Airbus : enquête en France sur des soupçons de corruption au Royaume-Uni

 |   |  392  mots
L'enquête  porte sur des allégations de fraude, de pots-de-vin et de corruption dans le secteur de l'aviation civile d'Airbus Group liées à des irrégularités concernant des consultants tiers.
L'enquête porte sur des allégations de fraude, de pots-de-vin et de corruption dans le secteur de l'aviation civile d'Airbus Group liées à des irrégularités concernant des consultants tiers. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Ouverte par le Parquet nationale financier, l'enquête porte sur des soupçons d'irrégularités concernant le recours à des consultants pour la vente à l'export d'avions civils. Elle est en lien avec celle ouverte l'été dernier par l'office britannique chargé de la lutte contre les délits et crimes économiques

L'enquête sur des soupçons de corruption dont fait l'objet Airbus depuis l'été dernier au Royaume-Uni se poursuit désormais en France. Le consortium européen a annoncé jeudi, soir dans un communiqué, être visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier (PNF) en France en lien avec l'enquête ouverte l'an dernier par le Serious Fraud Office (SFO) outre-Manche.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense fait savoir  qu'il coopérera "pleinement" avec les deux autorités dans le cadre de ces enquêtes. Il avait obligation de faire une communication en raison d'impacts possibles sur les marchés financiers, selon une source judiciaire de Reuters. À l'ouverte de la Bourse de Paris vendredi matin, Airbus s'affichait en recul de 1,7% suite à cette annonce.

Le SFO, chargé au Royaume-Uni de la lutte contre les délits et crimes économiques, a ouvert à l'été 2016 une enquête sur des soupçons d'irrégularités concernant le recours à des consultants pour la vente à l'export d'avions civils. Elle porte sur des allégations de fraude, de pots-de-vin et de corruption dans le secteur de l'aviation civile d'Airbus Group liées à des irrégularités concernant des consultants tiers. Cette annonce était intervenue quatre mois après que l'agence britannique de crédits à l'exportation avait suspendu les crédits accordés à Airbus, suivie dans un second temps par la France et l'Allemagne

Un précédent en Autriche

Le 16 février dernier, le ministère de la Défense autrichien a annoncé sa volonté de poursuivre Airbus pour une affaire de fraude et de corruption dans le cadre d'une vente controversée d'avions de combat Eurofighter au pays.

L'affaire porte sur la livraison en 2003 de 15 appareils Eurofighter pour un montant de 1,7 milliard d'euros. Le ministère de la Défense autrichien soupçonne Airbus d'avoir gonflé artificiellement les prix.

Airbus qui assurait n'avoir "aucun détail" sur la plainte, avait affirmé alors avoir "contribué ces dernières années au travail des autorités, par exemple à travers [ses] propres enquêtes". Le constructeur européen avait indiqué fin janvier avoir accepté une procédure de rectification fiscale en Allemagne concernant cette vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche, alors que cette transaction fait l'objet depuis des années de soupçons d'éventuels pots-de-vin.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2017 à 15:19 :
Ce ne sont pas des pots-de-vin mais des honoraires pour services rendus....avec conventions, comptes rendus et factures.....ce que les magistrats sont soupçonneux.. ..
a écrit le 17/03/2017 à 13:07 :
Encore les juges ...! Vivement un nouveau régime car il n'y a rien de pire que la gouvernance des juges .
a écrit le 17/03/2017 à 10:11 :
C'est une bonne nouvelle que les autorités françaises et anglaises coopèrent, c'est très rare en ce qui concerne une multinationale, bravo à elles et espérons que l'enquête aboutira vers ce qu'il se doit.
a écrit le 17/03/2017 à 9:50 :
Enquête sur des pots de vin du fait de commissions d'intermédiation anormalement élevées. Qui sont les bénéficiaires apparents ou les prête-noms? Cela leur ferait-il de la publicité commerciale?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :