Pour faire retirer une taxe, Ryanair ferme une base stratégique en Norvège

La compagnie aérienne low cost est prête à revenir sur sa décision, si le gouvernement annule une taxe sur les voyages aériens. Mais ce dernier campe sur sa position et dénonce un chantage.
La décision de Ryanair devrait devrait signifier la fin de Rygge, un petit aéroport privé situé à une soixantaine de kilomètres de la capitale norvégienne.
La décision de Ryanair devrait devrait signifier la fin de Rygge, un petit aéroport privé situé à une soixantaine de kilomètres de la capitale norvégienne. (Crédits : © Andrew Yates / Reuters)

La compagnie aérienne à bas prix Ryanair a confirmé mercredi 1er juin la fermeture d'une base en Norvège, condamnant de facto l'aéroport régional de Rygge, pour protester contre une nouvelle taxe sur les voyages aériens. "La base d'Oslo va fermer en octobre", a dit le directeur commercial de la low-cost irlandaise, David O'Brien, lors d'une conférence de presse.

Ses propos coïncidaient avec l'entrée en vigueur d'une taxe de 80 couronnes (8,60 euros) sur les voyages aériens décidée par le gouvernement pour boucler son budget, "un jour noir pour Oslo Rygge, la Norvège et le tourisme norvégien", selon lui.

Réduction de 50% des des capacités de Ryanair en Norvège

La décision entraînera la fermeture de 16 liaisons, la relocalisation de quatre appareils et la réduction de 50% des capacités de Ryanair en Norvège, a indiqué la compagnie.

Elle devrait aussi signifier la fin de Rygge, un petit aéroport privé situé à une soixantaine de kilomètres de la capitale norvégienne. Sa direction avait annoncé qu'elle devrait mettre la clé sous la porte en cas de départ de Ryanair, qui assure l'essentiel de son trafic, menaçant un millier d'emplois selon elle.

"Si la taxe est abandonnée (...) nous ne fermerons pas la base et nous la rouvrirons en fonction de la date à laquelle ces décisions seront prises", a précisé M. O'Brien en réponse aux critiques affirmant que Ryanair utilisait la nouvelle taxe comme prétexte pour fermer une base dont elle n'a plus besoin.

"On ne peut se laisser dicter ses choix par une entreprise"

Le Premier ministre norvégien, Mme Erna Solberg, a refusé de céder aux demandes du transporteur aux pratiques souvent controversées.

"Quoi qu'il en soit, c'est au Parlement norvégien qu'il revient de voter les taxes", a-t-elle déclaré à la chaîne NRK.

"On ne peut se laisser dicter ses choix par une entreprise qui a déjà fait pression sur de nombreux pays en matière de taxes et de frais", a-t-elle ajouté, répétant le message martelé ces dernières semaines.

Pour une fois du même côté que Ryanair, la principale confédération syndicale, LO, a appelé à un rassemblement dans la soirée à Rygge pour protester contre la nouvelle taxe.

A l'exception des lignes vers Londres (Stansted) et Vilnius transférées à Gardermoen, l'aéroport international d'Oslo, le reliquat d'activités de Ryanair en Norvège va être déplacé vers un autre petit aéroport privé, celui de Sandefjord (Torp), à environ 90 km au sud-ouest de la capitale norvégienne, a précisé O'Brien.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 03/06/2016 à 20:29
Signaler
Génial ! Bravo Ryanair ! Il n'y a strictement rien d'anormale dans ce bras de fer ? Quand les Français explosent le pays avec des grèves, c'est bien pour imposer un changement de force ! Je me trompe ? Et bien Ryanair fait la même chose en jouant s...

à écrit le 03/06/2016 à 15:02
Signaler
Ce qui pend au nez de Ryanair, à faire son chantage aux taxes, c'est qu'il vienne á l'idée au monde politique de mettre fin à l'énorme privilège dont jouit toujours, après plus d'un quart de siècle, le transport aérien intra-européen: Il n'est pas so...

à écrit le 01/06/2016 à 20:24
Signaler
Ryanair n'est pas une compagnie aérienne, mais un chasseur de primes et subventions.

à écrit le 01/06/2016 à 20:19
Signaler
Ryanair a fait 10 %e marge nette en 2015 , tout ça grace au chantage exercé sur les collectivités locales qui sont contraintes de leur verser des subventions énormes payés par le contribuable et qui provoque une concurrence déloyale avec nos compagni...

à écrit le 01/06/2016 à 19:00
Signaler
Il y a d'autre compagnie low cost !

à écrit le 01/06/2016 à 18:05
Signaler
Halte au chantage. Si les gens ne veulent pas payer de taxes et impôts, c'est-à-dire ne pas participer à l'environnement social et économique du pays, qu'ils partent et ne reviennent plus jamais !!!

le 05/06/2016 à 22:10
Signaler
C'est bien ce qu'ils font apparemment.

à écrit le 01/06/2016 à 17:15
Signaler
Chantage quand tu nous tiens...qu'il ferme toutes les bases on s'en fiche et il verra son chiffre d'affaire baisser car plus de subvention de l'état ou autres...il faut arrêter l esclavagisme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.