Faillite de Lehman Brothers : JPMorgan attaqué pour mauvaise gestion

 |   |  342  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un fonds de pension américain, le Operating Engineers Pension Trust, reproche à JPMorgan d'avoir maintenu des investissements faits pour son compte dans des obligations émises par Lehman Brothers durant l'été 2008, alors que s'accumulaient les signaux pointant vers un défaut de la banque d'affaires.

Les ennuis continuent pour JPMorgan. Alors que la banque fait déjà l'objet de plusieurs enquêtes, dont l'une en lien avec l'affaire Madoff et révélée mercredi par le New York Times, une plainte du fonds de pension Operating Engineers Pension Trust a été révélée ce jeudi. Celui-ci l'accuse d'avoir mal géré son argent dans les mois précédent la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers, d'après un document de justice rendu public le 27 mars.

La juge new-yorkaise Katherine Forrest y rejette une motion de JPMorgan pour annuler le procès, estimant qu'elle "ne peut pas envoyer à la corbeille" des arguments avancés par les responsables du Operating Engineers Pension Trust dans des plaintes remontant à 2009.

La banque accusée d'avoir privilégié ses propres intérêts

Les plaignants estiment que des signaux pointaient vers un défaut de la banque d'affaires dès l'été 2008 et "auraient dû alerter JPMorgan des risques de maintenir les investissements dans les obligations de Lehman et de la nécessité de prendre des mesures pour limiter ces risques", mentionne le document de justice. Le fonds considère que la banque a fait "passer ses propres intérêts devant ceux de ses clients" en réduisant son exposition à Lehman dans plusieurs de ses domaines d'activité, "mais sans toucher aux obligations".

Cette plainte s'ajoute à d'autres en cours à divers échelons concernant notamment l'affaire de la "baleine de Londres", surnom donné à un courtier de la banque qui avait fait d'énormes paris risqués ayant fait perdre au groupe quelque 6 milliards de dollars l'an dernier, et également des saisies immobilières douteuses ou un manque de contrôle du blanchiment d'argent. Selon le quotidien américain The New York Times, huit agences fédérales s'intéresseraient aux agissements de JPMorgan.

POUR ALLER PLUS LOIN :
>> Affaire Madoff : JPMorgan inquiété par les autorités fédérales américaines

>> La "Baleine de Londres" prive le patron de JPMorgan de la moitié de son bonus
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2013 à 15:42 :
Il y a beacoup d'amalgames dans ce qu vous dites : affaiblir les banques, non, mieux controler leurs agissements en veillant à ce qu'elles financent l'économie, oui. Et le mieux est vraiment d'interdire le trading haute fréquence et les ventes à découvert. Une économie saine est une économie ou tous les acteurs ont la meme information au meme moment.
a écrit le 28/03/2013 à 9:54 :
Pour qu'Obama soit enfin crédible, il faut que des banques comme JP Morgan Chase ou GS soient correctement affaiblies, et qu'une réglementation plus dure encore que le Glass Steagall Act entre en vigueur aux US mais aussi partout dans le monde. Idem en ce qui concerne les paradis fiscaux. idem en ce qui concerne la fuite devant l'impôt des multinationales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :