Les compagnies aériennes européennes jouent gros cet été

 |  | 874 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)
Officiellement, tout va bien : les réservations sont ouvertes, des publicités vantent de nouvelles liaisons. Dans les faits, après le cataclysme du Covid-19 en 2020, « le troisième trimestre est crucial pour une majorité de compagnies aériennes européennes », souligne le directeur général d'Air France-KLM.

Aux abois après un an de pandémie, les compagnies aériennes européennes attendent l'été de pied ferme pour amorcer la reprise. Aussi, elles déroulent le tapis rouge pour inciter leurs passagers à réserver, mais sans pouvoir garantir que tous leurs vols seront bien assurés.

Officiellement, tout va bien: les réservations sont ouvertes, des publicités vantent de nouvelles liaisons vers des destinations ensoleillées à des gens longtemps cloîtrés et les compagnies évoquent une offre de sièges représentant de 70% à 100% de celle de l'été 2019.

Lire aussi : Air France veut réduire la rémunération des personnels et supprimer des congés

La pandémie a toutefois cloué la plupart des long-courriers au sol et les dirigeants du secteur misent dans l'immédiat sur les vols dans les limites du Vieux Continent, exhortant les gouvernements à harmoniser les règles de déplacement, ce qui est loin d'être encore acquis.

"Le troisième trimestre est crucial pour une majorité de compagnies aériennes européennes", a plaidé la semaine dernière le directeur général d'Air France-KLM Benjamin Smith, lors d'une conférence de presse organisée par l'association des compagnies aériennes européennes A4E.

M. Smith a jugé "dans l'intérêt de tous (...) que l'on ait redémarré le 1er juillet", alors que sa société, à l'image de tout le secteur, est sortie très endettée d'un exercice 2020 cauchemardesque.

Lire aussi : Bruxelles lance un passeport sanitaire pour sauver le tourisme européen

xxxx

Un objectif partagé par le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton, qui veut voir le "certificat vert", un passeport sanitaire intra-européen, aboutir avant l'été pour sauver la saison touristique.

L'espoir est de faire mieux qu'en 2020 quand, malgré la situation sanitaire, "nous avons eu un plutôt bon été, avec 40% à 45% des niveaux" de voyageurs d'avant la pandémie, a rappelé Eamonn Brennan, directeur général de l'organisme européen de surveillance du trafic aérien Eurocontrol.

Une reprise de l'activité "est indissociable d'un programme de vaccination couronné de succès", a toutefois prévenu le patron d'easyJet Johan Lundgren, lors de la conférence d'A4E.

Lire aussi : EasyJet : "Le rebond du trafic aérien sera exceptionnel et fort" (Johan Lundgren, CEO)

Flexibilité, le "maître-mot"

Selon le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata) Alexandre de Juniac, "on ne pourra pas redémarrer ce secteur du jour au lendemain" et les professionnels veulent de la visibilité.

Or dans l'immédiat, l'heure est aux reconfinements sur fond de diffusion des variants. Un expert conseillant le gouvernement britannique, le docteur Mike Tildesley, a récemment affirmé que des déplacements à l'étranger pour les vacanciers cet été semblaient "extrêmement improbables".

"L'énorme demande latente" de voyages des Européens, selon l'expression d'A4E, ne s'est pas encore concrétisée, et les compagnies restent très discrètes sur leurs niveaux de réservation.

Une chose est sûre, ceux-ci "augmentent immédiatement après une levée des restrictions ou des annonces de projets de réouverture", a indiqué chez A4E Marco Ciomperlik, le patron de la branche aérienne de l'allemand TUI.

Les compagnies cherchent à rassurer, rappelant que les cas prouvés de contamination dans un aéronef ont été rarissimes, et déployant des applications numériques pour rassembler les documents sanitaires.

Elles font aussi un gros effort sur les conditions de vente: même la low-cost Ryanair, connue pour ses nombreux suppléments payants, a supprimé les frais de modification pour toutes les réservations effectuées avant le 30 juin prochain et pour des voyages avant le 31 octobre.

Didier Bréchemier, spécialiste du transport aérien au cabinet Roland Berger, le constate: pour les compagnies, "avant, une bonne partie de la valeur était dans l'achat de cette flexibilité" par des consommateurs prêts à payer plus cher pour un billet échangeable, "aujourd'hui c'est nécessaire de l'offrir" pour convaincre les passagers de réserver. En revanche, cette incitation passe moins par des prix bas, selon lui.

Lire aussi : Enorme coup de Boeing : Southwest, la plus grosse low-cost du monde, commande 255 737 MAX

"La flexibilité, c'est le maître-mot en ce moment, parce que l'on toujours dans une incertitude très forte", abonde Nicolas Hénin, directeur général adjoint commercial et marketing pour Transavia France.

Cette filiale d'Air France-KLM "maintient une capacité assez élevée" de sièges pour l'été afin de répondre à la demande, tout en se gardant une marge de manœuvre car la reprise "est loin d'être garantie à ce stade", explique-t-il à l'AFP.

Du côté du géant allemand Lufthansa, on "surveille la demande et réagira aux éventuels changements. En général, les compagnies du groupe devraient effectuer dès cet été à nouveau l'intégralité du programme (de destinations) de l'été 2019", selon une porte-parole.

M. Lundgren, d'easyJet, s'en dit convaincu: "d'une certaine façon, c'est le meilleur moment pour réserver, parce qu'il y a des offres formidables et des conditions très généreuses".

Lire aussi : Air France : Transavia lance cet été une offensive "XXL" sur le marché domestique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2021 à 15:21 :
Au compagnies de donner confiance. Je pense à Air France qui vante la flexibilité totale mais mets des mois à fournir des avoir en cas d'annulation de vol ou d'impossibilité de voyager.
a écrit le 31/03/2021 à 4:24 :
Tapis rouge pour reserver sans garantie de depart, pour les remboursement vous repasserez. C'est en France et nulle part ailleurs.
a écrit le 30/03/2021 à 17:43 :
Au Vietnam, on ne badine pas avec le respect des règles sanitaires, en ces temps de pandémie de Covid-19 ! Un steward de Vietnam Airlines a même été condamné à la prison avec sursis pour avoir répandu le coronavirus, a rapporté un média d’État vietnamien. Après avoir pris part à un vol de rapatriement depuis le Japon en novembre, Duong Tan Hau n'a pas respecté la quarantaine de deux semaines et est sorti une semaine après son arrivée, rencontrant 46 personnes, a précisé un site web gouvernemental.Le média souligne qu'il a transmis le virus à trois personnes et "affecté la vie de 2.000 habitants de la ville: 861 personnes ont dû être placées en quarantaine et 1.400 autres ont été enfermées chez elles".Les agissements de Hau ont causé un préjudice matériel total de plus de 160.000 euros, selon la justice.
a écrit le 30/03/2021 à 14:37 :
""L'énorme demande latente" de voyages des Européens, selon l'expression d'A4E, ne s'est pas encore concrétisée,"

Encore des croyants dont les croyances tardent à se mettre en place, étonnant ! Quand les hommes d'affaires sont aussi bavards que les politiciens et les politiciens aussi cupides que les hommes d'affaires.
Réponse de le 01/04/2021 à 1:23 :
C’est sûr que votre croyance à vous repose sur des faits concrets et étayés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :