L'émirat de Dubaï va renflouer Emirates pour passer la crise du coronavirus

 |   |  357  mots
(Crédits : Eric Gaillard)
L'émirat de Dubaï va renflouer la compagnie aérienne Emirates qu'il détient à 100%. Le prince héritier de l'émirat, Cheikh Hamdane ben Mohammed ben Rached Al-Maktoum, l'a annoncé sans préciser le montant de l'enveloppe.

Comme les Etats-Unis, la Norvège, Singapour..., l'émirat de Dubaï va mettre la main à la poche pour sauver son transport aérien, considéré comme stratégique. L'émirat a décidé de renflouer sa compagnie la compagnie aérienne Emirates qu'il détient à 100%. Le prince héritier de l'émirat, Cheikh Hamdane ben Mohammed ben Rached Al-Maktoum, l'a annoncé sur Twitter, sans préciser le montant de l'enveloppe.

Actif stratégique

"Emirates, notre transporteur national, a fait de Dubaï une plaque tournante mondiale du transport aérien et a une grande valeur stratégique étant l'un des principaux piliers de l'économie de Dubaï, ainsi que de l'économie des Emirats arabes unis en général", a-t-il déclaré.

 "C'est une question clé, c'est l'approche que tout gouvernement devrait avoir", a commenté mardi Alexandre de Juniac, le président de l'Association internationale du transport aérien (Iata) lors d'une conférence de presse téléphonique.

Deuxième aide directe en 35 ans

Cette injection de capitaux sera la deuxième aide directe que recevra Emirates après celle obtenue en 1985 à l'issue de la première année d'existence de la compagnie. La direction d'Emirates a toujours répondu à ceux qui l'accusaient de concurrence déloyale qu'elle n'avait jamais reçu de subventions depuis 1985. Emirates a néanmoins bénéficié d'aides indirectes liées à un écosystème favorable de Dubaï. C'est en effet l'État qui a financé les investissements aéroportuaires colossaux et, en l'absence de taxes en tout genre que l'on retrouve en Europe, les coûts aéroportuaires y sont très bas.

Reconnue par la qualité de sa gestion et de la qualité de son service, Emirates a toujours été rentable.

Contrairement à Qatar Airways qui a décidé de maintenir une activité pendant la crise, Emirates (et Etihad Airways) a récemment suspendu tous ses vols. Ses 271 gros-porteurs, dont 113 A380, sont cloués au sol. Le transporteur a réduit ses coûts en baissant de 25 à 50% les salaires de base de la plupart de ses 100.000 employés, en soulignant que cette décision avait pour but d'éviter des licenciements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2020 à 8:00 :
Voilà une compagnie milliardaire en bénéfice oui MI LIAR DAIRE !!!!! en bénéfice et ceux environ à hauteur de 2 milliards en moyenne par an et ce depuis plusieurs années et qui demande d'être renflouer ?
Ou sont passé tous les milliards accumulés ??

Voila un bel exemple du foutage de gueule économique les bénéfices que dans quelques poches de certains Tandis que le peuple doit passer à la caisse sans jamais oh grand jamais n'avoir quoi que ce soit en retour.

Ça aussi aprés le covid 19 va falloir que ça change et vite ! Ce modèle économique n'est plus tenable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :