L'ambition folle de Macron : dix géants européens de la tech d'ici à 2030

Devant une centaine d'investisseurs et d'entrepreneurs du numérique français et européens, Emmanuel Macron a esquissé les chantiers tech de la présidence française de l'Union européenne, en 2022. Au menu : un "visa tech européen" pour attirer les talents étrangers ou encore la mobilisation des investisseurs institutionnels européens sur le modèle du "plan Tibi" français. L'objectif : créer dix géants mondiaux valorisés à 100 milliards d'euros au moins d'ici à 2030 en Europe.
Sylvain Rolland

5 mn

(Crédits : POOL)

Après la "startup nation", la "scale-up Europe" ? Mardi 15 mai, à l'occasion du lancement du salon VivaTech, Emmanuel Macron a placé la tech comme l'une des priorités de la prochaine présidence française de l'Union européenne, au premier semestre 2022. A l'Elysée, face à un parterre d'une centaine d'investisseurs et d'entrepreneurs du numérique français et européens, ainsi qu'une dizaine de ministres européens, le président français a présenté des mesures proposées par le mouvement "Scale-Up Europe" (faire grandir l'Europe), lancé début mars à Station F dans le but de décliner des propositions pour guider la présidence française de l'UE.

Lire aussi 2 mnLa France mène la marche pour créer une Europe de la tech

Un "visa tech européen" et un plan Tibi européen

"Nous devons construire un écosystème et des champions européens plus forts, et les entrepreneurs doivent pousser les gouvernements à être plus efficaces", notamment face à leurs concurrentes américaines et chinoises, a déclaré Emmanuel Macron lors de la réunion, en alternant anglais et français.

Suivant les recommandations remises par le groupe de travail, Emmanuel Macron a visé "10 entreprises à 100 milliards d'euros pour 2030" en Europe. Un objectif très ambitieux, que le collectif Scale-Up Europe compte atteindre en faisant appliquer à l'échelle de l'UE ses 21 propositions, réparties en cinq grands thèmes : le financement des startups, la capacité à conserver les talents européens en Europe et à attirer les talents étrangers, le développement des deeptech -ces innovations de rupture pour répondre aux grands défis économiques et climatiques du XXIè siècle-, la collaboration startups/grands groupes, et la création d'un marché unique européen de la tech.

Lors de son discours, Emmanuel Macron a salué le travail du collectif, et a déjà repris à son compte les deux premiers grands thèmes, le financement et les talents, présentés comme le nerf de la guerre. Au sujet des talents, le président français a appelé à la création d'un "visa tech européen" pour attirer des talents étrangers en facilitant leurs démarches administratives et leur intégration dans un pays européen, tout en leur faisant bénéficier d'un régime fiscal avantageux. Le collectif propose aussi de créer un statut de travailleur tech pour les talents européens, avec un contrat standardisé et la portabilité des droits sociaux sur tout le continent.

Au niveau du financement, il ambitionne de lancer pendant la présidence française un "plan Tibi européen", sur le modèle du plan français annoncé en septembre 2019. L'objectif : mobiliser les grands investisseurs institutionnels européens, notamment les bancassureurs, vers le financement de l'innovation. Théorisé par l'économiste Philippe Tibi, ce fameux plan a entraîné 6 milliards d'euros de financements nouveaux vers les startups françaises, répartis pour moitié pour financer des gros tours de tables afin de créer des licornes, et pour moitié pour développer les entrées en Bourse des entreprises tech.

Lire aussi 3 mnInvestissements dans les startups: Le Maire booste son objectif à 30 milliards (+50%)

Accélérer les transferts de technologie, un crédit d'impôt et un Small Business Act pour les grands groupes qui travaillent avec les startups

Si Emmanuel Macron n'a pas parlé sur l'ensemble des 21 propositions du collectif, nul doute que la présidence française de l'UE va en soutenir la plupart. Parmi les plus intéressantes, Scale-Up Europe propose de créer un cadre standardisé pour les transferts de brevets, afin d'accélérer les transferts de technologie des universités vers le privé.

D'après l'association, l'UE devrait aussi renforcer le rôle et la visibilité de l'European Innovation Council (EIC), présenté un peu vite comme la Darpa européenne -l'agence américaine de l'innovation de rupture-. L'EIC devrait présenter une feuille de route deeptech à long terme et se voir dotée de financements plus ambitieux, d'un soutien administratif et de programmes concrets pour atteindre ses objectifs et rivaliser dans la course à l'innovation avec les Etats-Unis et la Chine.

Lire aussi 7 mn"Partir aux Etats-Unis ou à Londres est de moins en moins nécessaire pour les startups européennes" (Bernard Liautaud, Balderton Capital)

La route est longue

"Le but n'est pas que des entrepreneurs deviennent des milliardaires - après tout pourquoi pas", a-t-il souri, mais l'enjeu est industriel, car les startups du Next40 et du French Tech 120, les plus prometteuses jeunes pousses françaises, "représentent 160.000 emplois direct et indirects" en France et atteindront plus de 200.000 en 2025, a-t-il ajouté, citant Innovafeed, Doctolib ou BackMarket.

Mais si Emmanuel Macron veut clairement placer la tech au cœur de la présidence française de l'UE, la route est longue. L'Europe n'a pas encore de géants de la tech comme en Chine ou aux USA. Et si le continent compte environ 160 licornes, seulement quinze sont françaises, et aucune n'a atteint une valorisation de plus de 100 milliards d'euros. Et seules une poignée, dont Spotify, pèsent aujourd'hui plus de dix milliards d'euros de valorisation.

Lire aussi 5 mnLa licorne ContentSquare lève 408 millions d'euros et explose le record de la French Tech

Sylvain Rolland

5 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 17/06/2021 à 20:53
Signaler
Oui depuis le plan calcul des années 60, la france croit qu'a coup de milliards pour faire travailler des gens sans idées, ils vont créer des multinationales... Pour La dernière vague des gafam (google, facebook, amazon, meme microsoft et apple da...

à écrit le 17/06/2021 à 13:11
Signaler
C'est un banquier, pas un chef d'entreprise... sortie de sa comptabilité, il ne connaît rien!

à écrit le 17/06/2021 à 6:05
Signaler
J'ai hâte de le voir abandonner la politique et fonder ces 10 sociétés sans subvention publique ni aide de ses petits copains. Pas sûr que beaucoup de monde aie envie de travailler pour lui.

à écrit le 17/06/2021 à 2:54
Signaler
Des géants dirigés par des nains cela fait écho au second empire... belle culture européenne!

à écrit le 16/06/2021 à 23:33
Signaler
Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. C'est de la com' et quand on sait que plein de gens vont se réjouir on peut vraiment se dire que la société est bien mal en point.

à écrit le 16/06/2021 à 20:30
Signaler
Traduit en français courant, sans novlangue : Macron 1er, roi de droit divin, va vendre les derniers bijoux de famille industriels français aux Allemands par pure idéologie mondialo-européiste et transhumaniste. Il a d'ailleurs déjà commencé avec Ne...

à écrit le 16/06/2021 à 19:53
Signaler
Toutes ces promesses s'éloignant toujours plus d'une UE qui a décroché sont le signe d'une mort annoncée.

à écrit le 16/06/2021 à 19:49
Signaler
Etrange critère pour des sociétés de tech... Valorisation boursière de 100 milliards... - etre le leader commercial sur son segment - avoir la technologie la plus avancée sur les microprocesseurs - unités de production permettant une indépendan...

à écrit le 16/06/2021 à 18:09
Signaler
Décidément, l’histoire ne lui a rien appris (consolation, il n’est pas le seul!). Régulièrement depuis des décennies, les gouvernants européens font croire à de telles chimères, et régulièrement, ces chimères se fracassent sur le mur de la réalité. P...

à écrit le 16/06/2021 à 17:47
Signaler
Ajouter "folle" n'était pas vraiment nécessaire. De plus, je trouve vulgaire et pas respectueux de l'homme et de la fonction de nommer un président de la République par son seul nom. Le prénom ou l'emploi du terme président x ou y me semble approprié...

le 16/06/2021 à 20:23
Signaler
Les français, "des gaulois réfractaires". "Vous n'avez qu'à traverser la rue". Je trouve très vulgaire et pas du tout respectueux de nommer ainsi ses concitoyens, qui l'ont élu de surcroît, et surtout en conférence de presse à l'étranger ou de répon...

à écrit le 16/06/2021 à 17:15
Signaler
Je ne vois ne vois pas ce que l'élevage d'insectes et vendre du reconditionné à de "tech". ça ressemble à un fourre tout pour faire avaler tout et n'importe quoi. Sinon, ok pour le côté "novateur" dans le sens ou cela est développé en Europe (Manger ...

à écrit le 16/06/2021 à 15:40
Signaler
il a raison d'être ambitieux pour la France/l'Europe. comme pour l'objectif qu'il a donné à l'équipe de France en 2018 : la victoire. :-) il faut cependant faire preuve de rigueur, garder la tête froide. ne pas embrasser la culture irresponsabilit...

à écrit le 16/06/2021 à 15:39
Signaler
oui oui, des champions mondiaux, pour assurer la souverainete, et renmplir les caisses avec les cotisations et impots sur des bons salaires...........meme pas en reve! le president oublie qu'il veut des champions europeens, enfin ' tant qu'ils sont f...

à écrit le 16/06/2021 à 14:44
Signaler
pourquoi cette focalisation sur les valorisations ? mais c'est sûr que la France est le pays qui a les meilleures perspectives, grâce à son économie équilibrée (investissement public/privé, compétences/R&D, entrepreneuriat, environnement, défense, ...

à écrit le 16/06/2021 à 14:42
Signaler
Le problème c'est pas l'ambition! C'est surtout pourquoi faire? Dans cette concurrence entre les "4 grands" pouvant entrer en conflit pour une peccadille! Il veut simplement créer un nationalisme impérial sur l'Europe!

à écrit le 16/06/2021 à 14:33
Signaler
Ca y est il cause encore. Un vrai ventilateur ce gonze. Il y aura de -en - d'investisseurs en France. Trop d'incertitudes a tous les niveaux. Fisc, mouvements de syndicats, dette et surtout haine generale de tous contre tout. Le quinquenat a venir v...

le 16/06/2021 à 15:35
Signaler
Ce "gonze" a un niveau d'érudition certain qui tranche avec ses prédecesseurs... c'est vous qui brassez non pas des idées mais des opinions: dans les faits que vous l'aimiez ou pas oui les pépites sont nombreuses. Maintenant, pour voir tout cela il f...

à écrit le 16/06/2021 à 13:50
Signaler
Heureusement, il reste des rêveurs en France. Quel dommage que les rêves tournent au cauchemar depuis quarante ans!

à écrit le 16/06/2021 à 13:45
Signaler
Cela n'engage à rien ,moi j'aime bien quand les politiques avant les élections ,nous font rêver . Généralement après les élections ,ce sont des taxes et des suppressions de liberté qui nous attendent .

à écrit le 16/06/2021 à 13:44
Signaler
Ah ah ah ah !!! même avec tout le fric qu'il a donné, cette réalité est dans sa tête !!!! Un haut fonctionnaire qui parle du développement oui, mais l'entrisme et l'impotence a l'international feront le reste, a mon avis c'est plus pour donner du fr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.