Réseaux de soins : la mutuelle Adrea lance un appel d'offre

Sans attendre le vote définitif de la loi sur les réseaux de soins mutualistes, la mutuelle santé interprofessionnelle Adrea, qui protège plus de 1 million de personnes, a décidé de s'affilier à l'un des réseaux de soins couvrant les domaines de l'optique, du dentaire et de l'audioprothèse.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : reuters)

Adrea a décidé de sauter le pas. Cette mutuelle santé, issue de la fusion de huit mutuelles régionales en 2012, "souhaite être en mesure d'offrir un réseau de soins conventionné partout en France, bénéficiant du tiers-payant, prioritairement pour les soins en dentaire, optique et audio ; puis, dans un deuxième temps en hospitalisation, médecine spécialisée et médecines douces", précise-t-elle.  L'appel d'offre sera lancé sans tarder afin que le dispositif soit opérationnel fin 2013. Adrea, qui est l'une des quatre grandes mutuelles interprofessionnelles françaises, veut harmoniser rapidement les pratiques des huit anciennes mutuelles qui la composent, chacune ayant eu des systèmes de conventionnement et de tiers payant différents.

 Négocier les prix pour modérer les dépenses des adhérents

Avec 1 million de personnes protégées et 12.000 entreprises adhérentes pour 516 millions d'euros de chiffres d'affaires en santé (en 2011), Adrea mutuelle n'a certes pas la taille suffisante pour créer ex-nihilo un nouveau réseau de soins. Les six réseaux de soins existants (Carte Blanche, Itelis, Kalivia, MGEN, Santéclair, Seveane ) comptent en effet tous entre 5 et 6 millions de bénéficiaires. En revanche, elle est suffisamment grande pour les intéresser fortement. Les réseaux, qui comptent tous plusieurs assureurs complémentaires santé, mutuelles et institutions de prévoyance comme actionnaires, cherchent en effet à accroître le nombre de leurs adhérents. Ce volume leur permet de garantir une affluence de patients suffisant aux professionnels de santé agréés. En contrepartie, les réseaux  peuvent négocier les meilleurs prix et prestations auprès de ces mêmes professionnels.

"Modération des dépenses pour l'adhérent, qualité des soins, amélioration des prises en charge, information et service innovant" : le cahier des charges fixé par Adrea mutuelle est clair et dans la logique de ce qu'elle estime être son rôle de mutuelle : "accompagner (ses) adhérents et leur permettre d'accéder à des soins de qualité au meilleur coût, grâce à une information précise et avec un reste à charge le plus faible possible". Reste aux différents réseaux à détailler leurs conditions et à faire valoir leurs avantages notamment en terme de frais de gestion.

La loi sur les réseaux de soins mutualistes n'est pourtant pas encore adoptée

Adrea Mutuelle n'a pas attendu l'adoption définitive de la proposition de loi sur les réseaux de soins mutualistes pour prendre la décision de principe de proposer à ses adhérents de passer par l'intermédiaire d'un réseau de professionnels de santé agréés. Votée en première lecture par l'Assemblée nationale le 29 novembre, cette proposition de loi soulève pourtant une polémique. Elle doit maintenant passer devant le Sénat mais la date de son examen n'est pas encore fixée.

Tout donne à penser que cette fois, le texte qui, comme l'explique Adrea mutuelle, vise à "mettre sur un même pied d'égalité les mutuelles avec les autres familles d'assureurs, qui ont la possibilité de mieux rembourser leurs adhérents lorsqu'ils s'adressent à un professionnel de santé membre de leur réseau", sera définitivement adoptée.

Un texte, ou plutôt deux articles, avaient déjà été votés dans ce sens par le parlement en 2011, après des débats houleux et d'importantes modifications, avant d'être retoqués par le Conseil constitutionnel qui considérait les articles comme des "cavaliers législatifs" par rapport à l'objet principal de la loi portant sur l'hôpital. François Hollande avait alors promis à la Mutualité française lors de la campagne présidentielle qu'il appuierait, une fois élu, une modification législative sur les réseaux de soins.

L'opération qui pouvait apparaître comme un simple ajustement "technique" ou juridique, s'avère plus ardue que prévue. Evoquer le sujet des réseaux de soins soulève des questions plus profondes sur l'organisation du système de santé dans son ensemble et sur l'éventuelle remise en cause de la liberté des professionnels comme des patients.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 07/01/2013 à 16:41
Signaler
En droit de la concurrence, le mérite économique apparent des réseaux de soins est plus que discutable. L'argument de la non discrimination entre mutuelles et compagnies d'assurance, lui, est fallacieux. sur le sujet http://blog.jmga.fr/les-reseaux-d...

à écrit le 07/01/2013 à 12:19
Signaler
Je suis consterné par le niveau, des commentaires, outre ceux qui pleurent sans arrêt, nous avons maintenant les libéraux façons USA, je tiens quand même à vous faire savoir que les réseaux mutualistes existent depuis pas mal d'années et qu'il est ju...

à écrit le 05/01/2013 à 19:29
Signaler
comme d'habitude beaucoup de conte vérités dans les coms 1) pourquoi refuser aux mutuelles ce que les complémentaires santé privées ont le droit de faire 2) on parle de réseaux de soins; ex pour changer ses lunettes on peut aller chez "le fou" ou dan...

le 06/01/2013 à 7:15
Signaler
excellent lapsus freudien...vous ecrivez aussi un roman historique,mdr

à écrit le 05/01/2013 à 12:26
Signaler
Considération extrêmement important mais qui sera sans doute jugée sans intérêt par les "accros" aux soldes médicaux pour qui seul compte le meilleur prix sans réflexion sur la qualité du service offert. Bref, ceux qui auront les moyens pourront se...

à écrit le 05/01/2013 à 12:01
Signaler
si on parlait de l'aspect legal??

à écrit le 05/01/2013 à 11:32
Signaler
Sauf que le corps humain et la santé, ça n'est pas comme une vulgaire bagnole!... Il vaut mieux un bon réparateur car c'est moins facile à racheter qu'une autre voiture !... La logique purement comptable d'économiser à tout prix mènera à une vérita...

à écrit le 05/01/2013 à 11:03
Signaler
Les réseaux de soin, c'est comme les réparateurs automobiles agréés, tout le monde y gagne. Je ne vois pas pourquoi les mutuelles devraient en être privées.

à écrit le 05/01/2013 à 10:46
Signaler
Les histoires bibliques restent d'actualité : pour un plat de lentilles (quelques euros d'économie), les Français seraient prêts à vendre leur liberté de soins en perdant la possibilité de choix de leur médecin. Après avoir raillé - à juste titre- le...

à écrit le 04/01/2013 à 23:00
Signaler
Je trouve ce systeme de reseaux de soins mutualistes anti-liberales et allant à l encontre de la liberté individuelle !!car pour une meme cotisation payée à la mutuelle ,l assuré est remboursé plus ou moins suivant qu il consulte un specialiste "re...

le 05/01/2013 à 8:41
Signaler
Ca se passe comme ca aux USA quand on a une assurance sante privee, on est mieux rembourse si on utilise les praticiens du reseau, ca permet d'eviter les abus ... Pays communiste par nature n'est ce pas ?

le 05/01/2013 à 9:25
Signaler
Et bien si ca se passe comme cela aux USA c est que leur systeme est retrograde et c est leur probleme!!!en france nous sommes tres attachés à nos libertés qui sont entrain de fondre au soleil!!!encore une d ecornée!!!ce systeme est injuste !!!

le 05/01/2013 à 9:46
Signaler
Reveillez vous Patou, : le monde des bisounours, la licorne a paillettes dorees n'existent pas. Desole de vous decevoir. En France vous votez pour les memes incompetents depuis 30 ans, vous vous attendiez a quoi comme resultat a part de voir votre pa...

le 05/01/2013 à 11:13
Signaler
Ok d accord avec vous !!je n ai jamais cru aux bisounous ou à la licorne dorée!!j ai les pieds sur terre !!!et c est justement pour cela que je n accepte pas ce coup des mutuelles grace à une loi du gouvernement actuel!!vous dites:en france vous vot...

le 05/01/2013 à 11:27
Signaler
et pour qui devrions nous voter, d'après vous? faites nous, svp part de vos suggestions qui doivent être interessantes

le 05/01/2013 à 12:20
Signaler
Ben deja l'ENA, belle exception francaise qui conditionne vos politiques de droite ou gauche selon le meme dogme et la meme ideologie. Ensuite votre Cour des Comptes qui n'a aucun pouvoir coercitif et qui ne fait que des rapports qui prennent la pous...

le 05/01/2013 à 12:54
Signaler
@viking!!vous ne repondez pas à la question!!!qui est competent en france pour sortir le pays de la crise, redonner du boulot à tous,industrialiser la france etc!!!!vous avez l air d avoir une idée!!et bien faites nous en part!!!on aimerait savoir!!!

le 05/01/2013 à 13:27
Signaler
@patou, je ne fais pas d'ingerence, de toute façon la France est inféodée à l'Europe et à ses technocrates si performants ... Faites vos valises et expatriez vous, la caste de politiciens a verrouillé le système pour s'arroser d'argent publique (Gouv...

le 05/01/2013 à 15:23
Signaler
L europe au contraire dans une autre configuration(federale) peut nous sortir de la crise !!mais il va falloir lacher certains de nos acquis et revenir sur tous les cadeaux qui sont faits à certaines categories!!quant aux primes de 20 millions d eu ...

à écrit le 04/01/2013 à 20:57
Signaler
En route vers l'aveu de la mise en concurrence de la sécurité sociale. On partage le gateau social entre société francaise sans le dire et sans ouverture du marché au niveau européen... quitter le rsi et quitter la sécu sur google

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.