Air France : "L'accord salarial que nous proposons est sans précédent" (DG)

 |   |  1013  mots
Franck Terner, directeur général d'Air France
Franck Terner, directeur général d'Air France (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Dans un entretien à La Tribune, Franck Terner, le directeur général d'Air France, assure que sa proposition de hausse des grilles de salaires de 7% (hors avancement lié à l'ancienneté, promotions et augmentations individuelles) entre 2018 et 2021 est équilibrée. Il suggère à l'intersyndicale de consulter les salariés sur cette proposition, jugée "indécente et farfelue" par le syndicat des pilotes SNPL.

LA TRIBUNE - Quel regard portez-vous sur ce neuvième jour de grève depuis février sur la question des salaires ?

Cette grève a un impact extrêmement important. Elle est en train de gâcher nos résultats, notre image et la confiance que nous portent nos clients. Cette grève est un gâchis après des années d'efforts. La situation est difficile pour les 90% des salariés qui sont au travail, mais toutes les équipes sont mobilisées pour limiter l'impact sur les clients.

FRANCK TERNER - Vous avez fait une proposition portant sur une hausse des grilles de salaires de 7% entre 2018 et 2021 (hors avancement de l'ancienneté, augmentations individuelles..) soumise à la signature des syndicats jusqu'à ce vendredi midi. Le syndicat des pilotes SNPL a jugé votre proposition « indécente ». Que répondez-vous ?

Nous avons proposé une augmentation des grilles salariales de 2% en 2018 et de 5% entre 2019 et 2021, ce qui fait donc une hausse de 7% au cours de cette période. A cela, s'ajoutent les promotions, les augmentations individuelles en moyenne de 1,4% pour le personnel au sol et de l'ordre de 2% pour les navigants en moyenne pour la population chaque année. J'ai du respect pour les revendications. Il ne m'appartient pas de me prononcer sur leur légitimité ou pas. Les salariés ont exprimé des attentes qui sont plus ou moins relayées par l'intersyndicale. Je les entends. Pour autant, ma responsabilité est bien entendu d'y répondre, mais aussi de garantir qu'Air France va poursuivre la trajectoire sur laquelle nous l'avons mise dans le cadre du plan Trust Together, lequel s'est traduit par une croissance importante de notre offre  à l'hiver 2017 et pour 2018.

Cette croissance est bénéfique pour les salariés parce qu'elle permet de créer des emplois comme nous le faisons actuellement pour les pilotes. Tous ces efforts qui ont été faits au cours de ces années permettent aujourd'hui de parler d'augmentation des rémunérations. Quand l'intersyndicale demande d'une certaine manière le remboursement des efforts, je suis obligé de dire que cela n'a pas de sens. Car, si Air France est dans la situation dans laquelle elle se trouve aujourd'hui avec des résultats positifs, une trajectoire de croissance qui permet de parler d'augmentation des rémunérations, c'est précisément parce que les salariés ont fait des efforts. Il y a un contre-sens à vouloir aujourd'hui revenir en arrière. C'est de mon point de vue le meilleur moyen de se remettre dans la situation économique difficile dans laquelle nous étions en 2011. Qu'est-ce qui a changé par rapport à 2011 ? La concurrence est-elle moins vive ? Les prix des billets ont-ils tellement augmenté que la situation d'Air France serait subitement meilleure aujourd'hui ? Non, la situation d'Air France est meilleure parce que nous avons fait tous ces efforts. Aujourd'hui, nous apportons un certain nombre de réponses concrètes et fortes aux attentes des salariés.

Mais votre proposition est très éloignée de celle de l'intersyndicale qui demande une hausse de 5,1% pour la seule année 2018 pour rattraper le niveau d'inflation perdu par le gel des grilles de salaires depuis 2011.

Pourquoi proposons-nous un accord pluriannuel ? Car c'est le moyen pour Air France de supporter une augmentation des coûts de 200 millions d'euros que représente la proposition des syndicats. Pour une compagnie qui a fait 588 millions d'euros de résultat d'exploitation en 2017, commencer l'année 2019 avec une telle augmentation des coûts n'est pas raisonnable.

L'accord que nous proposons est sans précédent. Il permet  de répondre aux attentes de revalorisation des salariés et de les étaler dans le temps pour permettre de vérifier que l'équilibre d'Air France -qui rend possible ces augmentations de salaires-, est maintenu. Cet accord est équilibré parce qu'il augmente les rémunérations des salariés et permet à Air France de poursuivre sa trajectoire de croissance. Mais aussi parce qu'il contient des conditions qui protègent les salariés et l'entreprise. Si l'inflation est supérieure à nos prévisions, les hausses de salaires en tiendront compte. Si l'entreprise perd de l'argent [si le résultat d'exploitation est inférieur à 200 millions d'euros, Ndlr], elles seront revues à la baisse. C'est un accord sans précédent. Aller au-delà serait prendre un risque pour l'entreprise que nos salariés nous reprocheraient d'avoir pris ultérieurement. Quand nos concurrents ont tous augmenté la rémunération de leurs personnels de 5% ou 6% environ, ils l'ont tous fait à travers des accords pluriannuels, et ont tous demandé et obtenu des contreparties, même de la part de ceux qui avaient déjà fait des efforts importants.

Si l'accord n'est pas signé vendredi, que se passera-t-il ?

Je renvoie la question aux organisations syndicales. Nous avons, je le répète,  proposé un accord équilibré. Les organisations syndicales le refuseront-elles et poursuivront-elles la grève ? C'est une vraie question. J'en appelle à leur responsabilité. La grève est un droit, mais je crois que notre proposition, si j'en juge par les interactions que j'ai avec les salariés, est plutôt bien reçue. D'ailleurs, si je peux me permettre, je suggérerais bien à l'intersyndicale de consulter les salariés.

Avec les « ordonnances Macron », l'employeur pourra, à partir du 1er mai et au bout d'un mois, lancer une consultation pour valider un accord.  L'envisagez-vous?

Non, à ce stade, nous ne l'envisageons pas.

Quel est l'impact du conflit sur vos réservations pour les ponts de mai et pour les vacances estivales ?

Elles restent soutenues pour l'instant. Le marché reste pour l'instant favorable..

Air France peut-il terminer l'année dans le rouge ?

L'enchaînement des jours de grève va peser lourdement sur les résultats du premier trimestre. Multiplier les jours de grève chaque mois, ça finira par peser de manière négative sur l'année.

Justement, en plus des préavis déjà posés pour les 23 et 24 avril, d'autres appels à la grève pourraient suivre...

Je ne pourrais que le déplorer. Multiplier les journées de grève sur le mois de mai me paraîtrait irresponsable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2018 à 17:14 :
Il est pour le moins curieux de parler d’ »accord «  . Il n’y en a aucun .
Il est dommage de n’agir que sous la pression des grèves .
Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de réunion au sujet d’eventuelles augmentations salariales qu’après plusieurs jours de grève . C’est ahurissant . Les clients apprécieront....
Laisser pourrir une situation sans engager de discussions sérieuses avec les représentants du personnel et en faire porter la responsabilité aux syndicats avec l’aide de médias complaisants n’a aucune chance de faire émerger une bonne solution à ce problème .
Sinon donner 2 pc pour solde de la perte de 6 pc revient à entériner une baisse de salaire de 4 pc .
Subordonner une augmentation salariale légèrement supérieure à l’inflation à des lignes comptables dont on peut modifier les montants aisément revient à une belle promesse qui n’engagera que ceux qui y croiront.
Avoir signé un accord salarial avec deux syndicats minoritaires notoirement affiliés a provoqué cette situation déplorable .
Pourquoi si peu de dialogue social .
Premièrement il est évident qu’Air France ne dégage pas suffisamment de cash pour augmenter raisonnablement ses salariés . Les système de sur taxation spécifique du transport aérien (+125 pc en 10ans) au bénéfice de l’état trouve ici ses limites .
Deuxièmement il ressort que l’intervention de l’etat en sous main pour ne rien céder aux salariés , que leur revendications soit légitimes ou non , constitue la colonne vertébrale de la pensée du moment.
Lancer des campagnes médiatiques de dénigrement des salariés en général et des pilotes en particulier risque d’être particulièrement contre productif.
Bref beaucoup d’occasions manquées , d’arrières pensées politiques voire d’incompétence...
a écrit le 18/04/2018 à 19:31 :
"Air France : "L'accord salarial que nous proposons est sans précédent" (DG)"

Donc,sans gréve ,il n'y aurait pas eu d'accord salarial sans précédent,comme quoi.
Réponse de le 18/04/2018 à 22:39 :
Comme quoi les salariés vont se pendre avec leur propre corde... parce que si ça passe l'entreprise aura encore plus de mal à survivre. C'est ironique !
Réponse de le 19/04/2018 à 9:29 :
"C'est ironique ! "

Ironique ne s'annonce pas avec un point d'exclamation hein sinon on voit bien que vous n'arrivez pas à vous exprimer dépassé par le besoin d'expulser vos ressentiments, calmez vous.
Réponse de le 19/04/2018 à 9:46 :
Mais non, si la direction propose cet accord salarial c'est qu'elle peut le faire ,il y a toujours des marges de manoeuvre dans une negociation de ce type.
a écrit le 18/04/2018 à 17:36 :
90 A 100% disparition d abeille centre de la France, Aquitaine, Bretagne etc....
30% d oiseaux en moins
eaux polluées par les plantation de résineux en limousin
disparition des insectes a 80% en 30 ans
on continue????? stop ou encore ?
et si on parlait de choses importantes......
a écrit le 18/04/2018 à 16:02 :
Quand la presse décidera d’interviewer les representants du personnel pour avoir le deuxième
son de cloches ce sera un grand jour.
Aucune odjectivité de la part des médias.
a écrit le 18/04/2018 à 12:30 :
Les PNC et les personnels au sol qui soutiennent cette grève seront les dindons de la farce : le SNPL finira par négocier des augmentations pour leurs pommes, au détriment des autres ... manifestement, l'histoire de l'entreprise n'a rien appris à ces futurs dindons !!!
a écrit le 18/04/2018 à 12:02 :
L'avantage avec les syndicats corporatistes pilotes et navigants, c'est que la concurrence n'a pas beaucoup d’effort à faire pour être devant en terme de service, qualité et prix. Alors évidemment, c'est la fin qui sera triste !
a écrit le 18/04/2018 à 8:37 :
Je précise que le travail et l'énergie correspondent à une même grandeur physique, le travail concerne l'activité humaine et l'énergie l'activité des "machines"; il faut répartir les cotisations de retraites sur les hommes et sur les machines suivant une répartition qui correspond au progrès technique. C'est ce qu'exprime la note n°6 qu'il faut étudier et mettre en application. C'est urgent!
Réponse de le 18/04/2018 à 22:45 :
Changer de médication ou essayer de voir un médecin pour tenter de vous faire lobotomiser... avec un peu de chance il trouvera votre cerveau.... et on vous manquera peut-être par charité.
a écrit le 18/04/2018 à 8:34 :
Je ne comprend pas cet acharnement à vouloir rester dans une entreprise si l'on en est pas content. c'est pourtant simple, on démissionne et on cherche du travail ailleurs.
Réponse de le 18/04/2018 à 11:13 :
C'est effectivement une vision simple voire simpliste de ce qu'est une entreprise lorsque le coeur de celle ci est fondé sur des métiers peu polyvalents et très qualifiés et que cette même entreprise occupe une position ultra majoritaire dans le pays.
Réponse de le 18/04/2018 à 22:20 :
@Rene: et pourtant quand on n'est pas content, on fait autre chose... C'est aussi simple que ça. Après ils peuvent aller aussi dans des compagnies concurrentes, mais pourquoi aller ailleurs pour être payé moins cher et travailler plus. Voilà tout le paradoxe de ce mouvement.
Pas grave, le monde continuera à tourner sans Air Chance.
Réponse de le 18/04/2018 à 22:52 :
Le monde sans Air France c'est des tarifs 20% moins chers à chaque vol, un meilleur service, moins de retards et d'annulations, et surtout, on a pas des clowns au service à la clientèle.

En somme, qu'on libère le ciel européen de cette anomalie socio-soviétique où les employés sont des rentiers de génération en génération. Air France est une honte pour le transport aérien, est une honte pour un pays en berne, une honte pour l'Europe qui essaie de bien faire.
a écrit le 18/04/2018 à 8:02 :
Les grèves à AIRFRANCE, comme à la SNCF et bientôt à EDF sont liées à l'imputation des charges de retraites sur les salaires. Il faut les répartir sur le travail et sur la consommation d'énergie comme le propose la note n°6 du CAE. Qui le comprendra? C'est un dialogue de sourds qui aboutira nécessairement sur un conflit.
Réponse de le 18/04/2018 à 8:41 :
Et puis quoi encore ? C'est à chacun de prendre en charge les retraites de son secteur , pas aux autres .
Réponse de le 18/04/2018 à 8:50 :
Ce n'est pas au salarié du privé de payer les retraites des régimes spéciaux .
Réponse de le 18/04/2018 à 10:02 :
Merci revers pour votre réaction. Il faut revoir notre conception du système des retraites par répartition. Cela correspond à la note n°6 que je vous conseille de lire. Votre raisonnement concernerait plutot la capitalisation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :