Le fantasque Elon Musk veut construire un tunnel à Sydney

 |   |  793  mots
(Crédits : Rebecca Cook)
L'Australie pourrait bien accueillir un nouveau grand projet de l'emblématique patron de Tesla Elon Musk qui, en un tweet, vient de proposer de construire à moindre coût un gigantesque tunnel pour désengorger Sydney.

Le roi de la com' musclée Elon Musk, qui propulse déjà des voitures électriques (Tesla) et des fusées spatiales (SpaceX), s'est plus récemment tourné, au travers d'une société appelée la Boring Company, vers un nouveau projet : des tunnels censés révolutionner les transports urbains en contournant les embouteillages par le bas.

Quand un homme politique l'a sondé mercredi sur Twitter sur le coût d'un tel tunnel dans une montagne au nord de Sydney, l'entrepreneur américain d'origine sud-africaine n'a pas tardé à répondre.

"Je suis un parlementaire de Sydney, qui suffoque de son trafic. Combien pour construire un tunnel de 50 km au travers des Montagnes bleues et désengorger l'ouest de notre Etat?", a interrogé Jeremy Buckingham, élu de l'Etat de Nouvelle-Galles-du-Sud.

"Environ 15 millions de dollars (13,1 millions d'euros) par km pour une deux voies à grande vitesse, soit probablement environ 750 millions de dollars, plus environ 50 millions de dollars par station", a répondu M. Musk dans un message qui a reçu 23.000 "J'aime". Le patron de Tesla a plus de 24 millions d'abonnés.

Des tunnels pour révolutionner les transports urbains

"La seule façon de résoudre le problème, c'est de passer en 3D, pour que le système de transport s'aligne sur l'habitat", a-t-il résumé lors d'une conférence de presse en décembre dernier avant l'événement organisé sur le parking de la Boring Co (qui peut se traduire aussi bien par "société de forage" que par "compagnie ennuyeuse"), la firme spécifiquement pour développer les technologies ad hoc.

L'idée est venue au milliardaire d'origine sud-africaine voici tout juste 2016, lorsqu'il fulminait au volant de sa voiture, coincé dans les embouteillages entre sa villa chic de Bel-Air et les bureaux de SpaceX à Hawthorne, au sud de Los Angeles. Un trajet qui lui prend couramment plus de 90 minutes et qu'il qualifie de "destructeur pour l'âme".

A terme, l'idée est de permettre à des milliers de véhicules électriques et autonomes de sillonner les sous-sols des villes dans des tunnels similaires à une vitesse approchant 250 km/h. Ces véhicules accéderaient au réseau de tunnels directement au niveau des voies de circulation, sans avoir besoin de s'arrêter, au moyen d'ascenseurs ou de rampes si la place est suffisante.

Et Elon Musk ré-invente le métro avec sa voiture !

En présentant en décembre près de Los Angeles un tunnel-test, le projet n'a à première vue rien de très nouveau : un tube étroit de moins de 4m de diamètre dans lequel circulent des Tesla Model X équipées de roues latérales pour éviter de cogner les parois.

Pour Elon Musk, "la vraie innovation est très simple" et tient dans ces deux extensions rétractables (aux allures de stabilisateur de vélo) qui pourraient être fixées sur n'importe quelle voiture électrique et autonome, Tesla ou non, "pour seulement 200 à 300 dollars".

"C'est la capacité à transformer une voiture normale en véhicule stable de manière passive, capable de voyager à grande vitesse dans un petit tunnel", dit-il.

L'idée initiale d'une sorte de "traîneau" électrique sur laquelle auraient pris place les voitures, "bien trop complexe", a été abandonnée, a insisté Elon Musk.

L'expérience proposée aux journalistes conviés pour l'occasion s'est déroulée sur environ 1,8 km à la vitesse maximum de 65 km/h et rappelle curieusement une attraction de fête foraine.

L'idée a depuis fait son chemin, avec notamment des partenariats conclus avec les transports en commun de Los Angeles pour étudier la possibilité de raccorder ces tunnels avec les stations de métro, et le choix par la ville de Chicago de la Boring Co pour réaliser un train futuriste à très grande vitesse, en forme de capsule, qui reliera en un temps record le centre-ville à l'aéroport.

Une bonne affaire pour Sydney

Le milliardaire aux multiples projets s'était distingué en 2017 en promettant de réaliser sous 100 jours une gigantesque batterie lithium-ion destinée à alimenter en énergie propre 30.000 logements de l'Etat d'Australie-Méridionale pour pallier les carences de son réseau électrique. Il avait tenu parole.

La population de la plus grande ville australienne a augmenté de 25% depuis 2011 pour atteindre les 5,4 millions d'habitants, soit plus de 20% de la population totale de l'Australie. Et les embouteillages sont un énorme problème pour les habitants de Sydney. Rien ne dit que l'offre d'Elon Musk se concrétisera.

Mais elle constitue en attendant pour lui un bon coup de publicité, après de récentes controverses, déjà sur Twitter, quand il avait notamment traité de "pédophile" un spéléologue qui avait aidé au sauvetage d'enfants coincés dans une grotte en Thaïlande.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2019 à 18:42 :
Je pense que l'auteur de l'article devrait vérifier la définition de fantasque. Pour rappel Tesla a vendu plus de véhicules premiums aux USA en 2018 que BMW, et SpaceX ravitaille régulièrement la station spaciale internationale pour le compte de la NASA. Musk c'est aussi PayPal (vendu depuis) qui a révolutionné les paiements en ligne. Etc.
a écrit le 17/01/2019 à 12:06 :
"Le fantasque Elon Musk veut construire un tunnel à Sydney"

Non mais c'est quoi ce titre sans rire ? La fabrique à opinions ne veut même plus attendre le contenu de l'article elle s'expose dès son titre. Ouhaou...

Du coup ce titre affirme que de construire un tunnel à Sydney est fantasque parce que idée venant de Musk qui est fantasque. Reprenez vous tous, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :