Le TGV dessert trop de gares  : « On ne dessert pas Brive en A380 » (Elisabeth Borne)

 |   |  404  mots
La tâche de Jean-Cyril Spinetta, missionné le 19 septembre dernier par le gouvernement pour refonder le modèle ferroviaire tricolore est tout sauf simple : l'ancien PDG d'Air France-KLM doit fournir au gouvernement les éléments d'une refondation de notre modèle ferroviaire en se dotant d'une stratégie d'ensemble, a indiqué ce lundi la ministre des Transports Elisabeth Borne.
La tâche de Jean-Cyril Spinetta, missionné le 19 septembre dernier par le gouvernement pour refonder le modèle ferroviaire tricolore est tout sauf simple : l'ancien PDG d'Air France-KLM doit fournir au gouvernement "les éléments d'une refondation de notre modèle ferroviaire en se dotant d'une stratégie d'ensemble", a indiqué ce lundi la ministre des Transports Elisabeth Borne. (Crédits : Reuters)
En publiant la lettre de mission de l'ancien PDG d'Air France-KLM pour refonder le modèle ferroviaire français, Elisabeth Borne, la ministre des transports, a indiqué l'impact sur la rentabilité du TGV de la desserte par de nombreuses villes.

Deux TGV sur 3 déficitaires, un trafic fret qui s'est effondré d'un tiers en 15 ans et une dette qui se gonfle de 3 milliard d'euros par an pour atteindre 45 milliards d'euros : ces quelques chiffres traduisent l'état catastrophiques du système ferroviaire français et l'ampleur de la tâche de l'ancien PDG d'Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, missionné le 19 septembre dernier par le gouvernement pour refonder le modèle ferroviaire tricolore. Sa lettre de mission a été publiée ce lundi. Elle est tout sauf simple. Jean-Cyril Spinetta doit fournir au gouvernement "les éléments d'une refondation de notre modèle ferroviaire en se dotant d'une stratégie d'ensemble", a indiqué ce lundi la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Stratégie à l'horizon 2030

Les travaux de Jean-Cyril Spinetta, alimenteront un projet de loi d'orientation des mobilités censé être déposé au premier semestre 2018. Il devra rendre sa copie en janvier et élaborer un calendrier de réforme.

Il s'agira d'abord de "préciser la stratégie de desserte par le transport ferroviaire à horizon 2030", notamment d'identifier "les segments sur lesquels les efforts doivent être renforcés afin de mieux répondre aux attentes" ainsi que "le modèle de desserte à privilégier" pour les trains à grande vitesse.

A ce titre, Elisabeth Borne a souligné que le fait d'utiliser des TGV pour desservir de nombreuses gares en dehors des métropoles, un sujet de débat de longue date impliquant SNCF, élus locaux et usagers, pesait sur la rentabilité.

"On a un sujet dont il faut être conscient, c'est que les dessertes fines du TGV ont un effet non négligeable sur le modèle économique du TGV", a dit la ministre. "Si on prend un parallèle avec l'aérien, on ne dessert pas Brive en (Airbus) A380", a-t-elle ajouté.

Côté équilibres économiques, Jean-Cyril Spinetta devra définir "les actions à mettre en oeuvre pour assurer une remise à plat, coordonnée, du modèle économique de la gestion du réseau, aujourd'hui structurellement déficitaire", qu'il s'agisse du transport de voyageurs ou du fret.

Il sera aussi chargé de formuler "des propositions sur les modalités de la prise en charge et de remboursement de la dette de SNCF Réseau" et de préparer l'ouverture graduelle à la concurrence. Jean-Cyril Spinetta a souligné lundi qu'il allait consulter toutes les parties prenantes, des opérateurs aux syndicats en passant par les voyageurs et l'autorité de régulation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/10/2017 à 11:53 :
tant qu'il sera obligatoire de louer à l'avance et par internet je ne prendrai jamais le train, TGV ou omnibus. D'ailleurs un Paris (banlieue-sud)-Carry le rouet (à coté de Marseille) me prend largement plus de temps qu'en voiture et est d'un coût prohibitif et pénible, surtout quand on voyage à deux ou trois avec bagages et clébards (quand on en a)
a écrit le 18/10/2017 à 22:08 :
Pour argumenter une réponse sur le prix des billets, j'ai cherché un Aller -Paris Bordeaux sur voyages sncf: le site ne connait pas ces villes . En étant plus précis, j'ai rajouté paris -montparnasse et cela ne suffit pas non plus car je n'ai pas mis de majuscules!!!! J'ai demandé un billet pour le 23 octobre 2017 et l'on me répond que la réservation est trop en avance: je rêve.....J'ai perdu 10 minutes et aucun résultat.
a écrit le 18/10/2017 à 22:02 :
Pour argumenter une réponse sur le prix des billets, j'ai cherché un Aller -Paris Bordeaux sur voyages sncf: le site ne connait pas ces villes . En étant plus précis, j'ai rajouté paris -montparnasse et cela ne suffit pas non plus car je n'ai pas mis de majuscules!!!! J'ai demandé un billet pour le 23 octobre 2017 et l'on me répond que la réservation est trop en avance: je rêve.....J'ai perdu 10 minutes et aucun résultat.
a écrit le 18/10/2017 à 20:36 :
Qu'il commence la "dronisation" des trains à débuter par le RER (lol!) , les mécanos à la maintenance les mains dans le cambouis, et on pourra faire plein de choses, des trains bien plus petits et plus nombreux, à l'heure de jour comme de nuit.
a écrit le 17/10/2017 à 22:44 :
"On ne dessert pas Brive en A380". Ni en TGV non plus d'ailleurs. La ligne Paris-Limoges-Toulouse étant desservie par des trains d'un autre temps.
Réponse de le 18/10/2017 à 22:12 :
L'essentiel de la ligne supporte (supportait?)des vitesses de 220 km/h. il suffirait de mettre au niveau les installations ce qui éviterait l'éventuelle liaison (débile) de TGV via Poitiers qui serait à voie unique.
Réponse de le 24/10/2017 à 18:31 :
On a pourtant eut Chirac et Hollande qui auraient pu donner un coup de pouce a leur rfégion !
a écrit le 17/10/2017 à 18:22 :
La tarification totalement ubuesque d'un voyage en TGV ne donne pas envie de le fréquenter, si ce n'est l'obtention d'une migraine
a écrit le 17/10/2017 à 15:51 :
"une dette qui se gonfle de 3 milliard d'euros par an pour atteindre 45 milliards d'euros"

Le "nouveau monde" n'apprécie pas vraiment les leçons de morale. Depuis les révélations de Marianne le 6 octobre dernier, Florence Parly doit répondre d'un salaire particulièrement ronflant lorsqu'elle était employée de la SNCF, interrogeant sur les pratiques salariales de l'entreprise : lors des six premiers mois de 2017, l'actuelle ministre des armées, alors directrice générale d'une branche de la SNCF, a perçu un salaire s'élevant à 52.569 euros net mensuels.
Réponse de le 24/10/2017 à 18:34 :
la propension a se sucrer est une caracteristique qu'on retrouve chez la plupart des élus : dans l'intérèt supérieur de nation ça va de soi !
a écrit le 17/10/2017 à 14:53 :
le pdg Pepy de la sncf à toujours eu une gestion calamiteuse depuis toujours, les cheminots avec leur 6 heures de travail par jour sont champion mondial de la plus faible productivité de leur secteur mais aussi recordman et champion mondial des grèves à répétition et cela depuis plus de 40 ans tout les usagers contribuables connaissent la situation depuis X années ce rapport prête à rire.....
Réponse de le 17/10/2017 à 16:04 :
C’est l’ensemble du système SNCF qui est anachronique : monopole du transport ferroviaire, un seul actionnaire, l’Etat et et une diversité de syndicats qui se nourrissent sur la bête sans se soucier réellement de rentabilité puisque c’est le contribuable qui renfloue et qui renflouera....
a écrit le 17/10/2017 à 14:40 :
A quand la ligne LGV Poitiers Limoges avec polongation vers Brive.
Réponse de le 18/10/2017 à 22:21 :
Ce serait une absurdité de plus et cela pénaliserait encore plus les usagers de Limoges et au delà car ils paieraient leur billet depuis Paris via Poitiers. Cela finirait par détruire le tissu industriel entre Orléans et Limoges, car ce tronçon de la ligne serait encore plus abandonnée. La ligne actuelle est une ligne classique qui supporte une vitesse de 220 km/h sur une grande partie.
a écrit le 17/10/2017 à 14:20 :
quelle comparaison idiote avec un Airbus, ils veulent pousser les gens à prendre les transports en commpun, mais tout est fait dans le sens contraire,
a écrit le 17/10/2017 à 11:41 :
Je me souviens quand j'habitais encore la France d'un slogan publicitaire : "Avec la SNCF, c'est possible". A lire cet article c'est devenu impossible.
Réponse de le 20/10/2017 à 16:33 :
Ne vous inquiétez pas, la scnf fonctionne correctement pour l'essentiel, je pratique le TGV au moins 2 fois par seamine, sans gros soucis. On ne parle que des trains qui ne sont pas à l'heure
a écrit le 17/10/2017 à 11:36 :
comment enterrer le train... c est sur que le jour ou les trains ne desservirons que quelques gares, ils iront vite. mais par contre ils seront vide car plus personne prendra le train. S il vous faut 1 h pour pour aller de votre petite fille jusqu a la grande ville puis attendre 25 min le TGV et encore 25 a l arrivee du TGV vers l autre petite gare, qui va prendre le train ?
Surtout si vous avez des bagages ou des enfants !
a écrit le 17/10/2017 à 10:54 :
Et la concurrence des bus-Macron n'a bien sûr aucune influence ... Quand est-ce qu'on arrêtera de nommer des anciens PDG au gouvernement ?!
a écrit le 17/10/2017 à 10:54 :
Le TGV dessert trop de gares !
C'est vrai ......(?)
pourquoi aller chez les bouseux ? Les métropoles c'est super ! ! ! !
2ème degré
Réponse de le 17/10/2017 à 17:10 :
Au premier degrés :
pourquoi faire un LGV qui détruit les terres agricoles , les forêts ,... Pour faire gagner 2 heures sur un Paris / Biarritz?

De plus le parisien va acheter a grand frais maisons et appartements de la région rendant impossible aux locales de pouvoir habiter avec un revenu locale leur propre région .

Vive la désertification rurale au profit des maisons secondaires !!!

a écrit le 17/10/2017 à 10:31 :
Toujours les mêmes "récitations", dépourvues au final de toute volonté politique.
a écrit le 17/10/2017 à 10:29 :
Le TGV dessert trop de gare pour la simple raison que la SNCF n'a pas suffisamment
investi dans les trains du quotidien . La politique du tout TGV a laissé le réseau en mauvais état.
Réponse de le 17/10/2017 à 13:44 :
la sncf obéit aux injonctions de son ministre de tutelle : ministère des transport.c' est l' Etat actionnaire et propriétaire qui donne les directives ..mais nos politiques -qui favorisent ou pas les copains de provinces-aiment faire croire l' inverse car ça les
dédouanent...voir le rapport de la cour des comptes à ce sujet
a écrit le 17/10/2017 à 10:10 :
Il faut revoir les prix tout simplement, y a des besoins mais on s'organise autrement lorsqu'on voit les prix pratiqués.
Il faut proposer des abonnements mensuels/des prix selon les personnes jeune - étudiant - apprenti - salarié - retraité - famille surtout pour les trajets réguliers.

Bref, la politique des prix est à revoir tout simplement avant que ça coule :)))
Réponse de le 17/10/2017 à 12:48 :
bonjour,
vous venez donc de découvrir les cartes Familles nombreuses, Senior+, Week-ends et les cartes jeunes.
Et vous venez aussi d'inventer les abonnements fréquence, fréquence+, et TGVmax.

https://www.voyages-sncf.com/services-train/carte-abonnement-train
a écrit le 17/10/2017 à 10:07 :
Scandaleux. Le réseau ferré a un rôle essentiel à jouer dans l'aménagement du territoire. Il n'y en a que pour les métropoles. Et les 60% de la population qui n'y vit pas ? Juste le droit de payer les voies pour les autres ? Le TGV ne dessert plus grand chose. Et pour joindre le villes normales, 2 ou 3 correspondances plus des TER en panne, ça vous fait un trajet de 5 heures comme une fleur. Il faut habiter dans le centre de Bordeaux ou Nantes pour survivre en France ?
Réponse de le 17/10/2017 à 14:58 :
Totalement d'accord.
En outre, la SNCF etant detenue a 100% par l'etat Francais, il serait judicieux d'estimer l'impact de cette reforme sur l'economie du pays (baisse des recettes liees au tourismes dans les petites/moyennes villes, accroissement du desequilibre de niveau de vie entre Paris et le reste etc.) et pas seulement sur la SCNF. Sans oublier que la SNCF est financee par le contribuable et pas le contribuable-qui-habite-paris-ou-bordeaux-a-la-limite.
a écrit le 17/10/2017 à 9:57 :
en MARCHE on n abandonne pas ses concitoyens de cette facon... a BRIVE
a écrit le 17/10/2017 à 9:49 :
C'est certains que l'harmonisation des prix SNCF n'est absolument pas a prendre en compte. Quand les trains sont jusqu'a 4 fois plus chers que l'avion pour traverser la France. Ils ouvrent quand les yeux? des tarifs bien plus bas permettraient de remplir ces fameux TGV vide et même de les rendre rentable.
Réponse de le 17/10/2017 à 10:33 :
Ce n'est pas la SNCF qui fixe les prix mais l'état.
Réponse de le 17/10/2017 à 16:53 :
Même si c'est une entreprise publique soumise à des réglementations strictes en ce qui concerne les tarifs, la SNCF fait un peu comme elle l'entend. En théorie, la fixation des prix se fait par décret pour une partie des trains (hors TGV et tarifs sociaux). Pour certains autres (2è classe surtout), le prix se calcule toujours de la même façon et selon un tableau établi: notamment en multipliant le prix au kilomètre avec le nombre de kilomètres parcourus. Autrement dit plus vous allez loin plus c'est cher.
En réalité, la compagnie a libre champ sur tout le reste des trains qui ne sont pas concernés par cette réglementation soit: les 1ères classes, les TGV, les liaisons internationales, les tarifs promotionnels et les prestations complémentaires comme les réservations. Même le prix des TER, sous réglementation de l'Etat, font l'objet de subventions négociées avec les Régions. La SNCF récupère les gains de ces billets alors que ces trains régionaux ne lui reviennent pas très cher.
a écrit le 17/10/2017 à 9:11 :
Y a-t-il encore des trains "normaux" lents ou le TGV est-il censé tout remplacer ? D'où sa fonction d'omnibus de luxe.
Grande vitesse c'est pour aller de Paris à Lyon, ou Marseille, voire Toulouse d'une traite, pas s'arrêter en route.
Au lieu d'aller d'Aix(lesBains) à Chambéry en voiture, j'ai regardé par le train, 4 euros et qq le billet, il ne semble y avoir que le TGV, rien d'autre.
a écrit le 17/10/2017 à 8:48 :
Ce serait bien qu'un jour on mette à la tête de la SNCF quelqu'un qui ne vienne pas pour seulement casser le train au profit du lobby pétrolier.

"Quand l’État français sabote le train" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/DOUMAYROU/55773
Réponse de le 17/10/2017 à 14:57 :
La SNCF n'a besoin de personne pour être cassée. Il suffit juste de laisser les conservatismes s'exprimer pour qu'elle se tue toute seule.
Le Fret n'a pas été tué par l'Etat ni par le lobby pétrolier mais par les cheminots.
a écrit le 17/10/2017 à 8:43 :
Ce qui est idiot dans l'exemple de la Ministre c'est que l'A380 et l'A330 vont globalement à la même vitesse et c'est simplement la capacité qui varie. Aujourd'hui la différence entre un TGV et un corail n'est pas là... Lorsque le corail ira à la même vitesse que le TGV on en reparlera, en attendant la problématique est tout autre et ne peut être abordée en comparaison avec l'aérien. Le simple fait de missionner un spécialiste du domaine aérien peut orienter la vision à long terme.
Réponse de le 17/10/2017 à 14:55 :
Un TGV sur une voie vers Brive roule à la même vitesse qu'un TER.
La question n'est pas la vitesse, mais la capacité.
Je prends souvent le TGV direct pour Bar le Duc (qui traine à la vitesse d'un TER après Chalons), et le pb c'est que trimbaler 10 Wagons pour 30 à 50 personnes max, cela fait bcp de tonnes de métal transportés et pas bcp de monde. Cela coute un bras. De même que Brive n'a pas la capacité à accueillir 800 passagers d'un coup d'un A380.
Réponse de le 17/10/2017 à 15:53 :
Un TGV qui circule sur une voie qui n'est pas de la grande vitesse va à la même allure qu'un corail. C'est comme utiliser une F1 pour rouler sur une départementale.
Le résultat est que les coûts d'exploitation sont bien trop importants.
Si je me souviens bien, Brive n'est pas relié au réseau grande vitesse, y faire circuler des TGV est une aberration.
Je rappelle que les rames achetées par Hollande pour sauver une usine d'Alstom vont circuler sur le réseau hors grande vitesse. Moralité? Le politique n'a aucune vision économique et prend des décisions qu'à un moment il faut payer...
a écrit le 17/10/2017 à 8:36 :
Brive est sur la ligne Paris -Toulouse !!!
...une destination confidentielle utilisée par quelques désoeuvrés , peut-etre !
Pauvre ministricule !
a écrit le 17/10/2017 à 8:31 :
Mais on pourrait desservir BRIVE en TGV quand même.
a écrit le 17/10/2017 à 7:28 :
Pour sauver la SNCF il faut appliquer la note n°6 du CAE. C'est pareil pour ALSTOM, AIRFRANCE, et toutes les entreprises en concurrence internationale. Qui le comprendra?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :