Covid-19 : BNP Paribas débloque 50 millions d'euros d'aides

 |   |  781  mots
(Crédits : BENOIT TESSIER)
La banque mobilise une enveloppe supplémentaire de 25 millions d'euros dans une trentaine de pays, après avoir déjà engagé des aides à hauteur de 25 millions d'euros. La priorité est donnée aux hôpitaux, aux populations fragiles et aux élèves dont le confinement accentue la fracture numérique.

Fabrication et distribution de masques, de gels hydroalcooliques et de respirateurs dans l'industrie, reversement des primes dans l'assurance, redistribution des rentrées exceptionnelles dans l'agroalimentaire... Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet le pays, les initiatives de solidarité des entreprises françaises se multiplient. BNP Paribas, qui a clôt 2019 avec tous les voyants au vert, entend elle aussi participer à cet élan. La banque annonce, ce jeudi 9 avril, avoir mobilisé au total plus de 50 millions d'euros dans le cadre d'un plan d'urgence mondial pour lutter contre la crise sanitaire provoquée par l'épidémie du nouveau coronavirus. A l'image de Société Générale, qui a annoncé une mobilisation similaire la semaine dernière.

Dans les détails, la banque de la rue d'Antin a déjà accordé 25 millions d'euros de soutien en réponse à diverses sollicitations. BNP Paribas explique ainsi avoir fait un don d'un million d'euros à l'Institut Pasteur pour l'aider à finaliser son premier projet de recherche sur un vaccin. La banque a également participé à différents fonds de solidarité, dont celui mis en place par le gouvernement français à destination des TPE et indépendants, à hauteur de 8 millions d'euros. Elle a aussi déjà distribué plus de 3 millions de masques de protection.

Une nouvelle enveloppe de 25 millions

La banque gonfle aujourd'hui son plan d'aide en y allouant une enveloppe supplémentaire de 25 millions d'euros, "dont 20 millions sont déjà alloués", précise Antoine Sire, directeur de l'engagement chez BNP Paribas. "C'est un investissement pris à l'échelle du groupe tandis que l'enveloppe précédente était le fruit de décisions prises par des métiers ou des pays sur leurs propres ressources", précise-t-il.

Au total, ce second volet touche près de 35 pays sur les 70 où le groupe bancaire a une présence. Il s'articule autour de trois axes : un plan de soutien aux hôpitaux, des actions dirigées vers les populations fragiles et d'autres adressées à la jeunesse.

Priorité aux hôpitaux, populations fragiles et élèves en difficulté

Les aides aux hôpitaux représentent plus 10 millions d'euros. Elles s'adressent à de nombreuses structures européennes et dans le reste du monde. BNP Paribas va ainsi participer au financement de la recherche et des urgences en Italie, faire l'acquisition de tests de dépistage pour le personnel hospitalier en Pologne et participer à la création d'un hôpital de campagne dans le Queens à New York. "Concernant la France, nous avons mis l'accent sur les établissements de la région Grand Est, particulièrement touchée, ainsi que sur le département de Seine-Saint-Denis", précise Antoine Sire, rappelant que la banque est le premier employeur privé du département.

Un quart de la nouvelle enveloppe sera dédié au soutien de différentes associations venant en aide aux plus démunis, aux personnes sans abris, âgées et isolées ou encore aux femmes et enfants victimes de violences. A l'échelle internationale, BNP Paribas a également mis en place un dispositif d'aide aux institutions de microfinance, comme l'Adie spécialisée dans les micro-prêts pour lutter contre le chômage. Et, alors que la fracture numérique est exacerbée par les mesures de confinement, la banque travaille avec plusieurs associations pour fournir des ordinateurs et des clés numériques aux élèves en difficulté.

En complément de ce programme, BNP Paribas va activer son fonds Urgence et Développement, créé il y a une dizaine d'années et déjà utilisé à une dizaine de reprises à l'occasion de catastrophes naturelles. Dès qu'un des collaborateurs du groupe y effectue un versement, BNP Paribas abonde le fonds d'un montant équivalent. Les sommes seront reversées à l'ONG international Care.

Mobilisation de la place

En parallèle de ce plan de soutien, la banque, comme tous les autres établissements de la place, mobilise ses équipes, notamment dans la distribution du Prêt garanti par l'Etat (PEG) pour venir en aide aux entreprises en difficulté. Elle s'est engagée à maintenir le salaire de tous ses collaborateurs dans le monde sur les trois prochains mois et a annoncé, la semaine dernière, qu'elle reportait le versement d'environ 3,9 milliards d'euros de dividendes (soit la moitié de son résultat 2019), suivant les décisions de Natixis, Société Générale et Crédit Agricole SA. Les dirigeants de ce dernier établissement ont par ailleurs indiqué qu'ils renonçaient à la moitié de leur rémunération variable due au titre de 2019 pour contribuer à l'action de solidarité engagée par leur groupe. Une décision sur laquelle BNP Paribas ne s'est pas prononcée.

Lire aussi : Le prêt garanti par l'Etat, comment ça marche ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2020 à 18:35 :
Les radins, juste le prix de la publicité médiatique !

ET c'est ça qui dirige le monde et on s'étonne que ce dernier s'écroule...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :