Encore un départ chez Uber

 |   |  364  mots
J'ai passé 18 mois chez Uber, ce qui correspond à cinq années n'importe où ailleurs, explique Mark MacGann.
"J'ai passé 18 mois chez Uber, ce qui correspond à cinq années n'importe où ailleurs", explique Mark MacGann. (Crédits : © Sergio Perez / Reuters)
Après l'annonce en mars du départ du directeur financier Brent Callinicos, et celle de Niall Wass, le vice-président Europe-Asie-Afrique le mois dernier, c'est au tour du directeur des Affaires publiques pour l'Europe de l'Est et l'Afrique de quitter le géant américain valorisé près de 70 milliards de dollars depuis son dernier tour de table, selon le FT.

C'est le troisième gros départ cette année chez Uber. Selon le Financial Times (FT), Mark MacGann, le directeur des affaires publiques pour l'Europe et l'Afrique quittera fin janvier la plateforme qui met en relation passagers et chauffeurs dans plus de 300 villes et 60 pays, lancée par l'Américain Travis Kalanick il y a six ans.

Lire aussi: Google, Uber, qui est la poule, qui est l'œuf ?

Uber avait recruté ce lobbyiste de vingt ans d'expérience en septembre 2014 pour conduire la stratégie d'expansion du groupe en Europe, précise le quotidien britannique. Il quittera donc l'entreprise qui croît - elle est désormais valorisée près de 70 milliards de dollars depuis son dernier tour de table - et jongle avec les plaintes, au bout d'un peu moins d'un an et demi. Ce qui est déjà beaucoup, selon lui, comme il l'explique au FT:

 "J'ai passé 18 mois chez Uber, ce qui correspond à cinq années n'importe où ailleurs"

De nombreux revers en Europe

Cette annonce tombe à un moment délicat pour l'entreprise qui subit de nombreux revers en Union européenne. L'Estonie, qui est l'un des seuls pays à accueillir l'entreprise à bras ouverts, fait vraiment figure d'exception.

Car ailleurs, la tension est palpable. Notamment en Espagne, au Portugal, en Allemagne et en France, où Uber a suspendu son service de transport entre particuliers UberPop depuis le mois de juillet. Et surtout, les deux dirigeants Thibaud Simphal (pour la France) et Pierre-Dimitri Gore-Coty (pour l'Europe de l'Ouest) seront jugés en février 2016 pour "pratiques commerciales trompeuses" et "complicité d'exercice illégale de la profession de taxi".

D'autres départs

En attendant, ce n'est pas le premier de départ d'un "pilier" du groupe. En effet, Niall Wass, qui était vu comme le bras droit de Travis Kalanick pour l'Europe de l'Est, l'Afrique et l'Asie-Pacifique, précise le FT, avait déjà annoncé le mois dernier qu'il quitterait le navire à la fin de l'année.

Auparavant, en mars 2015, Travis Kalanick avait lui-même annoncé dans une note envoyée aux investisseurs la démission de son directeur financier Brent Callinicos, qui souhaitait passer plus de temps avec sa famille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :