Air France-KLM augmente le prix des billets pour financer les carburants durables

Face au nœud gordien que représente le surcoût des carburants d'aviation durables, Air France-KLM a fini par trancher dans le vif. A l'image des surcharges mises en place dans le passé pour compenser les fortes hausses du prix du kérosène, ce sont les clients qui payeront une partie de la facture qu'entraîne l'introduction des carburants durables, en attendant que la massification de la production entraîne une baisse de coûts. La décision est lourde, mais le groupe français se devait de réagir après l'entrée en vigueur des premiers mandats d'incorporation le 1er janvier, qui oblige la compagnie à utiliser des carburants durables. Explications.

4 mn

(Crédits : Regis Duvignau)

Article mis à jour le 11 janvier à 6h40

Il fallait bien commencer quelque part. En dépit d'un bilan carbone bien moindre - avec une réduction des émissions de CO2 pouvant aller jusqu'à 80 % sur l'ensemble du cycle de vie par rapport au kérosène d'origine fossile - l'utilisation des carburants d'aviation durables (SAF) n'a toujours pas décollé. Bien qu'incorporable à hauteur de 50 % dans les avions commerciaux, sans modification aucune, ils représentent aujourd'hui moins de 1% du carburant utilisé dans l'aérien à travers le monde. Un immobilisme largement dû à une équation économique non résolue, avec des prix encore prohibitifs. Air France-KLM a fini par prendre les devants en annonçant qu'il allait répercuter une partie du surcoût engendré par l'utilisation de biocarburants sur les prix des billets.

Dans un message adressé à ses clients depuis ce lundi, la compagnie Air France indique qu'une "contribution 'Carburant Aviation Durable' sera intégrée à partir du 10 janvier dans le prix du billet: de 1 à 4 euros en cabine Economy, de 1,50 à 12 euros en cabine Business, selon la distance". Des mesures comparables s'appliquent également dans les autres compagnies de groupe, KLM et Transavia.

Cela doit permettre de compenser en partie le coût des SAF, évalué entre 4 et 8 fois supérieur à celui du kérosène. Un surplus non-négligeable lorsque l'on sait que la facture carburant est l'un des postes de coûts majeurs du transport aérien, à hauteur de 20 à 30 % du total. Air France-KLM, qui espérait jusque-là la mise en place de dispositifs incitatifs publics, au niveau français ou européen, pour permettre de gommer la différence et favoriser l'utilisation de biocarburants s'est donc résolue à prendre les devants en répercutant le surcoût sur le prix des billets.

Lire aussi 5 mnZéro émission de CO2 en 2050 : comment les compagnies aériennes comptent s'y prendre (IATA)

Une baisse des coûts espérée

Air France-KLM, comme l'ensemble du secteur, espère ensuite que la montée en puissance de la production permettra de normaliser la situation. Le groupe français se veut même affirmatif et déclare : "L'émergence de filières pour une production à grande échelle, en France et en Europe, permettra de réduire ces coûts." Les SAF sont d'ailleurs considérés par l'Association internationale du transport aérien (IATA), principal représentant mondial des compagnies aériennes, comme le principal vecteur pour atteindre l'objectif de zéro émission nette d'ici 2050.

Cette décision d'instaurer une contribution pourrait impacter les ventes du groupe, dans une période toujours très compliquée pour le transport aérien. Certains clients pourraient être convaincus par la démarche. Air France va d'ailleurs proposer à ses passagers de "contribuer volontairement à l'achat de carburant d'aviation durable supplémentaire" sur son site internet en assurant que "chaque euro de contribution volontaire sera investi dans l'achat de ces carburants". Pourtant, les appels à contribution volontaire génèrent jusqu'ici un engouement assez mitigé chez les passagers, à l'image du programme de compensation "Trip and Tree", en place depuis 2019. En 2020, le projet a enregistré un peu plus de 34 000 donateurs sur 34 millions de passagers transportés par les compagnies du groupe.

Lire aussi 5 mnSafran et TotalEnergies s'allient pour le développement des carburants verts

Les premiers mandats entrent en vigueur

Au-delà de la volonté de verdir son image avec la mise en place de ce surcoût, Air France-KLM répond surtout à la mise en place d'un premier mandat d'incorporation : depuis le 1er janvier, la France a instauré l'obligation d'intégrer au moins 1% de carburant durable dans le kérosène. A partir de 2025, c'est un règlement européen qui doit prendre le relai, tel que voulu dans le paquet climat "Fit for 55" présenté en juillet par la Commission européenne. Celui-ci prévoit des mandats d'incorporation progressifs, de 2% en 2025, puis de 5% en 2030 pour aller jusqu'à 63 % en 2050.

Cette stratégie de mandats doit impulser le lancement de la production et l'utilisation des SAF à grande échelle. A l'inverse, les Etats-Unis ont misé sur une politique incitative, avec au moins 4,3 milliards de dollars sur la table pour faire passer la production américaine de SAF de 1 million à 800 millions de litres d'ici 2030.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 11/01/2022 à 13:59
Signaler
Comme je me moque de votre avion bio, je traverserai la frontière pour prendre un vol non bio en Suisse par exemple.

à écrit le 11/01/2022 à 11:56
Signaler
grosse erreur que l'ecologie verte subventionnee à tour de bras !!!!!!!!!!! les habitants de la planete vont se nourrir avec QUOI ? autre erreur arretons de faire voyager gratuitement TOUTE la famille des employes

à écrit le 11/01/2022 à 4:26
Signaler
Remplacez le mot magique biocarburant pat la vraie formule "agrocarburant"et les gens comprendront l'arnaque, enfin j'espère !!!!!

à écrit le 10/01/2022 à 21:02
Signaler
Encore une absurdité des écolo nigots.... ce sont vraiment des clowns

à écrit le 10/01/2022 à 19:35
Signaler
bref, si on comprend bien, la transition aurait un cout ' paye par quelqu'un', alors que les politiciens avaient promis que ca serait ' paye par personne'.........bon, les avions ca concerne pas grand monde, mais effectivement quand le ' paye par per...

le 11/01/2022 à 5:54
Signaler
Le moustachu, on l'a déjà ... sauf qu'il n'est pas moustachu.

à écrit le 10/01/2022 à 18:13
Signaler
Carburant durable c’est du végétale je suppose.. Alors On va encore plus deforester , utiliser pleins de pesticides a tire la rigo et bousiller la biodiversité ! Super les Ecolos bobos ! Car ça consomme les avions... les gens qui parlent écologi...

à écrit le 10/01/2022 à 17:16
Signaler
Non puis surtout ça ne peut pas être l'argent public qui paie l'intégralité du billet d'avions des gens qui le prennent hein, nous sommes plus nombreux à ne pas le prendre qu'à le prendre donc on est bien sympa mais quand même ! L'économie des dinosa...

à écrit le 10/01/2022 à 17:08
Signaler
Il faudra qu'on m'explique ce qu'est un carburant "durable". Une "couillonade"...de plus, dans un monde où la connerie dispute à la bêtise, la vulgarité, le mensonge.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.