Coopérations franco-allemandes dans l'armement : d'un mode majeur à un mode mineur

La France et l'Allemagne peinent à concrétiser une relation ambitieuse dans le domaine de l'armement. Alors que Berlin a déjà sacrifié de nombreux projets en coopération, les deux programmes les plus emblématiques (SCAF et MGCS) avancent à la vitesse de l'escargot.
Michel Cabirol
Est-ce le début d'une nouvelle ère entre la France et l'Allemagne ? Berlin va-t-il devenir pour Paris un partenaire comme un autre, et non plus le partenaire privilégié envers et contre tout.
Est-ce le début d'une nouvelle ère entre la France et l'Allemagne ? Berlin va-t-il devenir pour Paris un partenaire comme un autre, et non plus le partenaire privilégié envers et contre tout. (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Le résultat est sévère. Alors que la France et l'Allemagne vont fêter ce dimanche les 60 ans du Traité de l'Élysée et tenir leur 23e conseil ministériel, la coopération dans le domaine de la défense est désormais passée en mode mineur. Les deux pays n'ont plus vraiment grand chose à partager en dépit de l'accord obtenu laborieusement entre Dassault Aviation et Airbus, qui a permis de lancer la phase 1B du programme SCAF, le Système de combat aérien du futur développé par l'Allemagne, l'Espagne et la France. « C'est un développement majeur, et c'est évidemment extrêmement positif », estime-t-on toutefois à l'Élysée. C'est vrai mais cela ne rend pas encore le lancement définitif de ce programme majeur sûr à 100%.

Sur le MGCS (char du futur), le deuxième grand programme en coopération entre les deux pays, Berlin patauge depuis de longs mois dans un imbroglio industriel allemand, entre Krauss-Maffei Wegmann et Rheinmetall. Pour autant, les Allemands restent confiants sur la signature d'un accord sur la prochaine étape de ce programme, qui englobe également le français Nexter. Tout semble encore possible malgré les difficultés de ce programme. Reste enfin le drone MALE, seul programme véritablement lancé et qui avait été décidé parmi d'autres lors du conseil ministériel franco-allemand de juillet 2017. Mais il ne convainc pas vraiment, notamment en France, en raison de ses spécifications.

L'Allemagne joue avec les nerfs de la France

En dépit de ces quelques avancées mitigées et fragiles, on est loin, très loin de l'esprit ambitieux du conseil ministériel franco-allemand de juillet 2017 quand Angela Merkel et Emmanuel Macron avaient scellé une coopération d'envergure dans le domaine de la défense entre les deux pays. Surement parce que les deux pays ont des intérêts nationaux divergents. Résultat, au fil des ans, Berlin a détricoté cette coopération en abandonnant sans aucun état d'âme plusieurs programmes communs lancés : missile tactique air-sol (2018), système de patrouille maritime (2021), modernisation de l'hélicoptère Tigre (2022). « Les Allemands ont fait l'annonce il y a quelque temps de l'achat de Boeing P-8 américains pour assurer la fonction de patrouille maritime », constate-t-on à l'Élysée.

Sans oublier qu'en novembre 2017, quelques mois seulement après le sommet franco-allemand de l'Élysée en juillet 2017, l'Allemagne se joue de la France en déchirant les accords de Schwerin. Berlin passe en décembre 2017 une commande de 400 millions d'euros au à l'allemand OHB Systems pour la réalisation de deux satellites d'observation optique. En complète contradiction avec les accords de Schwerin, « Yalta de l'observation spatiale » entre les deux pays qui avait partagé l'optique pour la France et le radar pour l'Allemagne.

Enfin, le bouclier antimissile allemand (European Skyshield Initiative), dont l'idée a été lancée fin août 2022 par le chancelier Scholz à Prague, a tendu à la fin de l'été les relations entre la France et l'Allemagne. Il semblerait qu'actuellement, le point de vue de la France commence à être enfin entendu à Berlin. « C'est un sujet qui est très sensible et très stratégique », reconnaît-on à l'Élysée. Mais au-delà de ce volet stratégique, la France ne fait pas mystère que l'Europe doit privilégier « son autonomie stratégique, donc son autonomie aussi dans ses achats d'équipements, avec un souhait de préférence européenne ». A l'Élysée, on estime toutefois avoir sur ce sujet une « discussion apaisée » avec les Allemands.

Exportations, un point de vigilance pour Paris

Par ailleurs, Paris surveille comme le lait sur le feu la loi allemande en préparation sur le contrôle des exportations, qui pourrait durcir les conditions de ventes à l'export des programmes allemands mais aussi des programmes en coopération. Les débats sont vifs en Allemagne entre un courant qui exige un durcissement des contrôles export et un courant plus pragmatique, qui semble majoritaire. Mais pour l'heure, le débat n'est pas tranché et le risque reste sérieux. « On a depuis longtemps une logique entre la France et l'Allemagne qui est qu'il y a une présomption d'exportabilité des équipements développés en commun, explique-t-on à l'Élysée. C'était le principe qui était dans l'accord Debré-Schmidt, qui a ensuite été complété par un autre accord qu'on a appelé de minimis concernant les équipements dans lesquels l'une des deux parties n'avait qu'une toute petite contribution pour éviter que, sur la base d'un boulon, on bloque l'exportation de l'équipement de l'autre ».

Cet accord a été complété en 2019 par un troisième accord entre la France, l'Allemagne et l'Espagne, qui porte spécifiquement sur le SCAF. Cet accord rappelle que pour « les équipements en commun, construits en commun, il y a une liberté d'exportation sauf vraiment des circonstances exceptionnelles qui engagent l'international »,a-t-on affirmé à l'Élysée.

De nouveaux partenaires plus fiables ?

En dépit des trahisons de Berlin, Emmanuel Macron a renouvelé sa confiance dans cette relation lors de ses vœux adressés aux armées vendredi en demandant de continuer à « approfondir des partenariats structurants, comme ceux que nous avons avec l'Allemagne ». Mais est-ce le début d'une nouvelle ère ? Berlin va-t-il devenir pour Paris un partenaire comme un autre, et non plus le partenaire privilégié envers et contre tout ? Ce qui est déjà le cas de la France pour l'Allemagne, qui privilégie sa relation avec les États-Unis et le multilatéralisme en Europe. Emmanuel Macron va d'ailleurs rencontrer dans les prochaines semaines le Premier ministre britannique Rishi Sunak lors du prochain sommet bilatéral entre la France et la Grande-Bretagne. Paris a également déjà signé avec l'Italie (Traité du Quirinal) et l'Espagne de nouveaux traités de coopération.

« Il y a de nombreux pays avec lesquels nous avons, ces derniers temps, resserré les liens, constatant que nous avions des intérêts partagés, fait-on observer à l'Élysée. On pense évidemment à l'Inde, on pense aux Émirats arabes unis, mais aussi des pays européens : la Grèce, l'Italie et l'Espagne. Mais on pourrait bien sûr aussi décliner les relations toutes particulières que l'on a avec le Royaume-Uni et avec l'Allemagne, qui sont à amplifier et intensifier ».

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 27/01/2023 à 21:31
Signaler
l'Allemagne veux dominer l'Europe, pour y apporter une plus grande emprise US. Il lui faut donc éliminer le seul pays qui a le potentiel de bloquer des objectifs. La France. Hors un voir le plus gros pourvoyeurs d'image, de force, de finance de notre...

à écrit le 27/01/2023 à 21:31
Signaler
l'Allemagne veux dominer l'Europe, pour y apporter une plus grande emprise US. Il lui faut donc éliminer le seul pays qui a le potentiel de bloquer des objectifs. La France. Hors un voir le plus gros pourvoyeurs d'image, de force, de finance de notre...

à écrit le 23/01/2023 à 20:00
Signaler
Nous ne pouvons séparer la "panne" des projets franco-allemands de la manière dont est géré -sur le plan diplomatique- le conflit en Ukraine. Les français et les allemands ont un projet d'avion de chasse de "la 5èmes génération" en commun et les a...

à écrit le 23/01/2023 à 17:37
Signaler
Sur la chaine régionale, un arboriculteur montre l'arrachage d'un vieux vergers (des arbres fruitiers avec un gros tronc). Il profite de cet arrachage dans le reportage, pour se plaindre qu'avec l'augmentation de l'énergie et autres, il n'y arrive pl...

à écrit le 23/01/2023 à 17:35
Signaler
Bonjour, Comme toujours beaucoup font un constat amère de l'union européenne... Mais le rapprochement voulus par la france et l'Allemagne, a conduits a la création de l'union européenne, et a favoriser 75 annees de paix en Europe... Mais ne soy...

à écrit le 23/01/2023 à 14:10
Signaler
Le Président un homme de discours tjrs trop longs pour ne rien dire. Par contre étant donné le nbre de discours dont il nous abreuve comme pour des homologues si une récompense était attribuée il recevrait la médaille d'or. Un beau parleur pour la pr...

à écrit le 23/01/2023 à 12:01
Signaler
Tout le monde joue au jeu de dupe... l'Allemagne veut faire cavalier seul puisqu'elle arme déjà ses "amis" à l'Est. La France, toujours bonasse à tout faire suit sans sourciller en marchant sur les peaux de banane semées par l'Allemagne... Si la volo...

à écrit le 23/01/2023 à 12:01
Signaler
Tout le monde joue au jeu de dupe... l'Allemagne veut faire cavalier seul puisqu'elle arme déjà ses "amis" à l'Est. La France, toujours bonasse à tout faire suit sans sourciller en marchant sur les peaux de banane semées par l'Allemagne... Si la volo...

à écrit le 22/01/2023 à 19:22
Signaler
Célébrer le Traité de l'Elysée...quelle honte pour la France !!

à écrit le 22/01/2023 à 17:05
Signaler
Voilà une grande leçon le fait que l'allemagne entrave les livraisons d'armes à l'Ukraine ; PRIMO : LES PAYS qui ont acheté des armes allemandes ont la grande douleur de constater qu'elles ne peuvent pas aider un voisins agressé mortellement par le K...

le 22/01/2023 à 19:25
Signaler
@Leçon d'Histoire, merci de nous rappeler que les voyous sont à l'Est...

le 23/01/2023 à 10:14
Signaler
Lorsque vous achetez des armes aux USA ils conservent aussi la clé d'utilisation et d'exportation.

à écrit le 22/01/2023 à 16:30
Signaler
Tous les pas qui nous permettent de sortir de ce piège qu’est le couple Franco-allemand sont des pas dans la bonne direction. Assumons nos agendas, nos intérêts. Les allemands se joindront à nous si c’est leur intérêt. Pour le moment, ce n’est pas le...

à écrit le 22/01/2023 à 12:27
Signaler
Les relations intra EU et celles de la France avec son "meilleur" partenaire nécessitent une remise à plat car entre sous entendus, mauvaise compréhension et non dits, nous sommes arrivés à un point de rupture. La construction même de l'EU est devenu...

à écrit le 22/01/2023 à 12:23
Signaler
La France 🇫🇷 n’est plus fiable. L’Allemagne 🇩🇪 doit s’en écarter et poursuivre ses efforts d’émancipation.🕓🕔

le 22/01/2023 à 13:28
Signaler
Bonjour, L'Allemagne dois surtout prendre toute ses responsabilité en Europe... Mais personnes ne veux d'une allemande sur puissante dans une faible Europe... Le vœux des européennes semblent le contraire, une Europe tres puissante avec une All...

à écrit le 22/01/2023 à 11:56
Signaler
Par qui est il si mal "conseillé" ? Il ne rêve que d'un empire européen dont il serait "un jour" le "roi" ?!

à écrit le 22/01/2023 à 11:28
Signaler
Quand le micron va t-il realiser qu'il ne pese rien ? Aveugle par son ego ? Tant pis pour les gens qui l'on elu, ils paieront l'ardoise avec les autres victimes, le peuple, les sans dents et autres illettres. Pauvre pays.

à écrit le 22/01/2023 à 11:28
Signaler
Nous avons oublié que notre histoire commune fut tragique et comme le souligne Victor Hugo: les gouvernants sont parfois des bandits les peuples jamais. Désormais, il existe une amitié naturelle entre les peuples européens mise à mal par des intérêts...

à écrit le 22/01/2023 à 11:13
Signaler
Bonjour, Voila comme ils viennent de passer les 60 ans de coopérations entre la France et l'Allemagne.... L'on nous réserve un article sur les programme de développement militaire franco allemand... Mais rien sur le développement d'une defense co...

à écrit le 22/01/2023 à 10:23
Signaler
Les intérêts de l'Allemagne ne sont pas ceux de la France. Elle veut le leadership en Europe, ce qui se traduit par l'exploitation de ses voisins et une relation privilégiée et desormais dependante avec les US. Financièrement la France ne peut pas l...

le 22/01/2023 à 11:36
Signaler
L'arme atomique francaise ne vaut plus grand'chose aujourd'hui en dehors de sa reputation originelle. Les nouvelles armes Russes et Chinoises bien en avance sur les usa rebattent les cartes. Faudrait reactiver vos logiciels. Un exemple ? Si Moscou...

à écrit le 22/01/2023 à 10:02
Signaler
il n'y a pas de couple franco allemand toute les relations entre ces deux cousin sont plombe par la main mise des usa sur l'allemagne qui a efface sa dette de guerre et qui controle toute ces decisions direct ou indirecte ce que le petit napoleon...

à écrit le 22/01/2023 à 9:06
Signaler
Une bonne nouvelle ce n'est pas le moment de gaspiller l'argent tandis que les dragons célestes se sont mit en plus à carrément le manger visiblement. Que les allemands continuent de faire des aspirateurs, des laves vaisselles et des sèches cheveux, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.