Boursorama accentue le gratuit pour distancer les néobanques

 |   |  860  mots
La nouvelle carte bancaire de Boursorama est entièrement gratuite, sans frais à l'étranger, ce qui coupe l'herbe sous le pied même des néobanques comme N26 ou Revolut.
La nouvelle carte bancaire de Boursorama est entièrement gratuite, sans frais à l'étranger, ce qui coupe l'herbe sous le pied même des néobanques comme N26 ou Revolut. (Crédits : Boursorama)
La filiale de Société Générale a accéléré sa conquête de clients, dépassant le cap des 2 millions avec un an d'avance, notamment grâce à nouvelle carte bancaire gratuite même pour les opérations à l'étranger. Une stratégie payante sur le plan commercial mais coûteuse en rentabilité pour la "banque la moins chère" qui vise les 3 millions de clients en 2021.

Prendre de vitesse les nouveaux entrants. Boursorama Banque, la filiale du groupe Société Générale, a décidé il y a un peu plus de deux ans de pousser les feux pour s'imposer comme la première des banques en ligne. Cet acteur historique de la banque sur Internet, pionnier du courtage en ligne à la fin des années 1990, avait déjà largement devancé l'ex-leader ING et vient de passer le cap des 2 millions de clients, avec un an d'avance. Boursorama en avait déjà près de 1,9 million à fin juin, selon les résultats semestriels de la maison-mère. Malgré la démultiplication de la concurrence avec les banques mobiles N26, Revolut et autres Orange Bank, la conquête de clients s'est accélérée cet été, avec une progression de 50% par rapport à l'été 2018, selon un communiqué publié ce jeudi 18 septembre.

Cette poussée est liée notamment au succès de sa nouvelle carte bancaire appelée Ultim, complètement gratuite, y compris pour les paiements et retraits à l'étranger, sans condition de ressource, à la seule réserve d'une opération par mois (sinon, elle est facturée 15 euros par mois). Boursorama indique que cette carte « a déjà séduit plus de 125.000 demandeurs en seulement 3 mois. » Un rythme très rapide au regard des 91.000 comptes ouverts par Nickel (BNP Paribas) au deuxième trimestre (à 1,3 million) et des 72.000 conquis par Orange Bank en un semestre pour totaliser 320.000 clients à fin juin 2019.

Dans son classement annuel paru le 12 septembre dernier, le comparateur Meilleurebanque.com a placé Boursorama en tête, ex-aequo avec Orange Bank sur le profil jeune et Fortuneo sur le profil "classique".

« Sur le profil premium, la nouvelle offre de Boursorama, Ultim, tue le match : grâce à la gratuité des opérations à l'étranger, elle est 80% moins chère que sa dauphine Fortuneo, pourtant elle-même sensiblement moins chère que ses concurrentes » a analysé Maxime Chipoy, le responsable du comparateur.

Moins chère que les néobanques ?

La filiale de Société Générale, qui se targue d'être « la banque la moins chère depuis 11 ans », coupe même l'herbe sous le pied des néobanques les plus agressives comme N26 et Revolut (900.000 et  550.000 utilisateurs respectivement en France), qui ne suppriment totalement les frais à l'étranger que pour les clients ayant souscrit leur offre payante, au minimum de 8 à 10 euros par mois, avec parfois un engagement d'un an et parfois un plafonnement de retraits (la Visa premium d'Orange Bank à 8 euros par mois efface aussi les frais à l'étranger). Boursorama a vu juste en misant sur ce produit d'appel pour les clients voyageant souvent, actifs, avec des revenus a priori plutôt élevés.

Cette gratuité a évidemment un coût pour la banque en ligne, qui emploie tout même 800 personnes, à Boulogne-Billancourt, près de Paris, et à Nancy. Certes, les paiements par carte génèrent des commissions d'interchange, mais il faut que le client souscrive d'autres produits (crédits, placements, assurances) pour devenir rentable. En 2018, Boursorama a accusé une perte nette de 35 millions d'euros pour un produit net bancaire de 153 millions d'euros, entamé de 67 millions de gestes commerciaux (primes de bienvenue). Une perte « extrêmement mesurée » selon Philippe Aymerich, directeur général délégué du groupe Société Générale, en charge des activités de banque de détail en France et président du conseil d'administration de Boursorama, qui avait estimé en mai dans nos colonnes que ralentir la conquête serait « une erreur stratégique » pour Boursorama qui constitue « une formidable réponse aux néobanques, avec une expérience client aux mêmes standards et une gamme de produits plus riche (prêt immobilier), tout en restant simple. »

Payante sur le plan commercial, cette stratégie de la gratuité et des primes est coûteuse en revenus et en rentabilité (plus de 30 millions d'euros de coût d'acquisition des clients). Orange Bank a dû être renflouée en février dernier, de 100 millions d'euros par Orange et Groupama (qui a 35% du capital), pour la quatrième année consécutive.

Lire aussi : Orange Bank renflouée de 100 millions par Orange et Groupama

Boursorama fait valoir que ses 2 millions de clients « intensifient leur relation au fil du temps », ce qui se traduit par une augmentation de 39% du nombre de transactions sur les comptes courants depuis le début de l'année (entre janvier et août) et de 51% des opérations par carte à l'étranger. La banque en ligne revendique 700.000 paiements mobiles et 100.000 virements instantanés réalisés sur le seul mois d'août. Ses encours d'actifs sous gestion ont augmenté de 2,5 milliards d'euros et ses encours de crédits d'un milliard d'euros depuis janvier. En mai dernier, la direction du groupe avait indiqué que les nouveaux clients de Boursorama multiplient par quatre leurs dépôts en dix-huit mois selon une tendance constante depuis 2011. L'enjeu reste de les faire l'adopter comme banque principale. Elle bénéficie pour cela d'un atout : un indice de recommandation (Net promoter score) très élevé de 48, quand les banques commerciales classiques ont un score négatif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2019 à 9:05 :
je veut ma abandonné boursofa
a écrit le 22/09/2019 à 18:46 :
Client depuis 5 ans , nous en sommes très satisfait, et la recommandons car c'est le top en ce qui me concerne,( je suis ouvrier dans l'industrie).
a écrit le 21/09/2019 à 21:57 :
Sauf qu'en matière de gestion des assurances vie (sous mandat, justement), Boursorama fait preuve d'une incompétence à toute épreuve.
a écrit le 20/09/2019 à 22:17 :
j'ai cloturé mon compte chez eux depuis plus d'un an et ils continuent de m'envoyer leurs mails que je ne peux supprimer puisque pour cela il faut se connecter avec son identifiant que je n'ai plus et maintenant ils me relancent comme quoi mon compte n'a pas de mouvement, ben oui puisqu'il est clos et qu'ils m'ont meme supprimé ma carte a la réception de ma lettre de résiliation
bref combien de centaines de milliers de faux comptes comme le mien????
Réponse de le 21/09/2019 à 20:45 :
Beaucoup, cette banque n'est pas rentable. En fait, on prend l'argent de l'offre de bienvenue, sinon difficile de rester chez eux vu le service client catastrophique. Quand il n'y a pas de problèmes, ça va, si vous telephonez , c'est une galère incroyable.
a écrit le 20/09/2019 à 14:39 :
Boursorama a un support client absolument épouvantable: aucun suivi, très long délai d'attente, pas de possibilité de continuer une conversation avec le même conseiller donc à chaque fois, on est obligé de raconter son histoire une nouvelle fois, toujours les mêmes réponses générales sans répondre sur le fond, demande constante de documents pour les clients basés à l'étranger (il m'a fallu un an pour changer mon adresse et entre temps j'ai eu l'accès à mon compte suspendu avec 10k dessus), le délire bureaucratique français dans toute sa splendeur. Depuis je suis passé chez N26 et j'ai passé en tout et pour tout 5min pour ouvrir mon compte et je n'ai jamais eu de problème, aucun frais, service client excellent et ultra rapide.
a écrit le 20/09/2019 à 10:50 :
Boursorama les meilleurs??? c'est une blague, service catastrophique, plus d'une heure pour avoir quelqu'un au telephone, quand on vous repond ! et environ 15 jours pour repondre a un mail urgent.
Alors Boursorama gratuit, evidemment ca vaut pas plus. Et on se demande s'il ne vaut mieux pas payer quelques euros ailleurs pour avoir du service.
Mais les banques a part faire travailler votre argent savent elles ce que signifie le mot service ?
Réponse de le 20/09/2019 à 22:13 :
Moi et ma famille on paye 2€/mois tout compris chez MONABANQ avec un service client top de top et beaucoup de choses intéressantes dans la gestion de son propre compte et sans revenu minimum...c'est rare d'être content de sa banque ! (je vous rassure je suis un simple particulier sans aucun intérêt si ce n'est la satisfaction d'un service) bien à vous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :