Un taxi travaille comme deux Français mais gagne moins que le Smic !

 |   |  1402  mots
Le revenu annuel d'un taxi ne dépasserait ainsi pas les 42.000 euros par an, pour les chauffeurs ne supportant pas les charges de leur licence, soit une minorité : 19% des taxis parisiens. Quant aux autres, leur revenu annuel ne dépasserait pas les 18.000 euros, soit un maximum de 13 euros de l'heure pour un chauffeur ayant remboursé sa licence, et 5,5 euros pour celui qui n'a pas encore soldé son emprunt.
Le revenu annuel d'un taxi ne dépasserait ainsi pas les 42.000 euros par an, pour les chauffeurs ne supportant pas les charges de leur licence, soit une minorité : 19% des taxis parisiens. Quant aux autres, leur revenu annuel ne dépasserait pas les 18.000 euros, soit un maximum de 13 euros de l'heure pour un chauffeur ayant remboursé sa licence, et 5,5 euros pour celui qui n'a pas encore soldé son emprunt. (Crédits : Reuters)
Selon une enquête réalisée auprès d'un millier de taxis parisiens par le bureau de recherche 6t, la majorité des chauffeurs gagneraient 5,5 euros de l'heure. Avec un temps de travail de 66 heures par semaine, dont les deux tiers du temps est passé à vide, en attente de client. Exploration d'un système qui semblerait nécessiter quelques révisions.

Un chauffeur de taxi travaille comme deux salariés français. Tel est le constat qui ressort de l'enquête réalisée par le bureau de recherche 6t auprès de 1.000 chauffeurs franciliens, dont 98% d'hommes. D'après cette étude financée sur fonds propres, les chauffeurs travailleraient en effet onze heures par jours, six jours par semaine et ne prendraient que trois semaines de congés par an. Au final, "ils travaillent donc deux fois plus qu'un salarié français aux 35 heures", analyse 6t. De quoi corroborer les conclusions de leur précédente enquête, et la compléter.

Lire aussi > chauffeurs de taxi : ce qu'ils gagnent vraiment

Dans le détail, les comportements diffèrent en fonction de leur statut. Ce sont par exemple les artisans dont la licence est en cours de remboursement qui déclarent travailler le plus grand nombre d'heures. Cela dit, en moyenne, les chauffeurs déclarent effectuer environ 11 courses, soit une course par heure. Ici encore, les résultats varient en fonction du statut des chauffeurs : ce sont les salariés qui déclarent un nombre de courses plus élevé, devant les locataires, les artisans et les membres de coopératives.

Les courses décrites par les chauffeurs sont courtes par leur durée : environ un quart font moins de 10 minutes et deux tiers moins de 20 minutes. Interrogés sur leur dernière course, les chauffeurs évoquent une durée moyenne de 22 minutes. Sur une heure, cela revient donc à dire que les taxis roulent chargés un tiers du temps, le reste étant passé en attente de clients ou en approche.

La majorité des chauffeurs gagneraient 5,5 euros de l'heure

Ainsi, le revenu annuel d'un taxi ne dépasserait pas les 42.000 euros par an, pour les chauffeurs ne supportant pas les charges de leur licence, soit une minorité : 19% des taxis parisiens. Quant aux autres, leur revenu annuel ne dépasserait pas les 18.000 euros, soit un maximum de 13 euros de l'heure pour un chauffeur ayant remboursé sa licence, et 5,5 euros pour celui qui n'a pas encore soldé son emprunt.

Pas étonnant que les taxis jugent leurs conditions de travail mauvaises. Bien sûr, les chauffeurs interrogés mettent en avant le long temps d'attente entre deux courses (les taxis sont sans clientèle les deux tiers de leur temps d'activité quotidien). Mais ils accusent aussi et surtout les plateformes VTC. A leur sujet, ils évoquent le terme de "concurrence déloyale".

"Le VTC, l'arbre qui cache la forêt" ?

"Est-ce que tout ira mieux pour les taxis si l'on supprime les VTC ?", interroge Nicolas Louvet, directeur de 6t. "Rien n'est moins sûr, dans un premier temps au moins". Selon lui, "le VTC, c'est l'arbre qui cache la forêt". Le bureau d'étude note que la multiplication des VTC a certes affecté le marché du taxi (une récente étude du BCG commandée par Uber évoque d'ailleurs un taux de substitution de l'ordre de 5% par an depuis 2013 : les VTC auraient ainsi grignoté 15% des parts de marché des taxis depuis leur arrivée sur le marché. Un taux qui semble cependant outrageusement faible aux yeux de certains analystes, qui évoquent une chute du chiffre d'affaires des taxis de l'ordre de 30%).

D'où l'importance d'une réforme du marché des licences, afin d'alléger les charges des taxis, analyse 6t. 48% des taxis interrogés par le bureau d'études se sont prononcés en faveur d'un éventuel rachat des licences, financé par la mise en place d'un fonds public, contre 45% qui se sont déclarés "très défavorables" ou "défavorables". Un point qui serait toutefois encore à l'étude au Ministère des Transports.

Lire aussi > Licences : les taxis attaquent l'Etat en justice

A la (re)conquête des habitants des villes

Cependant, selon 6-t, l'arrivée massive de VTC n'est pas la seule responsable. Et de pointer le fait que, pour les taxis, avoir "longtemps délaissé les résidents de l'agglomération parisienne pour privilégier les touristes et les professionnels explique également leurs mauvaises conditions de travail." Les auteurs de l'étude poursuivent:

"En 2014, 6t a réalisé une étude sur l'impact du service Autolib' quant à la diminution de l'usage du taxi, pourtant le syndicat général du taxi parisien a considéré que "cet impact reste limité, car Autolib' est surtout utilisé par une clientèle locale et peu par les touristes. Autrement dit, pour la profession, le marché du taxi ne serait pas celui résident."

L'amélioration des autres  alternatives à la voiture particulière depuis la fin des années 1990 (tramway, fermeture plus tardive des métros, couloirs bus, Vélib', Autolib', etc.), expliquerait pourquoi les résidents se seraient détournés du taxi. Le véritable enjeu, est donc, selon le directeur du bureau d'analyses de favoriser l'accès aux taxis pour les résidents. "Les taxis doivent se retourner vers les résidents", analyse ainsi Nicolas Louvet, rappelant tout-de-même que l'analyse porte sur les taxis parisiens, dont les problèmes ne concernent que de loin les chauffeurs de province. Ce qui passe notamment par le développement d'applications de réservation favorisant la maraude électronique, comme la plateforme le.taxi lancée récemment dans plusieurs métropoles par les pouvoirs publics. Il suggère également de revoir quelques chapitres, comme celui du montant de la course minimum, qui, selon lui, devrait être réduit pour être concurrentiel avec les autres services sur les petits trajets.

Autolib', le vrai concurrent des taxis ?

Et pour cause, 6t note qu'avec un trajet moyen de 9,7 km pour un prix moyen de 23,3 euros, le prix moyen au kilomètre en taxi revient à 2,4 euros, contre 2,3 euros pour un VTC ou encore 0,9 euro pour Autolib'! Finalement, le prix au kilomètre des taxis serait ainsi très proche de celui du VTC, et bien plus élevé que celui du service Autolib'. Un service qui recense 14.400 trajets par jour. ​Si le prix des Autolib' augmentait, quel serait le report modal de ses utilisateurs ? Se tourneraient-ils vers le taxi ou le VTC ?

​Quoi qu'il en soit, 6t estime qu'il faudrait inciter les chauffeurs à "moins attendre dans les aéroports pour être plus présents en ville". Rappelons à ce propos une anecdote de l'ancien Directeur général de G7, Jean-Jacques Augier. Celui-ci expliquait récemment à La Tribune cette curieuse inversion de tendance, à savoir, le fait que dans les années 1980, les chauffeurs de taxi préféraient enchaîner les petites courses en ville plutôt que traverser Paris pour aller à Orly ou Roissy. A l'époque, "les chauffeurs de taxis boudaient les courses aéroports, et se dépêchaient de rentrer sur Paris où ils effectuaient une trentaine de courses par jour !", se souvenait-il.

Or c'est l'inverse aujourd'hui! Pas seulement chez les taxis d'ailleurs, mais chez l'ensemble des chauffeurs, également les VTC, chez qui il ressort une préférence pour les longs trajets et un faible nombre de courses. C'est pourquoi Uber n'a de cesse de prêcher l'inverse à ses partenaires: tentant de leur expliquer qu'il vaut mieux faire plus de petites courses moins chères - l'une des raisons qui avaient justifié la baisse de prix de 20% en octobre 2015 - pour, au final, selon l'entreprise, gagner plus, et optimiser le taux de remplissage du véhicule. Ce que tente également de faire LeCab avec sa récente offre "miniCab".

6t suggère d'ailleurs aux taxis de recourir aux plateformes de VTC comme Uber ou Allocab ayant ouvert leur porte aux taxis afin d'augmenter le nombre de courses et ainsi diminuer le temps passé à rouler à vide, qui représenterait aujourd'hui les deux tiers de la (longue) journée d'un chauffeur de taxi. La proposition de loi Grandguillaume, examinée ce mercredi en commission mixte paritaire à l'Assemblée, vise justement à supprimer les éventuelles clauses d'exclusivité qui empêcheraient les chauffeurs de taxi de jongler d'une plateforme à l'autre.

Si 6t permet, en ouvrant ses bases de données accessibles en ligne, un outil fort utile à qui tente d'analyser ce secteur, ne faudrait-il pas réaliser la même étude auprès des chauffeurs de VTC afin de tenter d'avoir une photographie plus précise et complète de ce marché ? En attendant d'espérer une étude commandée par un VTC comme Chauffeur privé et une entreprise de taxis comme G7, afin d'écarter tout soupçon de partialité...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2016 à 18:19 :
Vous rigolez ou quoi un taxi gagne plus de 30 € l'heure minimum et en espèces vous aviez calculé peut-être par rapport à ce qu'il encaisse en carte bleu et chèque oui . Comment peut on remboursé la licence, la belle voiture et dégager un salaire avec 6 € l'heure. Franchement !! Et le pavillon
a écrit le 02/12/2016 à 17:11 :
Vous restez sur des clichés d'une époque dépassé meme aujourd'hui alors que Paris et envahi de chauffeurs en tout genre vous pensez qu'un taxi sale qui refuse la cb et qui déclare rien arrive a vivre
Sincèrement je suis taxi depuis 3 ans (en même temps que les vtc) j'ai jamais autant travaillé pour gagner si peu et j'ai jamais été autant critiqué par des gens qui n'y connaissent rien
a écrit le 02/12/2016 à 8:50 :
Si on veux aller par là, mois aussi je gagne 5,5 euros de l’heure, c'est à dire "moins que le Smic", et pourtant j'ai choisi de travailler comme un seul Français.
J'ai un revenu salarial annuel de 15.500 euros pour 39 heures de travail par semaine, moi aussi j'ai un remboursement d'emprunt de 425 euros par mois pour ma maison, ce qui me fait si je calcul bien, un maximum de 5,5 euros de l'heure pour 47semaines effectivement travaillées, car je prends tout de même mes cinq semaine de congés payés.
Cherchez l'erreur !
a écrit le 02/12/2016 à 7:29 :
Encore une enquete sur ...les taxis ; J'y ait trouvée une nouveauté , c'est que l'on explique clairement que les taxis ont ...delaissés la clientèle parisienne ..., preferent les touristes ; Il suffit de voir les temps d'attente de chargement à Roissy ( c'est affiché sur les panneaux lumineux ) pour en etre convaincu : en general plusieurs heures ...; je ne sais pas si les douches , ou parties de cartes sont comptées dans les temps de travail évoqués par 6t . Heureusement pour les taxis , qu'ils ont ( aussi ) les pourboires , et la revente de leur licence ; mais heureusement surtout de constater qu'ils semblent ...se poser les bonnes questions ; ils ne leur reste plus qu'à aller voir dans n'importe quelle grande ville , d'Europe ou du monde , voir comment celà se passe , et d'en copier le modèle ...!
a écrit le 01/12/2016 à 17:33 :
La, on touche le fonds, la plupart des courses en espèce ne sont pas declarees. Donc pas de déclarations, pas de revenus donc...pas d impôts.
Forcément lors de cette enquête ils ont pris le resultat net et surtout les revenus tirés. Historiquement et depuis des décennies les chauffeurs taxis déclarent le minimum...l analyse n airait jamais du sortir.
a écrit le 01/12/2016 à 17:06 :
Va falloir vous y faire et vous trouvez une autre tete de turc
Les licences ont perdu plus de 50% de leurs valeurs les jeunes susceptible de la racheter ont fuit vers le vtc
Les clients aussi d'ailleurs ...
Le metier de taxi est devenu tres difficile
Pour vérifier aller dans le centre de Paris un samedi soir
Les stations de taxis sont remplis
Devancé par chauffeur privé, uber, marcel, lecab, heetch, etc etc etc
Plus de 15000 vtc rien que sur Paris
Réponse de le 02/12/2016 à 7:32 :
Le samedi soir , à Paris , les stations de taxis sont remplies ...? de clients qui attendent , c'a oui , mais pas de taxis ! allez donc vous placer Bd St Germain,vers Odéon : vous y ferez des affaires ...
a écrit le 01/12/2016 à 17:06 :
La faute à qui ???
Réponse de le 02/12/2016 à 17:03 :
Au taxis de plus de 50ans qui ont ruiné le metier vendu leur licence pour faire vtc au black
Mais nous les nouveaux ont prend pour eux
Personnellement
J'ai cravate chemise
Carte bleu
Vehicule nikel
Jai pas de licence
Je boss 70h semaine minimum et je galere
Jai pas connus votre epoque ou le taxi gagnait des millions
a écrit le 01/12/2016 à 17:05 :
Et si on laissait les taxis libres de décider de leurs tarifs ?
a écrit le 01/12/2016 à 17:05 :
Et si on laissait les taxis libres de décider de leurs tarifs ?
a écrit le 01/12/2016 à 16:43 :
Qu'en pensent les chauffeurs concernés ?
a écrit le 01/12/2016 à 16:43 :
C'est drôle, aucun taxi ne semble réagir...
a écrit le 01/12/2016 à 16:41 :
N'est-ce pas le problème de tous ceux qui travaillent à leur compte ?
a écrit le 01/12/2016 à 14:41 :
une preuve de plus que les journalistes, comme les élites, ne vont pas sur le terrain. Ils verraient que beaucoup de taxis sont des véhicules haut de gamme (Audi, Mercedes et même Jaguar). Si le SMIC permet d'acheter ces voitures, moi je suis le Pape François!
Réponse de le 01/12/2016 à 17:08 :
Donc les vtc qui roulent class s et porshe panamera sont multimillionnaire
Pfff jalousie quand tu nous tiens !!!!
Réponse de le 01/12/2016 à 17:20 :
Mais il n'y a pas écrit qu'ils crèvent tous la dalle. Certains s'en sortent ! C'est écrit ! Et quelques-uns très bien. Ce n'est pas la majorité. C'est tout.
a écrit le 01/12/2016 à 14:16 :
Il est surprenant que les taxis "salariés" déclarent le plus de courses .... à moins que, le paiement en liquide aidant, certains indépendants omettent de déclarer l'intégralité de leurs courses et de leurs recettes (ce dont visiblement le sénat s'est inquiété), ainsi les taxis encore endettés déclarent plus que les non-endettés obligés qu'ils sont de rembourser leurs prêts.
Réponse de le 01/12/2016 à 17:09 :
C'est fini le cash
Carte bleu uniquement
Je vous met au defis de trouver un client qui paye en cash
Réponse de le 02/12/2016 à 7:36 :
C'est effectivement une des raisons ; une autre étant que , les taxis independants sont en general organisés autour d'une centrale traitant des clients abonnés ( le " cas " Saal a bien illustré le sujet ) ; De ce fait , les courses sont souvent + lonques , et d'autre part il y a peu d'attente en station;
a écrit le 01/12/2016 à 13:56 :
chiffre étonnant, qui ne prend pas en compte les sommes en espèces non déclarées... Et oui l'analyse éco d'Uber est bonne, mais allez savoir pourquoi les taxis parisiens n'écoutent pas. Quand la croyance populaire aveugle...
a écrit le 01/12/2016 à 12:19 :
Et toutes les professions où les gens ne comptent pas leurs heures et gagnent très peu
Arrêter de manipuler les lecteurs en faisant passer certaines professions comme des malheureux
Réponse de le 01/12/2016 à 16:16 :
Taxis, paysans, avocats, architectes, et que sais-je encore, gagnent souvent moins de 5 Euros de l'heure
J'éspère que les taxis mettent un peu de cash de coté, car le Système fiscal et "social" est devenu inique!
Entre archis, on se marre en cherchant quelle projet nous a rapporté plus de 5 Euros de l'heure... Réponse quasiment aucun depuis des années pour mes confrères proches
Et nous, pas question d'avoir du cash à planquer.
Lisez pour info la Kleptocratie française d'Eloise Benhammou, pour comprendre un peu mieux...
Réponse de le 01/12/2016 à 17:39 :
Et vous arrêtez de donner des leçons
a écrit le 01/12/2016 à 11:41 :
5.5 euros, oui mais déduction faite des remboursement d'emprunt.
Vous enlevez du salaire l'accumulation du "pseudo capital" qu'est la licence.

Le vrai chiffre c'est 13 euros de l'heure pour celui qui a remboursé sa licence, ce qui parait tout à fait convenable compte tenu du niveau de qualification requis.
Après, il est certain que si la licence ne vaut plus rien cela va se compliquer...
Réponse de le 01/12/2016 à 14:20 :
Heu ???? Au Canada, et dans plein de pays, il y a des ingénieurs et des médecins qui font taxi car ils ne trouvent pas de travail ailleurs...C'est comme ceux qui croient que ceux qui bossent au macdo sont des illettrés alors que y a beaucoup de bac+5 qui ne trouvent pas de travail ailleurs !!!!
Réponse de le 01/12/2016 à 17:44 :
C'est pour ça qu'il est étonnant que le gouvernement tarde à se prononcer sur un éventuel fonds d'indemnisation...
a écrit le 01/12/2016 à 11:41 :
Cet article et ces chiffres me font penser aussi au calcul des revenus des agriculteurs...
les deux professions ne comptent pas leurs heures...
Elles souffrent toutes les deux du poids de leurs dettes... et si les banques acceptent de financer les plans de financement, c'est bien qu'elles sont certaines de récupérer leurs mises...
Et pourquoi donc ils acheteraient ou voudraient continuer de vendre leurs licences attribuée gratuitement à 200 000 EUROS ?

Dans 10 ans, 15 tout au plus, les véhicules autonomes enterreront définitivement la profession... sauf pour les plus créatifs qui sauront apporter le service et le supplément d’âme aux clients prêts à le payer.
a écrit le 01/12/2016 à 10:24 :
Vous seriez tous taxi si ca gagnait tant que ca
Essayer une semaine vous comprendrez
Dites pas qu'un taxi declare pas
90% de sont chiffre c'est des cartes bleu
(Je parle pour aujourd'hui en taxi parisien)
Réponse de le 01/12/2016 à 12:04 :
Ojk je veux bien que le travaille soit difficile, et sans doute à Paris moins qu'ailleurs mais sur Nice j'ai vu des taxi en porsche cayenne donc tout le monde ne doit pas être au smic. De plus c'est un peu tendancieux de dire qu'un taxi travaille 60 h si en fait il attends 70% du temps. Essayer de dire à un patron que vous faire 35 heure en étant juste présent au travail cela va juste le faire rire. Bref la situation n'est dans doute pas facile pour les taxi mais laisser croire que les salarié serait super privilégié c'est quand même drôle. Enfin connaitre par avance le prix approximatif d'une course (VTC) cela permet de plus facilement déclencher l'achat. A vous d'évoluer moi j'ai déjà réservé des taxi via le site G7 est j'ai trouvé ça super pratique.
Réponse de le 01/12/2016 à 17:41 :
Je trouve normal que l'attente de clients soit comptabilisée dans le temps de travail
Réponse de le 01/12/2016 à 17:41 :
Je trouve normal que l'attente de clients soit comptabilisée dans le temps de travail
Réponse de le 01/12/2016 à 17:42 :
Attendre ne veut pas dire ne rien faire. C'est de la maraude par exemple...
a écrit le 01/12/2016 à 9:05 :
Merci pour cet article qui ose s'aventurer au sein de notre désastreuse réalité.

SI vous saviez le nombre d'avocats qui se font payer leurs charges par leurs parents vous seriez halluciné...

C'est l'arbre qui cache la forêt mais pas que celle du VTC, celle d'une paupérisation générale qui ne dit pas son nom parce que les gens ont honte de l'avouer.

C'est bien fait la WC mais ça nous fait crever.
a écrit le 01/12/2016 à 7:40 :
Les taxis ne déclare pas tous leur revenus donc arrêtée de faire des enquête bidon un taxi peux faire un chiffre d affaire par moi de 10 000 euros par moi
Réponse de le 01/12/2016 à 8:35 :
Je tournes autour des 20000€ par mois personnellement 😁
Réponse de le 01/12/2016 à 11:03 :
y a aucun taxi en dessous de 50 ou 100.00 euros nets par mois, voire plus............
tiens on dirait que les fonctionnaires sont de sortie sur la tribune...
Réponse de le 01/12/2016 à 17:03 :
S'il vous plaît relisez-vous. Cela pique les yeux...
Réponse de le 01/12/2016 à 17:07 :
Pour celui qui a eu sa licence gratuite, c'est possible...
Mais ceux qui l'ont achetée récemment...
a écrit le 01/12/2016 à 1:18 :
Alors pourquoi ils font ce métier, si ça rapporte si peu ???
Réponse de le 01/12/2016 à 8:32 :
Donnes moi du travail à 1500€ par mois pour 35h et je jette mon taxi dans la Seine .
Réponse de le 01/12/2016 à 17:03 :
C'est une bonne question en effet.
Réponse de le 01/12/2016 à 17:04 :
Peut-être pensaient-ils gagner plus en investissant dans leur licence ? Mais ils sont obligés de continuer pour pouvoir la rembourser...
a écrit le 01/12/2016 à 0:08 :
les artisans taxi sont les champions du monde de la fraude fiscale...
Les 18 800 € officiels pourraient bien être 25 à 30 000 € réels.
Réponse de le 01/12/2016 à 8:43 :
oui pour faire un article sur les taxis parisiens, il ne suffit pas d être diplômé, il faut aller trainer dans des garages de banlieue ou historiquement on apprend comment remparer falsifier revendre acheter.
Réponse de le 01/12/2016 à 16:42 :
Même en fraudant il ne leur reste pas lourd...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :