Logement : la politique de l’offre version Duflot

 |   |  704  mots
Dans le domaine du logement, au cours des dix dernières années, la droite française a privilégié une politique de la demande, a assuré Cécile Duflot ce mardi.
"Dans le domaine du logement, au cours des dix dernières années, la droite française a privilégié une politique de la demande", a assuré Cécile Duflot ce mardi. (Crédits : Reuters)
La ministre du Logement a présenté sa propre conception d'une politique d’offre pour le logement, tout en fustigeant les politiques de droite qui ont soutenu par le passé la demande.

La conférence de presse du 14 janvier du président de la république François Hollande -où il a déclaré que "l'offre crée la demande"- a semble-t-il fait des émules au sein du gouvernement. Ainsi lors de ses vœux à la presse ce mardi, la ministre du Logement Cécile Duflot a en quelque sorte rebondi sur les propos du chef de l'État. "Il est de bon ton en cette période de faire l'éloge de la politique de l'offre", s'est-elle amusée en introduction, avant de faire de sa politique d'offre de logements le fil rouge de son discours.

Si elle a tout de même averti contre le risque de "s'embarquer dans un tango de l'irresponsabilité où à chaque concession du gouvernement répondrait une demande supplémentaire des organisations patronales", elle a fuit le débat ambiant sur le tournant social-démocrate opéré la semaine par le chef de l'État. Elle s'est contenté d'indiquer que la question était davantage pour elle "d'inventer la sociale-écologie capable de répondre aux enjeux et aux maux du 21e siècle".

Les conservateurs britanniques comme la droite française ?

Dans le domaine du logement, les résultats mitigés du soutien généreux à la demande ces dernières années ont, il faut dire, ouvert la voie à une politique davantage orientée vers l'offre. "Si l'on prend pour exemple le domaine du logement, au cours des dix dernières années, la droite française a privilégié une politique de la demande. Et les conservateurs britanniques la conduisent aujourd'hui", a ainsi indiqué la ministre.

"En matière de logement, une politique de la demande consiste à encourager à tout prix l'accession à la propriété en multipliant les crédits immobiliers, sans tenir compte ni des besoins sociaux, ni de l'aménagement du territoire. On connaît désormais les sinistres conséquences de cette politique : les subprimes ont vu le jour aux États-Unis ; en Espagne, la banqueroute généralisée a saisi le pays ; en France, c'est l'explosion des prix de l'immobilier, que l'on retrouve aussi au Royaume-Uni, et bien plus encore à Londres, victime d'une énième bulle depuis quelques mois", a déclaré Cécile Duflot.

Mettre fin à l'inflation galopante

Sa propre politique de l'offre, Cécile Duflot la définit tout d'abord par la nécessité de mettre "fin à l'inflation galopante des prix du logement". C'est pour cela qu'elle a souhaité "encadrer les loyers".

"Les prix de l'immobilier viennent pénaliser les revenus des ménages, font augmenter lourdement le coût de la vie et menacent la compétitivité internationale de notre pays. Pourquoi les entreprises voudraient-elles s'installer en France, lorsque le coût d'installation est lourdement grevé par les prix au mètre carré, que ce soit pour installer des bureaux ou loger des salariés ? "

Relancer l'emploi dans le bâtiment

Elle met également en avant le soutien du gouvernement à l'emploi dans le bâtiment, un secteur en crise qui emploie 1,2 millions de personnes. Ce, par la réforme de la "directive détachement" qui vise à éviter la sous-traitance et le recours à des statuts détournés.

Le choc de simplification annoncé par le Chef de l'État doit également permettre au secteur de la construction de se relancer. Même si concernant la limitation de l'empilement des normes ou l'accès rapide au foncier, tout reste à faire. L'objectif fixé par le chef de l'État est de faire baisser de 10% les coûts de construction des logements collectifs.

Transition écologique et interventionnisme de l'État

Sans surprise, Cécile Duflot a également fait référence à la transition écologique qui doit, selon elle, s'intégrer pleinement dans un parc de logements qui permette à "chacun de se loger, tout en préservant les terres agricoles, et en luttant lutte contre le dérèglement climatique".

Enfin la ministre n'en n'oublie pas le rôle déterminant de l'État dans la relance du secteur de la construction. "Aucune politique de l'offre n'est possible sans un investissement public clair dans l'économie", explique-t-elle. "L'État se doit d'être régulateur, stratège (...) cela signifie, aujourd'hui comme demain, des moyens publics significatifs".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2014 à 14:26 :
Madame Duflot ne connait rien à son dossier;le logement répond à une seule logique, la demande; hors il manque 1 million de logements. L'offre ne crée pas la demande, puisque la demande est antérieure à l'offre. Le problème est plus local et non macro. Mais Duflot, qu'il faut maintenir, peut être est elle la maîtresse du président, débite ses âneries et cela ne gêne personne.
a écrit le 29/01/2014 à 14:26 :
Madame Duflot ne connait rien à son dossier;le logement répond à une seule logique, la demande; hors il manque 1 million de logements. L'offre ne crée pas la demande, puisque la demande est antérieure à l'offre. Le problème est plus local et non macro. Mais Duflot, qu'il faut maintenir, peut être est elle la maîtresse du président, débite ses âneries et cela ne gêne personne.
a écrit le 22/01/2014 à 22:13 :
Avec Duflot, c'est autoriser la construction de logement dans des communes où le nombre de vacance augmente, comme à Besançon. Incapable de maîtriser les lobby.
Il faut voir aussi ces mesures contre les syndics : Foncia and Co.
Du vent, de l'inutile, du couteux
a écrit le 22/01/2014 à 19:58 :
cette dame oublie une chose , c'est que l'on nous a pousse a investir dans l'immobilier pour la retraite car dans le prive celle ci n'est pas calculee sur les 6 derniers mois et qu'aujourd,hui il faudrait supporter une crise ses subprimes de l'immobilier pour resoudre la crise du logement sachant que pour beaucoup de Français le logement aujourd,hui ne doit pas grever le budget du menage dont la part loisir est beaucoup plus importante.q'autrefois.
n'importe quoi.
a écrit le 22/01/2014 à 14:22 :
L'immobilier c'est au mieux du 1 à 2% de gains et encore avec pleins d'ennuies. Beaucoup de locataires râlent mais leur loyer est un Pack de taxes.
Réponse de le 22/01/2014 à 14:32 :
On en revient toujours à la meme cause : le prix à l'achat est trop élevé.
Réponse de le 23/01/2014 à 7:56 :
"Beaucoup de locataires râlent mais leur loyer est un Pack de taxes. " : Sans taxe, les loyers seraient peut-être plus faible? Ce n'est pas rentable : Investissez ailleurs et cessez de vous plaindre! Vu le pack "APL" dans les rentes immobilières, le pack "PTZ-Scellier-Robien-..." dans les prix de vente, il faudrait des taxes plus violentes.
Réponse de le 23/01/2014 à 10:08 :
L'immobilier est un placement transitoire ou d'attente vers d'autres solutions, personne n'en veux plus à long terme.
a écrit le 22/01/2014 à 10:50 :
"la politique de la demande a été menée par la droite et a echoué" !
C'est une femme de gauche qui dit cela ? Waouh, la gauche a vraiment changé !
Néanmoins le parrallele avec les USA, l'Espagne et les sub-primes me parait un peu bancal: j'ai l'impression que c'est un excès d'offre qui est à l'origine de ces crise là.
M'enfin, elle est encore novice dans l'appréhension de l'économie de marché.
a écrit le 22/01/2014 à 10:38 :
Rien de nouveau. Elle semble surfer sur la vague
a écrit le 22/01/2014 à 9:39 :
Pour rester le plus longtemps possible à son poste.
a écrit le 22/01/2014 à 9:05 :
elle sera juge ' a ses resultats' ( et ses resultats, c'est 280.000 logements en 2014 dont 150 000 hlm)
Réponse de le 23/01/2014 à 16:20 :
churchill

félicitations pour vos dons de voyance extra-lucide.J'espère que tous ces logements seront construits près de chez vous pour que vous puissiez de jouir de la tranquillité la plus absolue.
a écrit le 22/01/2014 à 8:13 :
l'égalité Homme Femme : c'est quand vous verrez une femme incompétente à un poste à responsabilité.
ALLELUIA! C'est fait:-)
Réponse de le 22/01/2014 à 10:56 :
Lol, mdr.
a écrit le 22/01/2014 à 7:06 :
Politique de l'offre... Hum...
Justement l'offre de logements neufs est au plus bas en 2013. Tiens pourquoi?
Pour qu'il y ait une offre, il faudrait que ceux qui en ont les ressources aient envie d'investir dans ce domaine...
Réponse de le 22/01/2014 à 8:48 :
Il ne faut pas comprendre cette expression comme l' entendait un commentateur celebre de JB Say.
Ce qu' il croyait, c' était que la production de quelque chose de nouveau ouvrait instantanément une possibilité d' échange avec un produit déjà existant, c' est à dire ouvrait instantanément un nouveau débouché à l existant et au nouveau : le nouveau créé ainsi son propre debouché.
Mais il s' est trompé en croyant que la monnaie avait une valeur absolue.
Il n' a pas vu que la monnaie pouvait être une marchandise invisible dont le prix (taux d' interet) est le symptôme visible.
Évidemment cela fout en l' air tout le reste de sa théorie ...
Il y a de l' ironie dans l' air on dirait
Réponse de le 22/01/2014 à 10:55 :
Au plus bas, certainement pas. Les stocks de neuf remontent très fort.
a écrit le 22/01/2014 à 6:57 :
Il faut déplacer les emplois en province où les logements sont moins chers. Les prix à Paris baisseront car il y aura moins de demandes.Il faut donc déplacer le ministère du logement à Bergerac.
a écrit le 21/01/2014 à 22:41 :
Tous ça c est du baratin de politicien La loi duflot va encourager a contruire ou il n y a aucun besoin Par. Exemple a bordeaux le neuf vaut 4600 le m2 avec la limitation de loyer vous ne récupèrerez jamais votre investissement Par contre a Besançon ou bergerac ça pourrait être rentable si il y avait les locataires
Réponse de le 22/01/2014 à 3:43 :
Pour quoi le loyer doit permettre la recuperation de l'investissement? Investissez ailleurs si cela n'est plus rentable.
Réponse de le 22/01/2014 à 9:01 :
Exactement: le couteau n'a pas été mis sous la gorge des investisseurs, et l'immobilier connaît des cycles de hausse et aussi de baisse, faut-il le rappeler encore pour les benêts?
a écrit le 21/01/2014 à 21:41 :
Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez ! Décentralisez !
Ah mais ils portent des boules quies ou ils font semblant ?
Réponse de le 21/01/2014 à 22:05 :
Ça sera pire si vous décentralise les petits barons locaux vont faire que des conneries. Regarder le reportage passe. Hier sur France 3 le scandale de l immobilier et vous comprendrez peut être le problème
Réponse de le 22/01/2014 à 8:56 :
Le manque de logement existent aussi à la campagne là où il y a de l'emploi. Des maisons y restent vide pendant des années pendant qu'on nous explique que la fiscalité est trop forte. Les terrains sont libérés au compte goute dès lors que les habitants ne craignent pas la fermeture des écoles faute de jeunes : Ils préfèrent évidement la rareté de leurs biens immobiliers sinon.
a écrit le 21/01/2014 à 21:33 :
Il est grand temps de s'attaquer à ce problème. La droite a préféré faire construire des bureaux ( vides actuellement) et encourager la hausse des prix de l'immobilier et la spéculation. Il en résulte une paupérisation de masse en France. L'excellent reportage de France 3 hier était tout simplement ahurissant, voire ubuesque.
Les prix des logements sont trois fois moins chers en Allemagne qu'en France.
Réponse de le 21/01/2014 à 22:02 :
Sur France 3 on a vu le scandale de l immobilier c est a vomir !!! Triste. Pays manipulé par les médiats et les énarques
Réponse de le 22/01/2014 à 8:58 :
Il ne faut pas oublier que les gens l'ont cherché en 2007 , rappelez-vous des résultats de la présidentielle, braves gens, et recommencez-donc en 2017.
a écrit le 21/01/2014 à 20:42 :
Eh be on est pas sorti de la galere avec ce niveau de reflexion.
a écrit le 21/01/2014 à 20:00 :
Malheureusement, je ne pense pas qu'elle soit de taille face à ce ministère, rien de concret, que des mots qui vont forcément amener des maux, il faut arrêter l'urbanisation et créer des mégapoles ou il fait pas bon de vivre, et là pas un mot, rien de concret.
a écrit le 21/01/2014 à 19:37 :
vous l avez pas vu hier soir sur France 3 ??? le scandale de l immobiler !!
rigolez pas trop des espagnoles on est pas tellement mieux
a écrit le 21/01/2014 à 19:25 :
Selon le dogme en vigueur chez les ignorants, la politique de la demande est une politique de droite et la politique de l'offre est une politique de gôche, oui monsieur ! Une ânesse en chef vient confirmer ce lieu commun par des propos officiels ! Le marché du logement est sauvé !
a écrit le 21/01/2014 à 18:51 :
cette dame ne sait rien, comme les autres ...nous essayons de vendre un terrain a batir (d'abord les plus values ont impacté le choix) ouf le conseil constitutionnel a annulé nous avons donc trainé pendant deux ans, dans une commune qui va etre sanctionné parce qu'elle n'a pas de logements sociaux (c en'est pas Neuilly) ensuite le maire voulait construire depuis 7 ans une maison de retraite sur ce terrain... rien de fait bien sur, ensuite, il avait a la sauvage fait passer une grosse canalisation sans le mentionner au cadastre, ensuite les écolos en peau de lapin trouvaient que des lots de 600/700 c'étiat du gaspillage;.. on nous a démandé de prévoir des retenues d'eau...une piste cyclable;.. on a signé il y a 18 mois ? études sur huit trimestres du climat de l'eau.... et maintenant il faut faire des fouilles archéologiques dans des champs cultivé depuis 150 ans par la famille ....bon on a été payé....a moitié;... voila la vérité madame la non sachante
Réponse de le 21/01/2014 à 19:23 :
C'est pas pour dire, mais la prochaine fois, vous investirez dans quelques choses d'utile pour l'économie et non en pure spéculation... Vous trouvez normal que vos gains en la matière soit moins taxés que les bénéfices des entreprises? Vous allez jouer les étonnés quand l'investissement ne part pas dans ces entreprises?
Réponse de le 21/01/2014 à 20:51 :
Bien sûr le logement c'est de la "spéculation" ! Donc investissez ailleurs ...
D'ailleurs se loger c'est "inutile pour l'économie"
Mère Denis a dit : "C'est ben vrai ça !"
Réponse de le 21/01/2014 à 21:39 :
Il ne s'agit pas ici de spéculation sur le logement (détestable), mais de spéculation sur les terrains à bâtir (encore plus détestable). Comment faire une plus-value de dizaines voire centaines de milliers d'euros moins taxée que le travail ou la production en faisant de la rétention de biens d'utilité commune.
Réponse de le 22/01/2014 à 8:47 :
Le plus détestable réside dans le fait qu'ils se plaignent que la fiscalité ne les incitent pas à faire de la rétention de terrain quand c'est hélas le cas... Ils prétendraient presque utiles! Pipiou : Qu'ils spéculent sur l'évolution de startup, là ils seront utiles!
a écrit le 21/01/2014 à 18:45 :
On a vu le résultat de sa politique: c'est un désastre économique!
Réponse de le 21/01/2014 à 21:40 :
Bah depuis qu'elle est là les prix à l'achat baissent et les loyers continuent de stagner, c'est un bon début.
Réponse de le 23/01/2014 à 11:21 :
l immobilier va baisser pour s adapter a la situation econnomique.
ps; moi j ai vendue et je file au Portugal......plus d impots pendant 10 ans,mais;;;je reviendrai.
Réponse de le 23/01/2014 à 15:46 :
L'utilisation erratique de la ponctuation devrait être taxée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :