Deux startups de la Fintech, Bankin' et Yomoni, s'allient face à la concurrence

 |   |  578  mots
L'application d'agrégation de comptes Bankin' proposera à ses utilisateurs d'utiliser le service d'épargne de Yomoni, qui sera totalement intégré.
L'application d'agrégation de comptes Bankin' proposera à ses utilisateurs d'utiliser le service d'épargne de Yomoni, qui sera totalement intégré. (Crédits : DR)
Deux des plus prometteuses startups de la finance françaises nouent un partenariat pour développer l'épargne en ligne. Le créneau du coach financier est de plus en plus encombré, même les banques s'y mettent.

Pendant que les banques multiplient les rachats de jeunes pousses de la finance (Compte Nickel par BNP Paribas, KissKissBankBank par La Banque Postale, Pumpkin par Crédit Mutuel Arkéa), deux des plus prometteuses startups de la Fintech françaises, qui cherchent à bousculer les services financiers aux particuliers, ont décidé de joindre leurs forces. La société de gestion spécialiste de l'épargne 100% digitale Yomoni et l'agrégateur de comptes bancaires Bankin' ont annoncé ce lundi avoir noué un partenariat.

Bankin', qui veut devenir plus qu'un tableau de bord mais un "coach financier personnel et digital", va intégrer, au sein de son application, le service d'épargne de Yomoni, qui proposera une stratégie d'investissement à l'utilisateur en fonction de sa situation et de ses projets. Il est prévu à terme de permettre aux utilisateurs de retirer ou verser de l'argent sur un placement depuis l'application Bankin'.

Des services complémentaires

Cette alliance doit profiter aux deux acteurs, en complétant l'offre de l'un et en élargissant le public de l'autre.

« Avec ce partenariat, nous allons plus loin dans l'accompagnement de nos utilisateurs en facilitant la réalisation de leurs projets. Un voyage, un achat immobilier ou une réserve d'épargne pour l'avenir... selon leurs besoins, notre coach les conseille pour mieux épargner. Pour ce faire, nous avions besoin d'un partenaire dans l'épargne en ligne qui dispose des bons produits et qui partage notre vision. Nous l'avons trouvé chez Yomoni », fait valoir Joan Burkovic, cofondateur et directeur général de Bankin'.

L'agrégateur, qui a levé 8,4 millions d'euros depuis sa création, auprès de NewTech, Omnes Capital et CommerzVentures, revendique 1,7 million d'utilisateurs. De son côté, Yomoni, qui a réalisé un deuxième tour de table de 5 millions d'euros en février (auprès de Crédit Mutuel Arkéa et Iéna Venture), a besoin de se faire connaître au delà d'un petit cercle d'early-adopters connectés pour atteindre son objectif ambitieux d'un milliard d'euros d'encours sous gestion en 2020, contre 25 millions d'euros actuellement pour un peu plus de 3.000 clients.

« L'ambition de Yomoni est d'aider les particuliers à mieux épargner en fonction de leurs projets ; grâce à notre collaboration avec Bankin', nous sommes désormais capables d'apporter un conseil plus complet à un public plus large », explique Sébastien d'Ornano, le président exécutif de Yomoni. « Ce partenariat est l'un des premiers en la matière et il s'agit d'une étape majeure du développement de synergies entre les services financiers issus de la Fintech, au bénéfice des épargnants », ajoute-t-il.

L'ère de « l'open-banking »

L'un des concurrents de Bankin', Linxo, qui vient d'annoncer une levée de 20 millions d'euros auprès de Crédit Agricole, Crédit Mutuel Arkéa et la Maif, a noué des partenariats avec une autre Fintech, la plateforme Grisbee qui veut démocratiser la gestion de patrimoine et propose de l'assurance-vie en ligne. Tant Linxo que Grisbee se positionnent sur le créneau décidément de plus en plus encombré du « coach financier » numérique.

Linxo travaille aussi avec des banques, qui utilisent son agrégateur sous marque blanche. Tous les acteurs fourbissent leurs armes avant l'entrée en vigueur en janvier prochain de la deuxième Directive sur les services de paiement (DSP2) qui fera entrer le secteur dans l'ère de « l'open-banking » en obligeant les banques à ouvrir l'accès aux données de leurs clients à d'autres acteurs, notamment de la Fintech.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2017 à 9:45 :
Vous avez oublié le développement de Linxo, avec sa dernière levée de capitaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :