Siemens va supprimer 11.600 postes pour réduire ses coûts

 |   |  173  mots
Le groupe doit présenter une offre - ferme - de rachat d'Alstom au plus tard le 16 juin.
Le groupe doit présenter une offre - ferme - de rachat d'Alstom au plus tard le 16 juin. (Crédits : reuters.com)
Le groupe d'origine allemande, dont une offre est attendue pour le rachat d'Alstom, mais qui a d'ores et déjà la préférence d'Arnaud Montebourg, prévoit un plan de restructuration.

Alors que le groupe international spécialisé dans les hautes technologies devrait faire une offre "au plus tard" le 16 juin pour le rachat Alstom, avec le soutien du ministre de l'Economie Arnaud Montebourg dans ce dossier, ses finances ne semblent pas être au beau fixe. Et pour cause, le président du directoire de Siemens, Joe Kaeser, a déclaré que le conglomérat allemand allait supprimer 11.600 postes pour réduire ses coûts d'environ un milliard d'euros, rapporte vendredi l'agence Bloomberg.

>> Alstom: François Hollande attend une offre ferme de Siemens pour se prononcer

Restructuration

Quelque 7.600 postes seront détruits par le biais d'une restructuration et la création d'une nouvelle structure, tandis que 4.000 autres le seront par la suppression de postes en doublons, a-t-il dit lors d'une conférence retransmise par internet.

Certains employés seront redéployés à de nouvelles tâches, a-t-il encore déclaré.

---------------------

Pour aller plus loin:

>> Alstom: Siemens prêt à céder ses trains pour céder un "champion du rail" ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2014 à 17:26 :
Très bonne nouvelle pour Alstom, il vaut mieux des licenciements en Allemagne plutôt qu'en France !
a écrit le 31/05/2014 à 16:36 :
Voici un bel exemple pour le rachat d'ALSTOM que désire tant le seigneur de Montebourg afin que les employés français se trouvent au chômage.
a écrit le 31/05/2014 à 12:15 :
Retablire les frontieres sutout celle avec la Prusse
a écrit le 31/05/2014 à 10:19 :
pour ceux qui auraient la mémoire courte, c'est grâce au prédécesseur et dont le fils est le filleul du principal actionnaire que nous en arrivons à cette situation. Merci de vous rappeler.
a écrit le 31/05/2014 à 10:17 :
un bon presage pour le devenir d'alsthom s'il le rachetait. Rappel : Siemens est avant tout allemand, la messe est dite
a écrit le 31/05/2014 à 9:19 :
Allez y continuez bientôt il ne restera plus rien dans ce pays. On a confiance manolo va finir les travail. Encore trois ans à souffrir.
a écrit le 31/05/2014 à 8:52 :
et, allez, la courbe du chômage !
a écrit le 30/05/2014 à 17:56 :
donne le SAHARA à MONTEBOURG et dans 2 ans, il achète du sable ailleurs
a écrit le 30/05/2014 à 17:23 :
Siemens l'entreprise corbillard restructure depuis 20 ans. Après avoir changé 5 fois de PDG en 7 ans elle tente de survivre avec ses branches pourries. Comme on ne le sait pas si l'on ne connaît pas les allemands, ils sont longtemps indécis, très longtemps mais foncent lorsqu'une décision est prise, y compris dans le mur. Ils poussent ensuite leur avantage au maximum sans réflexion, on l'a vu à propos de la crise européenne des taux lorsqu'ils étranglaient .... leurs clients! Siemens n'a pas les moyens de faire une offre, il ne les a pas non plus pour tenir convenablement toute autre solution. Il pourra proposer si jamais il bouge, une chose tordue comme un échange dont il faudra terriblement se méfier. A l'occasion de ce dossier il faut préciser que La SNCF devrait bien fusionner avec la RATP pour former une société commerciale "rail" afin d'harmoniser l'offre désormais identique ou étant amenée à le devenir. RFF devrait le faire avec Vinci ou autre pour former une société "services techniques", Schneider peut être concerné et Alstom proposerait alors la gamme propulseurs automatiques. La division bus de la RATP gagnerait pour sa part à être séparée du rail pour former un axe "route" allant vers les véhicules automatisés ou l'on retrouvera Renault. Les transports urbains gagneraient à devenir "gratuits" pour les utilisateurs par une prise en charge nationale. Surprenant mais efficace, logique et pertinent.
a écrit le 30/05/2014 à 14:13 :
C'est ça le choix de montebourde !! Purée, il ferait mieux d'aller vendre des marinières sur les marchés de Bretagne.
a écrit le 30/05/2014 à 14:08 :
Ce n'est vraiment pas le moment pour Alstom de se faire racheter par SIEMENS .Car ,même sil est une Entreprise Européenne ,il préfèrera faire des licenciements en France qu'uen Allemagne
Siemens doit aussi assumer la sortie du Nucléaire de l'Allemagne .Même si en échage ,il va construire beaucoup de centrales au charbon ,ça ne compensera pas
Réponse de le 31/05/2014 à 11:33 :
la demagogie écologique dans toute sa splendeur et les conséquences directes , moins de centrales nucléaires et plus au charbon et de fait moins de contrats de renouvellement du aux ENR qu'on promeut via les achats chinois , résultat le secteur déjà très concurrentiel n'a plus qu'un choix .. dévorer le voisin et supprimer ce qu'il faisait pour mieux survivre .. enfin heureusement que nos élites n'ont pas dit oui toute de suite a Siemens soutenu par les écologistes .. comprenne qui pourra cette situation lamentable ..
a écrit le 30/05/2014 à 10:25 :
Bonjour,

L'avantage de Siemens c'est qu c'est une entreprise européenne et nous sommes voisins de l'Allemagne. De là à ce que l'on créé l’Airbus de l'énergie et l’Airbus du rail il n'y a qu'un pas. Siemens l’anticipe et restructure avant de faire une offre ce qui est une attitude saine.
De ce fait on en touchera pas aux emplois Alstom en cas de fusion/acquisition.
GE est une excellente entreprise mais cela nous mettra en péril face à notre indépendance énergétique notamment pour le nucléaire et l'éolien.
D'autre part les USA ont entamés depuis trois ans une relocalisation de toute leur industrie aux USA grâce à des coûts bas de la main d’œuvre et afin de se mettre à l'abri de reverse engineering asiatique. Même en Europe cela a commencé avec notamment GM et Chevrolet qui arrêtent leur production européennes.
Au vu de cela ma préférence va sans hésiter à Siemens car la production ne sera jamais délocalisée si le modèle de développement s’appuie sur celui d'Airbus Group. D'autre part les brevets et la technologie resteront européens et cela permettra de créer un géant justement capable de concurrencer GE partout dans le monde avec des technologies fiables éprouvées et novatrice.
En dernier lieu pour des questions de défense nationale et d'indépendance il conviendrait de garder Alstom dans le giron européen notamment pour notre défense nucléaire et pour notre marine de guerre.
Malheureusement les médias et une partie de l'opinion publique occulte ces éléments stratégiques pour ne voir que l'aspect "sexy" de la fusion Alstom.GE qui finalement n'arrangerait que les actionnaires à long terme car ces derniers sortiraient plus riche d’Alstom avec cette fusion. Notamment M. Bouygues qui chercherait à céder sa participation de 29% dans Alstom sans doute pour remettre de l'argent frais dans la téléphonie mobile, secteur non stratégique et déjà saturé en France. Personnellement ma préférence va à l'Europe, on a créé l'Europe je soutiens donc une solution européenne et une indépendance industrielle et énergétique de l'Europe face aux autre nation de la planète même si nous sommes alliés. C'est juste une question de bon sens et de bonne gestion des actifs construits ces 50 dernières années en partie d'ailleurs avec l'argent publique.
Réponse de le 30/05/2014 à 14:58 :
Monsieur vous devez travailler pour Siemens. Bon c'est le lobbying.
Mais quand on met 12 mds sur la table c'est pas pour détruire ça après.Ensuite mieux vaut être avec le leader mondial qu'être l'éternel challenger. Ensuite y a des gens qui se sont crus très intelligent pour commander les turbines de nos sous marins à une filiale de GE en France.Ensuite il y a la reussite de GE avec Safran en France dans l'aero et dans le médical en France aussi.11600 licenciements chez Siemens annoncés en ce moment démontre que Siemens n'a finalement pas envie d'acheter alsthom et qu'en plus ils sont mal dirigés, pour se retrouver vec 11 600 personnes de trop.
Réponse de le 30/05/2014 à 17:40 :
le problème , c'est qu’Airbus, c’est né en rapprochant des savoir faite pour créer un produit commun . Siemens/Alstom ont déjà et l'un, et l’autre : on est pas du tout sur la même typologie de rapprochement. il faudra faire des choix...Avec GE, on est plus dans la complémentarité...
Réponse de le 30/05/2014 à 19:07 :
@Aria : Je ne travaille ni pour Alstom, ni pour Siemens, je donne mon avis après avoir pris des renseignements de part et d'autres et pas forcément uniquement auprès des médias qui sont très partis pris.(Liberté d'opinion et d'expression ça vous dit quelque chose). Le fait que vous ayez une opinion différente n'implique pas qu'elle est meilleure ou moins bonne que la mienne mais juste différente. Il n'y a que rarement une seule solution à un problème donné. Par rapport à votre vision, toute entreprise qui automatise massivement est amené à licencier à un moment ou à un autre, idem lors de rachat d'entreprises, certains postes deviennent redondants d’où licenciement avec indemnités et plan de reclassement. C'est le fonctionnement des fusion/acquisition depuis deux siècles et encore les indemnités et le plan de reclassement c'est grâce à la lutte ouvrière et syndicale depuis le 19ème siècle sinon on ne serait vraiment que du bétail pour certains actionnaires. Si vous avez bien suivi l'actualité il est justement question qu'Alstom devienne le géant du rail et Siemens celui de l'énergie donc aucune redondance à terme et donc pas de licenciement mais plutôt des transferts de personnels.
@Sherpa : Tout à fait d'accord avec vous et le plan de siemens prévoit que toutes les activités rails soient concentrés auprès d'Alstom et toute l'activité énergie auprès de siemens pour créer deux géants sur des secteurs différents à savoir énergie et transport donc pas de redondance dans les métiers.
Réponse de le 31/05/2014 à 19:39 :
si, dans l'energie, ils font la meme chose, alors qu'avec GE non
a écrit le 30/05/2014 à 10:08 :
Cela augure mal l'avenir pour ceux qui préfèrent la solution Siemen.Je devrai ajouter que ceux qui rejettent l'offre GE sont animés tout simplement par un sentiment antiaméricain. Ceux-ci sont très nombreux dans la gauche et l'extrême droites françaises.
Réponse de le 30/05/2014 à 10:30 :
Vous ne regardez pas entre les lignes. Siemens licencie et restructure justement pour absorber Alstom sans restructuration coté Alstom.
C'est un cadeau qui est fait l'Allemagne à la France.
Sinon pour ce qui est des licenciements aux US laissez moi rire, c'est une catastrophe depuis 8 ans. Même GE a probablement du licencier et restructurer c'est une évidence.
Siemens est en train d’appéter la mariée avant le mariage et le fait au détriment de l'Allemagne pour la France car le couple franco-allmand a parfaitement compris que la fusion avec GE n'est pas dans l’intérêt de l'Europe à moyen terme.
De plus GE est en train de nous concurrencer actuellement en Afrique sur nos marchés traditionnels donc ce ne sont clairement pas nos copains et ils essaient de nous couper l'herbe sous le pied en absorbant Alstom qui est très bien implanté en Afrique.
Réponse de le 30/05/2014 à 12:38 :
Régle n°1: L'Allemagne ne fait jamais de cadeau à la France
Règle n°2: L'allemagne ne fait jamais de cadeau à la France
Règle n°3: Au cas où la règle 2 serait inapplicable, se reporter à la règle n°1.
Réponse de le 30/05/2014 à 13:07 :
L'Allemagne ne fait pas de cadeaux à la France, elle n'a que des intérêts. Il ne faut pas être naïf.
Réponse de le 30/05/2014 à 14:19 :
Deutschland über alles ; et dans quelques années on rappellera les américains pour qu'ils viennent nous sauver !
a écrit le 30/05/2014 à 9:54 :
dans une entreprise NORMALE,notre MONTEBOURG serait LICENCIE
Réponse de le 31/05/2014 à 9:21 :
Montegourde ne serait même embauché, c'est tout dire.
a écrit le 30/05/2014 à 9:14 :
General Electric sans hésiter pour Alstom. GE a massivement investi en France depuis 50 ans et développer l'emploi.
a écrit le 30/05/2014 à 8:47 :
M. Montebourg a encore misé sur le bon cheval. Cet homme est précieux, il se trompe à chaque fois, c'est pratique. Il suffit de faire le contraire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :