Deutsche Bank va mettre sur pied une "bad bank" de 50 milliards d'euros

 |   |  292  mots
(Crédits : Kai Pfaffenbach)
La banque allemande va créer une structure de défaisance composés surtout de dérivés à échéance longue, selon le Financial Times.

Deutsche Bank veut réorganiser ses activités de courtage avec la mise sur pied d'une structure de défaisance ("bad bank"), qui détiendra des dizaines de milliards d'euros d'actifs, et la réduction voire la fermeture de ses activités de trading aux Etats-Unis, rapporte lundi le Financial Times.

Cette bad bank conservera ou vendra des actifs pouvant valoir au total jusqu'à 50 milliards d'euros - après ajustement des risques - et surtout composés de dérivés à échéance longue, poursuit le quotidien, citant quatre sources proches du dossier.

Avec la création de cette structure, le président du directoire de Deutsche Bank Christian Sewing poursuit la réorientation stratégique de l'établissement avec une réduction de la voilure dans la banque d'investissement et une concentration sur les services et la gestion des fortunes privées.

Sous la pression de certains investisseurs, Christian Sewing a dit fin mai, lors de l'assemblée générale, que Deutsche Bank était prête à effectuer des "réductions drastiques" dans la banque d'investissement, dont l'avenir ne cesse de s'assombrir après l'échec de plusieurs restructurations.

"Comme nous l'avons dit lors de l'AG du 23 mai, Deutsche Bank met au point des mesures destinées à accélérer sa transformation en vue de l'amélioration de sa rentabilité durable. Nous tiendrons au courant tous les actionnaires quand cela sera nécessaire", a dit Deutsche Bank dans un courriel en réponse aux informations du FT.

Le journal note que Christian Sewing pourrait annoncer les changements à l'occasion de la publication des résultats semestriels de Deutsche Bank, prévue le 24 juillet.

Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre Deutsche Bank avançait de plus de 1% à la suite de l'article du FT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 12:42 :
Ne serait-il pas nécessaire d'expliquer cette procédure, et les conséquences????
a écrit le 17/06/2019 à 15:44 :
Ironiquement la DB qui avait voulu fonder sa réussite sur la banque d'investissement n'a fait que balancer son portefeuille de participations en croyant jouer au banquier d'affaires. La voilà maintenant annonçant un redimensionnement dans la banque privée, à laquelle elle ne connait rien, puisque sa filiale DWS spécialisée en gestion d'actifs ne fait que passer par des courtiers, sans voir les clients. Le drapeau noir flotte sur la marmite.
a écrit le 17/06/2019 à 11:34 :
Toujours a vouloir gagner du temps et faire reculer la fin l'euro dont elle ne veut pas être responsable! L'image de l'Allemagne se base sur une faillite complète!
a écrit le 17/06/2019 à 9:11 :
Après BAYER... On voit que l'Allemagne ne sait plus trop quoi faire de son sale fric planqué dans ses paradis fiscaux compensé par la ponction publique.

Eux qui il n'y a pas si longtemps que ça insultaient les grecs parce que "geignants et alcooliques" hein... -_-

Vite un gerxit !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :