Le président du Bayern Munich a ouvert un compte en Suisse pour... jouer en Bourse

 |   |  376  mots
Uli Hoeness, président du Bayern Munich, était à fond dans les paris boursiers, entre 2002 et 2006. Copyright Reuters
Uli Hoeness, président du Bayern Munich, était "à fond" dans les paris boursiers, entre 2002 et 2006. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans un entretien au journal allemand Die Zeit de mercredi, Uli Hoeness, président du club de foot Bayern Munich, qui affronte Barcelone ce soir, indique avoir ouvert un compte en Suisse pour réaliser des placements boursiers. Lesquels lui procuraient de « l'adrénaline à l'état pur. » Uli Hoeness affirme également qu'il a été conseillé et financé par Robert-Louis Dreyfus, ancien propriétaire de l'OM, dans le cadre de ses placements boursiers.

Ancien joueur de football des années 1970, Uli Hoeness, patron du Bayern Munich depuis 2009 après avoir managé le club durant 30 ans, a visiblement souhaité retrouver une adrénaline comparable à celle du terrain. Poursuivi par la justice allemande pour évasion fiscale, Uli Hoeness a expliqué mercredi avoir ouvert un compte en Suisse pour jouer en Bourse. "Entre 2002 et 2006, j'étais vraiment dans les paris (boursiers)", a-t-il déclaré au journal Die Zeit, à quelques heures de la demi-finale retour de son club en Ligue des champions, face à Barcelone, ce soir au Camp Nou, en Catalogne. "Je faisais à certains moments des transactions jour et nuit, avec des sommes parfois extrêmes, difficiles à comprendre aujourd'hui. Je prenais mon pied, c'était de l'adrénaline à l'état pur », a-t-il ajouté.

Uli Hoeness conseillé par Robert-Louis Dreyfus pour ses placements boursiers

Uli Hoeness indique également avoir été conseillé et financé pour ses placements boursiers par feu Robert-Louis Dreyfus, l'ancien propriétaire d'Adidas et de l'Olympique de Marseille (OM). Il raconte avoir commencé à jouer de fortes sommes en Bourse avant l'éclatement de la bulle Internet, au début des années 2000, et assure avoir reçu de l'argent de Dreyfus en 2001. "Il m'a dit: « faisons quelque chose ensemble », il m'a dit qu'il financerait ça. C'est comme ça que les millions ont atterri sur ce compte, qui n'est que le mien", souligne Uli Hoeness, signifiant ainsi que le Bayer Munich n'était en rien mêlé à ses activités.

"L?enfer a commencé pour moi"

La crise financière de 2008 a ensuite incité Uli Hoeness à limiter ses investissements boursiers. "Ma vie a changé le 20 mars dernier à sept heures du matin. Je me suis retrouvé en robe de chambre devant le procureur qui venait de sonner à ma porte. C'est là que l'enfer a commencé pour moi », reconnaît le patron du Bayern Munich. Uli Hoeness a porté plainte contre lui-même pour évasion fiscale afin, conformément à la législation allemande, d'avoir une chance de s'attirer la clémence des juges. Par ailleurs, sa proximité avec la CSU, le parti conservateur de Bavière, explique en partie, selon les observateurs, le recul de trois points dans les sondages de la CDU-CSU au pouvoir, à moins de cinq mois des élections législatives en Allemagne.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2013 à 11:24 :
Hoeness c'est aussi un très bon manager dans le secteur privé,voir charcuterie.
Il a menti au fisc et ses amis du Bayern.C'est le modèle Cahuzac à la française.
Réponse de le 02/05/2013 à 11:40 :
Pas le modèle GUEANT ?
a écrit le 02/05/2013 à 2:08 :
Il nous prend pour des idiots. Depuis quand faut-il un compte non déclaré en Suisse pour investir en bourse ? Non, c'est pas de la fraude fiscale, je suis joueur compulsif... Je suis malade ! Non mais allo quoi !
Réponse de le 02/05/2013 à 9:54 :
1)C'est normal car en Suisse les plus values sur les actions ne sont pas imposées.
2) RLD devait probablement avoir des comptes en Suisse ce qui rendait les versements à Hoeness plus faciles.
3) Dans ces conditions Hoeness gagnait sur les 2 tableaux : pas d'impôts, argent planqué à l'abri du fisc.
Réponse de le 02/05/2013 à 10:28 :
C'est donc bien une confirmation que le compte non déclaré n'avait pas pour but de jouer en bourse, mais de ne pas payer d'impôts. C'est donc bien de la fraude fiscale.
a écrit le 01/05/2013 à 20:36 :
Soigner sa dépendance au jeu en s'accusant d'évasion fiscale: c'est à l'hôpital psychiatrique qu'il aurait dû se dénoncer!
a écrit le 01/05/2013 à 17:46 :
le bonhomme doit démissioner. Je ne crois pas que Winterkorn (Chef de VW), dans le même conseil de surveillance de Hoeness, voir http://www.fcbayern.telekom.de/de/verein/ag/organe/00158.php, ne va certainement pas accepter de s assoir à côté de ce minable qualifié de "ASOCIAL" aujoudh ui par le président allemand http://www.focus.de/politik/deutschland/bundespraesident-joachim-gauck-nennt-steuerhinterzieher-asozial_aid_977265.html Il essaie d enfumer les gens avec son soit-disant ereur de jouer au casino de la bourse? cela n a pas de sens. Qu il démissione. Il n est pas un homme respectable.
a écrit le 01/05/2013 à 17:06 :
'jouer en bourse' super, et dire que la bourse a ete creee afin d'aider les entreprises a se financer, regardons maintenant ou nous en sommes
Réponse de le 01/05/2013 à 18:16 :
Ne vous laisser par manipuler par l'emploi de cette expression. J'allais poster à ce sujet. Investir en bourse n'est pas jouer, en tout cas pas toujours. La très grande majorité de ceux qui ont investi sur les marchés ne peuvent pas se permettre de "jouer". Un peu comme si on disait en parlant de nos amis journalistes, quand ils écrivent un article, qu'ils jouent à faire de l'info.
Réponse de le 04/05/2013 à 17:05 :
L'expression "jouer en bourse" n'est pas une expression péjorative, c'est juste l'expression utilisée par tout le monde, que ce soit les médias (journaux, revues économiques...) ou par les simples citoyens, pour désigner le fait d'investir en bourse. Donc dire qu'une personne investit ou joue en bourse revient à la même chose, dans tout les cas:) "Ne vous laissez pas manipuler par l'emploi de cette expression" ;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :