XL Airways appelle la BPI à la rescousse

 |   |  345  mots
(Crédits : Marko Djurica)
Le PDG de la compagnie a demandé au directeur général de la banque publique d'investissement d'apporter les financements nécessaires à la survie de la compagnie.

Alors qu'une audience au tribunal de commerce de Bobigny se tiet ce mercredi à 15 heures sur l'avenir de XL Airways, Laurent Magnin, le PDG de la compagnie aérienne en redressement judiciaire, abat sa dernière carte pour sauver le transporteur et ses 570 salariés.

Mardi 1er octobre peu avant minuit, il a réagi aux propos de Nicolas Dufourcq, le directeur général de la banque publique d'investissement (BPI), qui s'était étonné ur BFM de ne pas avoir été sollicité par les dirigeant de XL Airways.

Des propos qui ont "laissé sans voix" Laurent Magnin.

Dans une lettre ouverte adressée à Nicolas Dufourcq, le PDG de XL Airways explique que "la non-sollicitation directe vient du fait que XL Airways était accompagnée par les services compétents du Ministère des Finances (CIRI) et que via l'autorité de tutelle de la BPI, la compagnie a, à d'innombrables reprises, sollicité l'intervention de la banque pour accompagner XL Airways".

Audience à 15 heures

Et Laurent Magnin de prendre Nicolas Dufourcq au mot.

"Nous ne comptons plus les heures, ni les jours, à envisager toutes les solutions possibles. Y compris, eu égard à votre communication,  celle de la participation de la BPI qui a été créée pour répondre au rayonnement industriel de notre pays. Créer des emplois de valeur et répondre à la concurrence sainement avec des outils adaptés, c'est la mission que les parlementaires français avaient rappelée dans un rapport du 30 septembre 2015. En prenant position sur l'aérien, vous donnerez le signal d'un pays qui croit dans cette industrie. Je vous demande solennellement de bien vouloir nous recevoir avant notre audience au Tribunal de Commerce de Bobigny qui aura lieu mercredi 2 octobre à 15 heures. Ceci afin d'évoquer, dans les prochaines heures, la capacité de la BPI à apporter un financement nécessaire à la préservation et à la pérennité de la société".

XL Airways a besoin de 35 millions d'euros pour mettre en oeuvre un plan à cinq ans décidé il y a quelques mois. Tous les avions sont cloués au sol depuis lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2019 à 14:34 :
Trop d'avions, trop de transports low cost, trop de massification du "tourisme", trop de consommation de pétrole, trop de pollution...Stop.
a écrit le 02/10/2019 à 14:26 :
XL Airways comme aigle Azur, Ford bordeaux Alstom, General Electric ... la liste est interminable,

on pourrait remplir le bouquin de l'annuaire de la poste avec la liste qui marque l'EFFONDREMENT de l'Industrie sous l'ère catastrophique Chirac-Raffarin puis Sarkozy-Fillon puis Hollande-Valls-Macron et maintenant c'est le pompom avec l'ère Macron-Philippe-Darmanin-Castaner-Buzin ...
a écrit le 02/10/2019 à 10:01 :
"En prenant position sur l'aérien, vous donnerez le signal d'un pays qui croit dans cette industrie"

Vous avez entièrement raison, de ce fait interdisons le !
a écrit le 02/10/2019 à 9:55 :
article a mettre en relation avec votre interview hier de rousset, qui en bon socialiste veut ' flecher l'epargne vers les eti d'avenir'
comme segolene royal avec heulliez ' futur leader mondial de la voiture electrique', on pourrait flecher l'epargne des gens via bpi pour faire de xlairways le leader mondial du low cost ecolo ( oui, le petrole, c'est plus trop a la mode, meme dans les avions)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :