Le choc des mondialisations

ÉDITORIAL- La guerre en Ukraine ne provoque pas seulement un choc sur l’économie mondiale, elle ouvre également une nouvelle page de la globalisation, avec peut-être demain, une mondialisation fragmentée en différents blocs de pays fondés sur des considérations géopolitiques qui échangeraient peu ou pas du tout entre eux. Dans un dossier d'une trentaine d'articles et entretiens, La Tribune a voulu s’intéresser aux conséquences de ce tournant majeur pour les entreprises, les territoires et la transition écologique.
Fabrice Gliszczynski
(Crédits : Sandrine Marty / Hans Lucas /Reuters)

Vous en avez désormais l'habitude, La Tribune accompagne régulièrement son offre quotidienne d'un format unique dans l'univers de la presse numérique : un dossier de fond sur un sujet de transformation économique et/ou sociale, voire sociétale. Une enquête complète, avec une multitude d'angles d'attaque, d'exemples et de témoignages pour décrypter les enjeux et les clés de compréhension d'une thématique originale.

Beaucoup parmi vous étaient impatients de découvrir ce nouveau dossier. La guerre en Ukraine et les élections nous ont poussés à prendre le recul suffisant pour apprécier au mieux la transformation que nous sommes en train de vivre.

En effet, après le « business des bornes de recharge électriques », « le plan de transformation de la filière viti-vinicole pour s'adapter au changement climatique »« la bataille mondiale pour l'accès métaux critiques nécessaires à la transition écologique », « l'impact du e-commerce dans la transformation de nos villes et de nos sociétés », nous avons décidé de nous pencher sur l'évolution de la mondialisation qui se dessine depuis le début de la guerre en Ukraine, et plus précisément sur l'impact de ce conflit sur les filières industrielles, les territoires et la transition écologique.

Pourquoi un tel sujet ? Tout d'abord parce que les effets de la mondialisation impactent au quotidien nos vies et nos territoires et que toute évolution des forces qui l'animent a des conséquences structurelles extrêmement lourdes sur notre souveraineté, notre carte industrielle, l'emploi, le dynamisme de nos villes et de nos régions..., mais aussi sur notre pouvoir d'achat.

Ensuite parce que le sujet de la mondialisation est au cœur de l'actualité et de nos préoccupations en raison de l'impact de la guerre en Ukraine sur le commerce mondial : elle accélère en effet l'inflation, fait craindre une récession, menace la sécurité alimentaire d'un grand nombre de pays, mais aussi la transition énergétique quand la sortie de la dépendance au gaz russe pousse l'Europe à rouvrir des centrales à charbon pour compenser les tensions qui pèsent sur son système électrique. En espérant bien sûr que cette marche arrière ne soit que temporaire et soit suivie d'un coup d'accélérateur dans les énergies renouvelables.

Enfin, nous avons choisi ce sujet parce qu'après trois décennies d'accélération de la globalisation au cours de laquelle la circulation des individus, des marchandises, des services et des capitaux s'est faite quasiment sans limite en raison d'une dérégulation et d'une révolution numérique toujours plus poussées, cette guerre ouvre une nouvelle page de la mondialisation que la bataille commerciale entre la Chine et les Etats-Unis à partir de 2019 et surtout la crise du Covid avaient commencé à dessiner. La pénurie de masques et de matériel médical puis les tensions sur les chaînes d'approvisionnement observées pendant la crise sanitaire ont, en effet, mis en évidence les dangers pour la souveraineté de nombreux pays occidentaux d'une dépendance massive à d'autres pays. Ce phénomène est aujourd'hui décuplé par l'onde de choc de la guerre en Ukraine sur la géoéconomie mondiale. Et pour cause, tous les industriels repensent leur chaîne de production et d'approvisionnement, en relocalisant, en doublant, voire triplant le nombre de fournisseurs et/ou en s'installant dans des pays amis et stables politiquement. Une rupture coûteuse qui ne sera pas sans conséquence sur les prix de vente et le pouvoir d'achat.

Ce mouvement tranche donc avec celui observé au cours des trente dernières années qui, justement, se caractérisait par l'éclatement des chaînes de production aux quatre coins du globe pour se rapprocher de nouveaux marchés prometteurs et profiter d'une main d'œuvre bon marché.

Surtout, ce mouvement de repli semble encourager une fragmentation de la mondialisation, organisée non plus comme un village-planétaire pour reprendre l'expression de Marshall McLuhan, mais sous forme de blocs de pays distincts, chacun constitués sur des considérations géopolitiques, échangeant peu ou pas du tout entre eux. Une sorte de mondialisation entre amis, comme l'expliquent la secrétaire d'Etat américaine au Trésor, Janet Yellen et Christine Lagarde, la patronne de la Banque centrale européenne (BCE) en vulgarisant les concepts de « friend-shoring », « friend sharing », « friend shopping ». Ce scénario est loin d'être acté et n'est pas partagé par tous. Tout comme ne l'est, d'ailleurs, l'appréciation de la situation actuelle, prélude, selon certains, à une « démondialisation », qui marquerait un recul des échanges mondiaux, quand d'autres prévoient plutôt, une « néomondialisation » ou une « remondialisation », un concept qui verrait la mondialisation continuer sur des principes différents, tandis que d'autres enfin estiment que les forces motrices de la globalisation sont toujours présentes et que la mondialisation continuera, mais de manière ralentie (« slowbalization »). En fait, tout dépendra beaucoup de l'issue de la guerre, de la place qu'occupera demain la Russie dans le concert des nations et de l'évolution du régime russe. Cela peut prendre des années.

Journal des transformations et des territoires, La Tribune a donc décidé de mobiliser l'ensemble de ses rédactions pour réaliser ce dossier sur « la mondialisation de demain, une tectonique des plaques qui va chambouler nos vies et nos territoires ».

A partir de ce lundi et tout au long de la semaine vont se succéder près d'une trentaine d'articles, analyses, enquêtes, interview pour vous décrire dans le détail la manière dont les différents secteurs d'activité (l'énergie, l'aéronautique, les transports l'agriculture, l'automobile, le monde bancaire, la filière des métaux, le bâtiment, Internet, les télécoms...) s'adaptent à cette nouvelle donne. Une partie de ce dossier sera, par ailleurs, consacrée à l'impact de cette mutation sur la transition énergétique, et sur les territoires tricolores. Enfin, Pascal Lamy, l'ancien directeur de l'OMC, partagera sa vision de l'évolution de la mondialisation. Ce dossier extraordinaire par sa densité et sa qualité sera regroupé dans un numéro spécial de plus de 100 pages qui sera envoyé à tous nos abonnés.

Bonne lecture

___

Au SOMMAIRE de notre DOSSIER SPÉCIAL MONDIALISATION (30 articles au total)

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 19/07/2022 à 7:59
Signaler
Il y a une mondialisation qui marche très bien, c'est celle du réchauffement climatique. L'avenir de l'économie mondialisée n'est pas notre priorité. Que fait-on pour donner une indépendance de production alimentaire aux pays affamés ? Que fait-on da...

à écrit le 18/07/2022 à 10:37
Signaler
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a limogé la procureure générale et le chef des services de sécurité du pays en raison de soupçons de trahison de certains de leurs subordonnés au profit des Russes. « J’ai pris la décision de relever de leurs...

à écrit le 18/07/2022 à 10:07
Signaler
mais quelle récupération politique tout cela pour exister. la France est elle encore gouvernée?

à écrit le 18/07/2022 à 10:07
Signaler
mais quel récupération politique tout cela pour exister. la France est elle encore gouvernée?

à écrit le 18/07/2022 à 8:37
Signaler
Les experts:"Hou la la la la mon dieu mon dieu mon dieu il va se passer un truc c'est sûr qu'on vous dit !" 5000 balles par mois minimum...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.