BNP Paribas grossit dans les services aux hedge funds en prenant la suite de Deutsche Bank

 |   |  579  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
La banque française a signé un accord avec sa rivale allemande pour assurer la continuité de service de l’activité de « prime brokerage » de Deutsche Bank, qui brassait quelque 150 milliards d’euros d’actifs. Elle devrait reprendre entre 800 et 1.000 salariés, basés à Londres, New York ou en Asie.

Grand chambardement dans la banque européenne. Alors que BNP Paribas s'apprête à supprimer des emplois dans sa division Securities Services (environ 500) et dans la gestion d'actifs (une centaine selon l'Agefi), elle va de l'autre côté reprendre entre 800 et 1.000 salariés de Deutsche Bank dans l'activité appelée « Prime brokerage », les services aux hedge funds (prêts de titres, mise en pension de titres, exécution des ordres, règlement-livraison, reporting, etc). Aucun chiffre officiel n'a été cependant communiqué ce lundi 23 septembre par les deux banques qui ont annoncé la signature d'un accord définitif visant à « assurer la continuité du service aux clients Global Prime Finance et Electronic Equities de Deutsche Bank ». La première banque allemande avait indiqué le 7 juillet, dans le cadre d'un vaste plan de restructuration, son intention de sortir de l'activité de trading et de vente d'actions ainsi que la signature d'un accord préliminaire avec BNP Paribas sur le « prime brokerage ».

« Les deux banques continueront de travailler étroitement ensemble afin d'assurer aux clients une transition fluide grâce à la migration de la technologie et des équipes clés de Deutsche Bank vers BNP Paribas » précisent-elles dans un communiqué conjoint.

Le périmètre définitif de l'activité reprise dépendra du choix des clients de suivre ou pas : il ne s'agit pas d'une acquisition de portefeuille mais d'une continuité d'activité, comme BNP l'avait fait avec RBS sur la gestion de trésorerie (cash management) en 2015. Barclays a déjà fait savoir qu'il avait récupéré 20 milliards de dollars d'encours, dont la moitié provenant d'un seul gros client, et JP Morgan en aurait aussi bénéficié ces derniers mois. Le business de prime brokerage de Deutsche était évalué autour des 150 milliards d'euros d'actifs avant l'annonce de son retrait.

Grimper dans le Top 4 mondial ?

Il fallait donc vite conclure pour stopper l'hémorragie de clients. Cet « accord ferme » reste soumis à l'approbation des autorités de concurrence et devrait être finalisé d'ici à la fin de l'année. Outre le transfert de la technologie (la plateforme « autobahn » de Deutsche Bank à la solide réputation), celui des personnels, basés essentiellement à Londres, New York, Hong Kong et Singapour, suivra le long processus de migration des clients. Le nombre de salariés transférés devrait avoisiner 800 personnes et pourrait monter jusqu'à 1.000 salariés, indiquent des sources proches.

« Cet accord atteste de l'engagement fort de BNP Paribas auprès des investisseurs institutionnels du monde entier », a déclaré Yann Gérardin, le directeur général adjoint du groupe et responsable de la banque de financement et d'investissement (CIB).

Deutsche Bank veut diminuer son exposition au risque

La banque française pourrait gagner plusieurs places au classement mondial sur ce marché générant plus de 18 milliards de dollars de commissions par an, selon le cabinet Coalition, classement dominé par Morgan Stanley, JP Morgan et Goldman Sachs. Ce transfert pourrait la faire grimper dans le Top 4 ou Top 5 mondial. En 2008, BNP Paribas avait acquis l'activité de prime brokerage actions de Bank of America (500 clients et 300 collaborateurs).

Le retrait de Deutsche Bank de cette activité s'inscrit dans le cadre de sa décision de diminuer son exposition au risque. Malgré les difficultés rencontrées par les fonds alternatifs ces dernières années, les grandes banques mondiales ne veulent pas couper les ponts avec ce secteur de 2.280 milliards de dollars d'actifs.

Lire aussi : Deutsche Bank encaisse sa pire perte depuis 2015 sous le poids de sa restructuration

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2019 à 8:30 :
Deutsche Bank veut diminuer son exposition au risque et donc à contrario BNP veut l'augmenter alors qu'elle est déjà bien exposée : çà fait sens ,elle devient un acteur plus important OK mais ses chances d'avoir les mêmes problèmes que D.B augmentent d'autant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :