Paiements en ligne : zone de turbulences pour le français HiPay

 |   |  1543  mots
(Crédits : Fotolia)
Les comptes 2019 de la fintech cotée HiPay n'ont pas été validés par les commissaires aux comptes en raison d'une faiblesse dans son environnement informatique. Les cabinets KPMG et Mazars ont également partagé leurs inquiétudes sur un potentiel manque de liquidités dans un rapport spécial d'alerte. Mauvais hasard du calendrier pour HiPay, ces doutes interviennent dans un climat d'inquiétudes à l'égard de l'ensemble du secteur des fintech après le scandale Wirecard.

(Article mis à jour le 13/07/2020 à 16h30, initialement publié le 10/07/2020 à 8h00).

L'entreprise allemande Wirecard, au coeur d'un gigantesque scandale financier, n'est pas la seule fintech à semer le doute chez les commissaires aux comptes. Il y a quelques semaines, avant même que l'affaire Wirecard n'éclate, les cabinets KPMG et Mazars ont refusé de certifier les comptes 2019 de la société francilienne HiPay Group SA, également spécialisée dans les paiements électroniques.

Mais les rapprochements avec Wirecard s'arrêtent là. HiPay n'est pas "le Wirecard français". La fintech tricolore n'est pas soupçonnée de fraude comptable ou de quelconque délit et les mouvements sur ses comptes de cantonnement hébergés chez BNP Paribas font l'objet d'un contrôle, hebdomadaire depuis la crise du coronavirus, de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, rattachée à la Banque de France)

Rapport d'alerte

En revanche, dans un document public, accessible depuis le site internet de la société, les deux cabinets indiquent ne pas être en mesure de certifier les comptes consolidés de l'exercice 2019, en raison de "l'insuffisance des procédures de contrôle interne concernant l'enregistrement du chiffre d'affaires". Dans un rapport spécial d'alerte, publié quelques jours plus tard, KPMG et Mazars font ensuite référence à des faits "de nature à compromettre la continuité d'exploitation de [la] société". Autrement dit, HiPay Group SA n'est pas parvenue à démontrer pleinement, aux yeux de ses auditeurs, sa capacité à survivre au cours des douze prochains mois.

HiPay est une "vieille" fintech. Elle est née en juin 2015, lors d'un spin-off avec le groupe coté Himedia, qui s'est depuis concentré sur des activités de régie publicitaire. Lors de cette division, HiPay s'introduit sur Euronext pour une valorisation de 70 millions d'euros. Toutefois, via un jeu de redistribution d'actions entre les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2020 à 2:52 :
Je dois avoir loupé un épisode. J’utilisais déjà Hipay en ligne en 2012. Comment pourrait-il n’être né qu’en 2015 ? Bizarre, bizarre. Je me rappelle, leur QG était alors à Bruxelles.
a écrit le 11/07/2020 à 2:34 :
Autant que je sache, Hipay est plutôt belge. Pas français.
a écrit le 10/07/2020 à 9:48 :
Si le manque de liquidités commence à impacter même les établissements financiers même seulement virtuels c'est signe que ça commence à générer un énorme problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :