Air France : le SNPL refuse de lancer un référendum sur les salaires et prépare de nouvelles grèves

 |   |  469  mots
Après 9 jours de grève depuis février qui ont déjà coûté 220 millions d'euros à Air France, le SNPL entend même durcir le conflit au-delà des deux préavis de grève déjà posés pour les 23 et 24 avril.
Après 9 jours de grève depuis février qui ont déjà coûté 220 millions d'euros à Air France, le SNPL entend même durcir le conflit au-delà des deux préavis de grève déjà posés pour les 23 et 24 avril. (Crédits : Pascal Rossignol)
Selon nos informations, le conseil du SNPL Air France, le syndicat majoritaire des pilotes, a refusé ce mercredi de lancer un référendum auprès de ses adhérents pour avoir leur avis sur la proposition de hausse des salaires de la direction. Il prévoit au contraire de durcir le mouvement au-delà des 9 jours de grève déjà réalisés et des deux jours prévus les 23 et 24 avril.

Le débat entre les pilotes va être houleux. Selon nos informations, le conseil du SNPL Air France, le syndicat majoritaire des pilotes, a refusé ce mercredi de lancer un référendum auprès de ses adhérents pour avoir leur avis sur la proposition de hausse des salaires de la direction.

Soumise à signature jusqu'à vendredi midi, cette proposition prévoit une hausse de salaires de 7% entre 2018 et 2021. Ceci sans compter l'avancement automatique lié à l'ancienneté, les promotions, les augmentations individuelles et la hausse de rémunération spécifique pour les pilotes que la direction est prête à négocier (les pilotes veulent 4,7% supplémentaires). Une proposition jugée « indécente et farfelue » par le président du SNPL, qui demande - comme l'intersyndicale dans le syndicat des pilotes fait partie et dont il est le leader - une hausse de 5,1% des grilles de salaires pour la seule année 2018 (hors GVT...).

De nouveaux jours de grève en vue

Après 9 jours de grève depuis février qui ont déjà coûté 220 millions d'euros à la compagnie, le SNPL entend même durcir le conflit au-delà des deux préavis de grève déjà posés pour les 23 et 24 avril. Techniquement, il lui faut attendre le 25 avril pour que les plannings des pilotes soient stables en mai.

Le SNPL va donc accentuer la pression pour obtenir davantage.

« Le SNPL a vu que dans le dossier de la création de Joon, l'an dernier, que la direction avait été contrainte d'améliorer plusieurs fois l'accord présenté jusque-là comme à prendre ou à laisser », explique un pilote.

Dans le conflit actuel déjà, la direction vient d'améliorer sa proposition salariale alors que quelques semaines plus tôt, Jean-Marc Janaillac, le Pdg d'Air France affirmait dans le Journal du Dimanche qu'il ne pouvait aller plus loin. Ce mercredi dans nos colonnes, Franck Terner, le directeur général d'Air France assurait qu'aller au-delà de la proposition faite ne serait pas raisonnable.

Comment la base va-t-elle réagir ?

Comment vont réagir les pilotes face à l'absence de référendum, au durcissement du conflit, et au maintien de la ligne intersyndicale du SNPL ? Ces décisions vont-elles affaiblir la participation à la grève ou au contraire la renforcer ? Chacun y va de son pronostic. Entre le 11 et le 17 avril, le taux de participation a baissé de 6 points, à environ 30%.

Par ailleurs, en refusant le référendum, les pilotes et l'intersyndicale prennent le risque de voir des syndicats signataires représentant 30% du personnel lancer un référendum, comme les ordonnances Macron le permettront à partir du 1er mai. Ou, au bout d'un mois, que cette initiative soit prise par la direction. Interrogé sur ce point, Franck Terner a répondu que ce scénario n'était pas envisagé "à ce stade".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2018 à 3:18 :
Avec tout ces syndicats gauchistes debile provoquera bientôt la fin d’Air France...

Ça une bonne nouvelle pour tout le monde .
a écrit le 19/04/2018 à 19:23 :
Les roi pilotes les poches pleines en veulent ancore plus...La bêtise de Air France est de ne pas embaucher des pilotes sous contrat des différents pays avec chacune de ses destinations. Comme celà les seuls salariés sous contrat français seront les pilotes des lignes intérieures et ils seront bien moins embêtés !
a écrit le 19/04/2018 à 15:16 :
Heureusement, aujourd'hui encore j'avais choisi de voler KLM.....
En plus Schipol (Amsterdam) est bien mieux organise au niveau des controles et des services..... Et les serveurs des differents bars/cafes/restos ne font pas la gueule.
A tel point queje me demande si les greves existent en NL
a écrit le 19/04/2018 à 10:37 :
Bye bye ! définitivement Air France bye bye ! définitivement Sncf tellement moins chers les billets dans les autres compagnies avec services cinq étoiles bien loin de la mentalité de fonctionnaires et du service médiocre deux étoiles des français...
a écrit le 19/04/2018 à 10:32 :
Il y a des solutions alternatives. 70 pour cent des vols sont assurés, soit et la concurrence assure les 30 pour cent restants. Je ne vois pas où est le problème!
a écrit le 19/04/2018 à 10:13 :
Tout ca me rappelle le debut des années 90 quand je devais voyager partout en Europe depuis Lyon. Meme topo grève pour ci ou ca, un coup Air France, un coup Air Inter. J’ai alors decide de ne plus voyager sur Air France mais sur Swissair depuis Genève. En plus du fait que c’est moins cher, le personnel est toujours sympa et les avions volent. Je vole un peu moins aujourd’hui mais j’ai continuellement eu le statut gold ou silver. J’ai aussi appris le surnom de Air France à l’étranger: Air Chance!
A l’époque le choix depuis la France était moindre et pas d’internet pour les reservations, mais ça c’était avant! Je ne suis pas la grand mère des gens qui font grève, j’espère juste que cette histoire VRAIE les inspirent quant a la pérennité de leur emploi dans une industrie de service (si il n’y a pas de service, grève ou pas).
a écrit le 19/04/2018 à 7:45 :
Mesdames, Messieurs les pilotes,
Vous vous présentez comme les victimes d’un gel de salaire lorsque la boite était « dans le rouge ».
Observez un peu ce qui se passe autour de vous et vous verrez que des gels de salaire ont eu lieu à beaucoup d’endroits, avec des gens qui se sont serrés la ceinture pour pérenniser leur entreprise. Et tout cela avec des niveaux de salaires très très inférieurs aux vôtres !!! Ces mêmes personnes (j’en connais directement) se sont saignées pour partir en vacances et ont pris un billet … Air France. Ils subissent les conséquences de vos caprices et vont payer pour cela. Vous êtes irresponsables et votre mouvement est indécent. Cordialement
a écrit le 18/04/2018 à 22:43 :
Le SNPL fait un super travail de sape...ce syndicat veut couler AF et la concurrence se frotte les mains... ! Cela devient une évidence !!!!!
Encore un petit effort du SNPL, ça va venir ....
Réponse de le 19/04/2018 à 9:16 :
Il n'y a pas photos; ce syndicat de nantis doit rouler pour la concurrence.

Pour raison professionnelle je suis souvent en Allemagne et, mes interlocuteurs pensent que tous les syndicats français sont nocifs et incompétants car ils ne défendent que leurs propres intérets personnels. Pour eux ce sont des saboteurs de l'économie française....
a écrit le 18/04/2018 à 22:37 :
Et dire que les pilotes gagnent jusqu'a 227000 euros par ans en 2013 !!!
Une augmentation de 7% equivaut a 16000 euros par an
Quid du salaire du personnel de cabine ?
Réponse de le 18/04/2018 à 23:22 :
Les chiffres que vous citez sont sans doute bruts. Les 6% auxquels vous faites mention sont un rattrapage de l’inflation que tous les salariés ont accepté de geler lorsque la boîte était dans le rouge. La direction aimerait pérenniser ce sacrifice sur la durée totale des carrières, ce que les salariés (pas seulement les pilotes) refusent. S’ils ont gain de cause, tous les salariés verront leurs grilles revenir à ce qu’elles auraient dû être si elles n’avaient pas été gelées en 2011.
Réponse de le 19/04/2018 à 12:39 :
ça fait cher le chauffeur d'autobus , meme si TGV ! Faut savoir qu'en EUROPE piloter un A320 , c'est comme jouer à la playstation .
a écrit le 18/04/2018 à 19:53 :
Un syndicat qui refuse la démocratie ne mérite même pas d’avoir le droit de défendre des salariés
Si j’etais adhérent je rendrai ma carte
Réponse de le 18/04/2018 à 21:51 :
Exact, mais le referendum a déjà eu lieu avant le mouvement...
C’est un peu comme le Président de la République ou un gouvernement élu sur un programme: quand doit il soumettre une décision à référendum?
Réponse de le 18/04/2018 à 22:29 :
"quand doit il soumettre une décision à référendum?" heu... Dès qu'il y a une proposition de la direction ...!!!?
Où alors cela ne s'appelle plus de la démocratie, mais un diktat des syndicats !
Réponse de le 18/04/2018 à 23:06 :
Donc d’après votre logique, il suffirait que les politiciens qui dirigent la boîte fassent une proposition pour que les syndicats lancent un referendum? Vous imaginez la durées des négos? Et après vous viendrez vous plaindre qu’en France on avance trop lentement...
a écrit le 18/04/2018 à 19:47 :
Air polemploi , son nouveau nom .
a écrit le 18/04/2018 à 19:28 :
les greves de pseudos pauvres, c'est deja plus que limite, mais les greves de riches, la, ca sort de l'entendement!
Réponse de le 18/04/2018 à 19:51 :
@churchill : c'est vrai, c'est un vrai scandale et l'irresponsabilité des pilotes est extrêmement inquiétante... Dire qu'on vole avec des gens pareils !!!
Réponse de le 18/04/2018 à 23:09 :
Encore ce maduf qui vient vomir sa rancoeur sur internet :-) Merci de nous expliquer le rapport entre refuser de soumettre cette arnaque au vote et le professionnalisme des pilotes dans les cockpits.
Pour Churchill: toutes les catégories de personnel sont en grève. Pas que les pilote, parce que tous les salariés ont été lésés par la politique malhonnête de la direction.
Réponse de le 19/04/2018 à 18:06 :
Quelle arnaque au vote ?
Près de 70% des pilotes ne font pas grève et ne participent pas aux règlements de comptes entre l'actuel président du SNPL et son équipe qui en veulent à la compagnie depuis leurs embauches.
Le bureau actuel a peut être peur que le résultat ne soit pas celui qu'il espère comme lors de deux précédents référendums malgré des questions biaisées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :