La Tribune

Bank of America suspend toutes les transactions destinées à Wikileaks

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  232  mots
Julian Assange, fondateur du site Internet, évoque "une nouvelle forme de maccarthysme financier aux Etats-Unis".

Bank of America ferme à son tour le robinet. La banque américaine a annoncé samedi qu'elle suspendait toutes les transactions destinées à Wikileaks, le site internet de publication de documents secrets fondé par Julian Assange. MasterCard, PayPal et Visa Europe avaient pris des décisions similaires ces dernières semaines. « Cette décision se fonde sur le fait que nous avons des raisons de penser que WikiLeaks pourrait être engagé dans des activités qui sont, entre autres, contraires à notre politique interne de paiements », a indiqué à l'AFP un porte-parole de Bank of America, Scott Silveri. Rapidement, Julian Assange a répliqué, évoquant « une nouvelle forme de maccarthysme financier aux Etats-Unis ».

Révélation le mois prochain

Le mois dernier, M. Assange avait promis des informations de nature à faire tomber « une banque ou deux » avec la publication de documents compromettants pour la direction d'une « grande banque américaine ». Le site d'information Huffington Post avait alors révélé un entretien dans lequel le fondateur de Wikileaks affirmait détenir « 5 gigaoctets de données provenant de Bank of America, du disque dur d'un de ses dirigeants ». Le 17 décembre, en Grande-Bretagne, au lendemain de sa libération, il avait réitéré dans une interview accordée à la chaîne américaine CNBC son intention de publier des documents confidentiels sur des institutions financières. Ces révélations sont attendues le mois prochain.

Réagir

Commentaires

Justice ?  a écrit le 20/12/2010 à 15:01 :

Il me semble que ce que fait Bank of America est illégal : ils n'ont aucune raison de refuser leurs services à ce client, et ils doivent respecter la présomption d'innocence. C'est à la justice de décider si Wikileaks est coupable de quelque chose, Bank of Amiraca n'a pas à intervenir, sinon il s'agit de "déni de service", ce qui est un délit.

brossard  a écrit le 20/12/2010 à 13:56 :

mon grand-pére affirmait qui créé le vent récolte la tempète, Mr Aussange n'est ni ausage ni aux anges.

COco  a écrit le 20/12/2010 à 9:22 :

La dictature des banques se confirme. Ce n'est pas à elles de décider de ce qui est légal ou non.

Plus rien  a répondu le 20/12/2010 à 12:44:

Elles ont simplement plus de pouvoir que les états.

Minable  a écrit le 19/12/2010 à 21:31 :

Bank of America se sent visé parles documents de wikileaks, donc se venge par avance... Qu'il est beau le monde de la finance !

justine  a répondu le 20/12/2010 à 14:12:

je suis d'accord avec vous, j'espère seulement que ce document sortira.Obama fait tout pour que cela ne soit pas dévoilé,Et nos dirigeants le suivent comme des moutons. C'est depuis plus de 15 ans que les banques ont pris les rennes du pouvoir, nous ne sommes plus que des larbins.