YouTube et le cloud, des relais de croissance crédibles pour Google

 |   |  638  mots
Sundar Pichai, ancien directeur général de Google depuis 2015, a été propulsé à la tête de la maison-mère Alphabet en décembre.
Sundar Pichai, ancien directeur général de Google depuis 2015, a été propulsé à la tête de la maison-mère Alphabet en décembre. (Crédits : Reuters)
Pour la première fois, Alphabet (maison-mère de Google) a dévoilé les performances de son service vidéo YouTube et de sa division cloud. Une façon d'affirmer que le géant américain n'est plus seulement un moteur de recherche. En 2019, Alphabet a enregistré un chiffre d'affaires de près de 162 milliards de dollars (+18%).

Transition lente chez Alphabet. La maison-mère de Google a publié lundi ses résultats financiers pour l'année 2019. Elle a enregistré un chiffre d'affaires de près de 162 milliards de dollars (+18% sur un an) pour un bénéfice net de plus de 34 milliards de dollars (+11,7% sur un an) l'année dernière.

Google lève enfin le voile sur les résultats de YouTube et du cloud

C'est la première publication de résultats depuis la promotion de Sundar Pichai, ancien directeur général de Google depuis 2015, à la tête d'Alphabet en décembre dernier. C'est aussi la première fois qu'Alphabet détaille les performances de son service vidéo YouTube et de sa division cloud. Un changement de forme qui illustre un changement de fond : le géant américain affirme ne plus mettre tous ses œufs dans le même panier, et il a attendu d'obtenir des résultats jugés suffisamment satisfaisants pour pouvoir les dévoiler. Ultra-dépendant de la publicité jusqu'ici, la firme de Mountain View avait déclaré en 2018 être "concentrée à la construction d'une seconde vague de croissance à moyen et long terme", selon Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet.

"Nos investissements dans la science informatique (deep computer science) - comprenant l'intelligence artificielle, l'informatique ambiante (assistants vocaux, etc, ndlr) ou encore le cloud - nous fournissent une base solide pour la poursuite de la croissance et de nouvelles opportunités partout chez Alphabet", s'est réjoui Sundar Pichai dans un communiqué, à la suite de la publication des résultats.

YouTube, 15 milliards de dollars de revenus publicitaires

Dans le détail, Alphabet reste toujours dépendant des performances publicitaires de son moteur de recherche. Ce dernier a généré un chiffre d'affaires de 98 milliards de dollars (+15% sur un an), soit 60% du chiffre d'affaires global du groupe. Mais ses autres services affichent une croissance plus importante. YouTube a ainsi généré plus de 15 milliards de dollars de revenus publicitaires en 2019. Cela représente un bond de 36% par rapport à 2018, et de 86% par rapport à 2017.

Sundar Pichai a annoncé que les offres payantes YouTube Music et YouTube Premium totalisaient plus de 20 millions d'abonnés. A titre de comparaison, la plateforme de streaming vidéo Netflix revendique 158 millions d'abonnés dans le monde. YouTube Premium (anciennement YouTube Red) a été lancé en 2015. Ce service permet d'accéder, sans publicité, à des contenus originaux produits par YouTube, comme la série Cobra Kai, pour 11,99 dollars par mois aux Etats-Unis. Avec le même principe, YouTube Music, lancé en 2018, permet d'accéder à toutes les vidéos musicales sans publicité et sans connexion Internet pour 9,99 dollars par mois aux Etats-Unis.

Le nombre d'abonnés YouTube reste infime comparé à son audience totale, qui est de plus de 2 milliards d'utilisateurs mensuels dans le monde. C'est pourquoi Sundar Pichai estime qu'il y a encore "une place significative" pour permettre à YouTube de générer davantage de revenus, notamment via les abonnements.

| Lire aussi : Face à Spotify et Apple Music, YouTube lance une nouvelle offre de streaming

+53% de croissance pour le cloud en 2019

A l'instar des autres géants américains, comme Amazon, Microsoft ou IBM, Alphabet mise sur le cloud pour diversifier ses activités. La firme de Mountain View a engendré un chiffre d'affaires de 8,9 milliards de dollars en 2019 (+53% sur un an, mais plus 122% comparé à 2017). "Nous sommes très satisfaits de l'élan que nous voyons dans le cloud", a déclaré Sundar Pichai.

"Nous avons l'intention d'augmenter nos investissements en 2020 aussi bien dans l'infrastructure technique que nos bureaux par rapport à 2019", a prévenu Ruth Porat, selon l'AFP.

Les investissements d'Alphabet ont déjà grimpé courant 2019, à près de 128 milliards de dollars (+16,7%). Le groupe a notamment connu un bond des embauches, avec un effectif total de 118.899 salariés fin 2019 (+20%). Le titre perdait environ 3% dans les échanges après-bourse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2020 à 14:51 :
Le américains ont mis la main sur Internet, ont financés ces entreprises par des fonds proches du gouvernement au départ, voire de la CIA ( dans les années 1995/2005 ), ont éliminés systématiquement la concurrence européenne, Dailymotion etc, etc, ont autorisé toutes les violations de la vie privée, font de l'optimisation fiscale sans vergogne, ont voté l’extraterritorialité du droit américain, et maintenant sont les ROIS du monde en enregistrant des milliards de données sur humain sur cette terre ayant un certain niveau de vie. Ils ont effectivement des vaches à laits et engendrent des milliards tout en nous contrôlant.
Il est temps de réagir !
Réponse de le 04/02/2020 à 22:25 :
Les données sur les humains : ça craint...
Ce n’est pas comme ci nous les humains nous étions hyper- puissants et nous utilisions les 90% de notre cerveau ( alors que nous utilisons actuellement que 10% de notre cerveau )

Le point où la consommation est accrue pour YouTube et iCloud : est la paresse humaine et le fait de vouloir tout tout de suite.

Internet a déréglé nos comportements humains.
a écrit le 04/02/2020 à 12:56 :
Miser sur le cloud c'est investir sur l'immobilier international, le secteur ferait mieux d’éradiquer la spéculation qui y détruit tout parce que voyant la puissance financière de ses ogres qui eux ne vont pas laisser les bâtiments vides juste pour laisser gonfler les prix, ils vont les utiliser ces outils de production que sont les bâtiments et autres maisons, ils vont tout exploiter jusqu'au dernier centimètre carré.

Entre un lobby de l'immobilier tétanisé par la spéculation juste bon à nous imposer des Plaza à la télé afin de continuer de faire monter les prix artificiellement, leur seule et unique stratégie à ces tout faibles d'esprit, repus à attendre que le fric tombe dans leurs paradis fiscaux toujours plus toujours plus vite et des GAFA qui avancent à vitesse grand v, se remettant chaque seconde en question, il va encore falloir que les politiciens agissent pour protéger les médiocres.
a écrit le 04/02/2020 à 12:54 :
Le titre original était "YouTube et le cloud, enfin des vaches à lait pour Google" et "vaches à lait" me semblait très approprié ... pour désigner les utilisateurs de cette entreprise !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :