ADP dégringole en Bourse

 |   |  429  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le cours de Bourse du gestionnaire des aéroports parisiens a perdu 13% depuis le feu vert du Conseil constitutionnel à une proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation du groupe.

Grosse dégringolade du cours de Bourse d'ADP. Ce vendredi 10 mai, au lendemain du feu vert du Conseil constitutionnel à une proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation du groupe, le titre du gestionnaire des aéroports parisiens a chuté de 9,73%, portant à 13% la baisse du cours de l'action depuis l'annonce de la décision du Conseil jeudi après-midi. Les investisseurs craignent l'échec de la privatisation. Il faudra une année pour le savoir.

10% des électeurs nécessaires pour lancer le référendum

Pour que le référendum se tienne, les initiateurs du RIP ont neuf mois pour recueillir le soutien de 10% des électeurs, soit 4,7 millions de personnes. Le Parlement aura ensuite six mois pour examiner la proposition de loi que les initiateurs du RIP soumettront au référendum. À défaut, le chef de l'État devra organiser le référendum même si aucun texte ne lui fixe de délais.

Si les 4,7 millions de voix semblent pour beaucoup impossibles à atteindre, l'hostilité parmi les citoyens à l'égard d'Emmanuel Macron et à la privatisation d'ADP est telle que le référendum a bel et bien des chances d'être lancé et la privatisation remise en cause. La facilité du vote électronique est également un atout pour les partisans du maintien d'ADP dans le giron public.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a réitéré l'intérêt à ses yeux de la privatisation.

« Ce n'est jamais mauvais sur une opération économique de cette importance-là de prendre son temps », a indiqué, se disant convaincu de la pertinence de cette privatisation. « Moi, je souhaite que nous mettions le temps de la procédure à profit pour mieux expliquer notre projet à tous les Français », a poursuivi le ministre. « Ce projet est bon économiquement pour notre pays : c'est ce que nous allons pouvoir expliquer dans les neuf mois de la procédure », a-t-il insisté.

« Une situation dangereuse pour la conduite de l'action publique » (Matignon)

De son côté, le Premier ministre Edouard Philippe a dit redouter une « situation dangereuse pour la conduite de l'action publique », a indiqué son entourage vendredi à l'AFP. Pour lui, « la manœuvre des oppositions pose un vrai et grave problème démocratique », selon son entourage, au-delà du cas particulier d'ADP, avec la perspective de référendums sur des textes à peine adoptés.

« Si à chaque fois que la majorité vote une loi, 185 parlementaires peuvent retarder son application de plus de 9 mois, cela créerait une situation dangereuse pour la conduite de l'action publique », déplore-t-on à Matignon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2019 à 18:53 :
Quelle bêtise démagogique d'avoir introduit le RIP dans la Constitution de 1958 que le Général De Gaulle avait fait concevoir pour briser les guerres de position politiciennes et les combats de retardement et d'arrière-garde. On n'a vraiment pas à s'étonner de voir qu'on retarde le Brexit en allongeant indéfiniment les délais parce qu'on n'ose pas se décider à l'échelle de l'Union Européenne : aucun de nos dirigeants publics ne serait décidément capable d'être chef d'entreprise (pas salarié, "chef d'entreprise"...). Par contre, ils veulent tous être "chefs", y compris et surtout quand ils n'ont pas été élus à la magistrature suprême... Il y en a même qui veulent faire partir ce dernier quand son camp ne remporterait pas un scrutin qui n'a rien à voir avec son mandat !
a écrit le 11/05/2019 à 10:26 :
sans avoir de dogme sur le sujet, on s aperçoit que l état ficelle très mal ses "privatisations"....et privatiser pour renter du pognon n est pas forcément la meilleure chose à faire, surtout quand il s agit d entreprise qui , soit assurent une forme de souveraineté du pays... soit rapporte bcp d argent à l état.....
d autre part, l état ferait bien de se doter de service juridique capable de décrypter les contrats ficellé par le privé.... qui là, est passé maitre dans l art de l embrouille.....Toulouse, les autoroutes.... les fameux PPP, le tgc tours bordeaux..... tous ces contrats sont construits sur le.... quand ça va, le benef au privé, quand ça ne va pas....les pertes au public....

dernier point...... nombre de projet public privé, de concession et autres construction juridiques ne sont en fait là que pour pallier le manque de capacité de l état à emprunter, non pas à bas taux, mais pour des raison de maitrise de la dette.....

hors nombre de construction sont en fait une dette qui ne dit pas son nom, car les pertes éventuelles sont assumées par l état.... exemple... l hopital d Evry.... le pentagone français....les stades de lille ou bordeaux....
a écrit le 11/05/2019 à 9:44 :
La politique de la France ne se fait pas à la corbeille..
a écrit le 11/05/2019 à 9:40 :
Ah je croyais que ces signatures avaient déjà été réunies, ça ne va pas être simple quand même avec tout les problèmes qu'ont les citoyens à gérer du fait du chaos économique et politique actuel.
a écrit le 11/05/2019 à 7:01 :
Une seule solution pour sortir les aéroports de Paris: les reconvertir en parcs d'attraction. Transition énergétique oblige!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :