Truth Social, l'outil de propagande de Donald Trump face aux graves accusations du FBI

Accusé d'avoir ramené dans sa villa floridienne des documents top secret, Donald Trump organise sa défense sur Truth Social, le réseau social créé par une de ses sociétés. En plus de profiter d'une absence de modération, il y retrouve ses plus fervents supporters, dont certains prêts à le défendre violemment.
François Manens
(Crédits : BRIAN SNYDER)

Ce week-end, Donald Trump a publié plus d'une douzaine de messages sur Truth Social, son propre réseau social, sur lequel il était resté étonnamment discret jusqu'ici. Et pour cause : l'ancien président recherche frénétiquement une ligne de défense contre une enquête menée par le FBI. Le 8 août, l'agence fédérale menait une perquisition à sa célèbre villa de Mar-a-Lago, en Floride. Un document de justice rendu public vendredi liste le matériel confisqué, dont 11 séries de documents classifiés, pour certains estampillés top secret et censés être conservés dans des infrastructures dédiées. L'un d'entre eux était d'ailleurs relatif à la présidence française.

Donald Trump aurait ramené ces documents chez lui à son départ de la Maison Blanche et ainsi violé trois lois, dont l'Espionage Act. Il risque plusieurs années de prison ferme.

Trump organise sa défense sans modération

Suite à la perquisition, Trump a organisé sa défense... de façon très confuse, comme le détaille Business Insider. Dans un premier temps, il a suggéré sans aucune preuve que le FBI aurait pu déposer lui-même les documents afin de le piéger. Puis il a accusé son prédécesseur, Barack Obama, d'avoir aussi ramené des documents classifiés chez lui, toujours sans preuve, arguant que "tout le monde ramène du travail à la maison de temps en temps." Avant de finalement exiger que le FBI lui ramène les documents saisis, alors qu'il affirmait que ce même FBI les avait placés chez lui....

En plus de ses propres messages, l'ancien président relaie également des "Truth" de ses plus fervents supporters, parfois violents envers le FBI. Ces derniers font notamment référence à QAnon, une mouvance conspirationniste d'extrême droit très influente, au point d'être représentée au parlement américain par la voix de la députée Républicaine Marjorie Taylor Greene, entre autres.

D'après le Washington Post, Trump verrait dans la perquisition un point de ralliement pour les Républicains, mais les figures du parti sont pour l'instant silencieux sur le sujet. En revanche, ses plus fervents supporters boivent ses paroles, et certains réagissent violemment. Symbole de cette mouvance, lundi, après la perquisition, un homme du nom de Ricky Shiffer a appelé à tirer à vue sur les agents fédéraux dans un message publié sur Truth Social -depuis supprimé par le réseau, comme le rapporte 20 Minutes. Il a ensuite tenté de s'introduire sans succès dans le bureau du FBI à Cincinnati. Confronté par les forces de l'ordre jeudi après avoir revendiqué son attaque, il a finalement été tué à la suite d'une course poursuite et d'échanges de tirs.

Cet épisode rappelle forcément l'invasion du Capitole par les soutiens de Trump, le 6 janvier 2021. Le discours de l'ancien président, publié désormais sans filtre sur Truth Social et amplifié par tout un réseau de l'ultra droite américaine, a encore le pouvoir de mobiliser des individus violents.

Truth Social enfin utilisé ?

Cette soudaine mobilisation de Truth Social par Donald Trump arrive après des mois d'utilisation erratique. Absent du haut des classements de téléchargement de l'App Store pendant des mois, Truth Social n'y avait fait qu'un bref passage en avril, lorsque Elon Musk a présenté son offre d'achat pour Twitter. Le milliardaire avait précisé qu'il était ouvert au retour de l'ancien président sur le réseau social, mais cette offre a rapidement été déclinée par le principal concerné, ajoutant qu'il trouvait le réseau "ennuyeux". Pourtant, Trump s'était servi de son compte Twitter à plus de 88 millions d'abonnés comme principal outil de communication tout au long de son mandat et auparavant, n'hésitant pas à publier plus d'une dizaine de messages par jour.

Mais lorsqu'il a été exclu de la plateforme (et de Facebook) après plusieurs mises en garde pour ses propos sur l'invasion du Capitole, il avait annoncé qu'il ne s'exprimerait plus que sur Truth Social, son propre réseau, boudant même les autres réseaux peuplé de ses supporters comme Parler et Gettr. D'où le regain d'intérêt pour l'app fin avril. Malgré cette position publique, l'ex-président est longtemps resté muet sur le réseau avec un seul message entre son lancement fin février et la fin avril.

Cette absence, mêlé de nombreux bugs et une étrange stratégie d'admission a mené à un démarrage poussif. Plus globalement, Truth Social est pour l'instant condamné à rester confidentiel. Accessible uniquement aux Etats-Unis, l'application n'est disponible que sur l'App Store, c'est-à-dire sur iPhone, Mac et iPad. Autrement dit, seuls 47% des propriétaires d'iPhone américains ont accès au réseau. Résultat, Truth Social n'aurait qu'un peu moins de deux millions d'utilisateurs, mais il semblerait que tous y partagent les mêmes idées de l'extrême droite américaine, sans aucune véritable modération.

François Manens

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 17/08/2022 à 8:41
Signaler
Pendant ce temps : L'élue américaine Liz Cheney, porte-voix des républicains anti-Trump, a essuyé ce mardi une cuisante défaite lors de sa primaire dans le Wyoming, dans le centre-ouest du pays, cimentant l'influence de l'ancien président sur son ...

le 18/08/2022 à 0:22
Signaler
Pas de souci pour Liz Cheney, ses amis démocrates lui trouveront bien un emploi fictif à occuper dans la silicon valley comme pour son bienfaiteur Colin Powell au board de Salesforce...

à écrit le 16/08/2022 à 17:27
Signaler
"Parler", un réseau social qui a un nom français peut il être foncièrement mauvais ? Mais bon s'en prendre aux paroles de Trump c'est forcément faire fausse route.

à écrit le 16/08/2022 à 15:39
Signaler
Bonjour, oui nous les Gueux nous devons verser une larme pour les milliardaires comme Mr Trump... Par compte , j'espère que la justice sera équitable , juste et impartial....

à écrit le 16/08/2022 à 15:08
Signaler
Trump à 76 ans, il est à une encablure de Biden, pas loin du champ de "fraises" lui aussi. Il m'étonnerait que les Républicains le soutiennent...sauf s'ils veulent perdre une nouvelle fois. La place de Trump est en prison et la confiscation de tous ...

le 19/08/2022 à 19:44
Signaler
Ils le soutiennent comme la corde soutient le pendu, Trump peut faire beaucoup de mal à qui veut le contrer, c'est une idole mais dangereuse. S'il devient sûr qu'il les fera perdre peut-être s'en sépareront-ils ("cause toujours ! Tu ne nous intéresse...

à écrit le 15/08/2022 à 23:59
Signaler
Sur son réseau social il est indiqué qu'il a 3,8 millions d'abonnés. Il y a donc probablement plus que 2 millions d'utilisateurs. Mais il est vrai que les chiffres sont parfois trompeurs... surtout de la part d'un tel individu.

à écrit le 15/08/2022 à 22:48
Signaler
Qui peut croire qu'aucun Président français, à sa cessation de fonctions, ne garde pas des documents confidentiels ? Arrêtons cette pudibonderie enfantine...

le 16/08/2022 à 10:35
Signaler
d' abord vos affirmations ou sous-entendus selon lequels les présidents conserveraient -et non ramèneraient des docs à la maison- sont à prouver....ce que vous ne faites pas et on n ' est pas en France mais aux usa....mais on aura compris votre lien ...

à écrit le 15/08/2022 à 20:50
Signaler
C'est affreux qu'il puisse encore s'exprimer après avoir été interdit sur Twitter.

à écrit le 15/08/2022 à 19:39
Signaler
Il a un dossier sur un président français ? Sûrement une histoire de sexe ou de détournement !

le 16/08/2022 à 0:01
Signaler
Réunion au G7.. Merkel discute avec Obama et arrive Sarko. Merkel demande à Obama d'expliquer le plan. Obama: " on va bombarder la Palestine, on prévoit 1 million de morts et 1 dentiste ". Sarko: " 1 dentiste ? Pourquoi 1 dentiste ? ". Merkel a Obama...

à écrit le 15/08/2022 à 19:37
Signaler
Manifestement le coup d'état de Biden a du plomb dans l'aile au point d'instrumentaliser le FBI pour tenter misérablement d'écarter Trump de la prochaine élection présidentielle américaine... J'observe que depuis l'accès de Biden à Washington, l...

à écrit le 15/08/2022 à 19:09
Signaler
C'est terrible! Les médias pourraient ne pas en parler mais, comme les commères, elles ne peuvent pas résister!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.