slovaquie... De nombreux pays européens conservent leur espace aérien fermé ce lundi.

Dans un communiqué, le National Air Traffic (contrôle aérien britannique) indique ce lundi parès-midi que l'espace aérien britannique va être progressivement rouvert à compter de mardi, à commencer par l'Ecosse dès 6H00 GMT, puis en Angleterre et au Pays de Galles si les conditions le permettent au cours de la même journée.

En plus de l'Espagne, sont épargnés le Portugal, le sud des Balkans et de l'Italie, la Bulgarie, la Grèce et la Turquie.

Selon l'Agence européenne de sécurité du transport aérien Eurocontrol, seulement 4.000 vols devaient avoir lieu dimanche dans toute l'Europe, contre 24.000 en temps normal. Depuis jeudi, 63.000 vols ont été annulés dans l'espace aérien européen. 

Critiques à l'égard de la gestion de la crise

Le directeur de l'Association internationale du transport aérien (IATA) a vivement critiqué lundi la gestion par l'Union européenne de la crise dans le transport aérien. "C'est un embarras pour l'Europe et c'est une pagaille européenne", s'est emporté Giovanni Bisignani, interrogé sur la BBC radio Four. "Il a fallu cinq jours pour organiser une conférence téléphonique avec les ministres des transports" de l'Union européenne, a-t-il dénoncé. "La décision (de fermer les espaces aériens) doit être basée sur des faits et soutenue par une étude du risque", a-t-il ajouté. "Nous devons remplacer cette approche générale par une approche pratique."

Les compagnies aériennes jugent les restrictions de vols imposées en Europe excessives après plus de quatre jours de paralysie du trafic. Plusieurs compagnies ont mené dimanche avec succès des vols d'essais.

"Plusieurs options sont étudiées et l'une d'elle est le modèle américain", a déclaré Matthias Ruete, directeur général des Transports, au cours d'un point de presse. Si les normes américaines étaient appliquées en Europe aujourd'hui avec le nuage de cendres volcaniques, la décision de voler serait prise par les opérateurs plutôt que par les Etats et serait de la responsabilité des compagnies et des pilotes", a-t-il expliqué."Je dois dire que le modèle américain ne signifie pas moins de sécurité", a-t-il affirmé. "Il fonctionne sans grands problèmes de sécurité aux Etats-Unis", a-t-il estimé.

Nette diminution de l'éruption volcanique et de la colonne de cendre

D'après une géophysicienne islandaise interrogée par l'AFP, "le volume de cendre (rejeté) a beaucoup baissé" et la colonne ne dépasse plus les 3.000 m, soit moins de la moitié de ce qu'elle était au plus fort de l'éruption". Le volcan islandais Eyjafjöll est entré en éruption mercredi.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2010 à 13:06 :
Pour faitre l'analyse de l'atmosphère térrestre, les énarques politicards et les auto-experts auto-proclammés et autoentrepreneur VONT ALLER chercher les sondes ENVOYéeS pour analyser l'atmosphère de MARS !!! de JUPITER ... et de la LUNE
a écrit le 19/04/2010 à 12:55 :
les préccotions c'est bien. Je pense que le gouv. a pris la bonne décision et a bloqué une circulation dangereuse, par contre une autre menace plane. Je trouve suspect le fait que depuis les protestations des compagnies , le volcan a commencé bizzarement à se calmer. On dirait il a eu peur d'Air France KLM et Luftansa. Pour ma part j'espère que les aeroports resteront fermé jusqu'à la fin de l'irruption dangereuse même si cela devra durer des semaines. C'est le seul moyen d'être sûr à ne pas trouver un A320 sur son toit un beau matin, car il est incontestable que les avions volent à une vitesse de 300 metre à la seconde, et cette vitesse en trois minute ils peuvent ramacer avec leurs réacteurs quelques kilos de poussière qui étoufferont le moteur et les capteur de vitesse et d'altitude. Donc, pour ceux qui croient que cette affaire est une exagération, je souhaite leur rappeler que le gouv. n'est pas une équipe de plombier, mais de personnes humaine qui sont préoccupé par la sécurité de leurs familles aussi et celle de leurs ami, qui prennent aussi les avions de lignes. Donc, ici je croix qu'il n'y a pas d'arnaque. les choses tournent mal et elles sont incontrolable.
a écrit le 19/04/2010 à 11:33 :
nos gouvernants sont des incapables , des pleutres descendants de Chamberlain , fils des accords de Munich . Leurs experts sont les mêmes que pour la vache folle ou H1N1 . Borloo , Bussereau et Bachelot même combat , le parapluie des nuls . Paris les USA n'auraient jamais dû être fermé . Il y a de nombreux équipages capables de traverser l'atlantique en toute sécurité . Le principe de précaution est à foutre au panier avec la totalité des politipoltrons .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :