Le Boeing 777X commence ses essais en vol avec plus de six mois de retard

 |   |  377  mots
(Crédits : LINDSEY WASSON)
vec plus de six mois de retard à cause , son 777X, le plus gros bi-réacteur du monde, a décollé ce samedi d'Everett, près de Seattle, pour effectuer son premier vol d'essai. Si la période de certification de se passe bien, l'avion entrera en service début 2021 chez Emirates, contre "mi-2020" comme cela était initialement prévu.

Enfin une bonne nouvelle pour Boeing embourbé dans les déboires du B737 MAX. Avec plus de six mois de retard à cause , son 777X,  le plus gros bi-réacteur du monde, a décollé ce samedi d'Everett, près de Seattle, pour effectuer son premier vol d'essai. Si la période de certification de se passe bien, l'avion entrera en service début 2021 chez Emirates, contre "mi-2020" comme cela était initialement prévu.

Plus de 400 passagers

Le 777X, qui peut transporter de 350 à 426 passagers, présente un carnet de commandes de 340 unités, principalement de la part de sept grandes compagnies aériennes, dont Emirates, Lufthansa, Cathay Pacific, Singapore Airlines et Qatar Airways. Il est censé concurrencer l'A350 de l'avionneur européen Airbus.

Le vol inaugural du 777X était initialement prévu à l'été 2019, mais avait dû être repoussé en raison de problèmes avec le nouveau moteur GE9X, fabriqué par General Electric, et de difficultés avec les ailes et la validation des logiciels.

L'avion a aussi rencontré des problèmes importants lors d'essais de pressurisation (dépassant sciemment les conditions normales d'utilisation pour s'assurer de la fiabilité du matériel) en septembre dernier.

Deux versions

Le programme 777X se décompose en deux versions dérivées des B777 actuels : le B777-8X et le B777-9X. Le premier pourra accueillir 350 passagers dans une configuration triclasses et assurer des vols de 17.200 km (9200 miles nautiques), tandis que le second pourra contenir plus de sièges (400) mais voler un peu moins loin (15 185 km soit 8.200 miles nautiques). Ces deux appareils promettent des performances impressionnantes. Elles ne peuvent d'ailleurs que l'être dans la mesure où les versions actuelles du B777, en particulier celles B777-300 ER, sont déjà considérées comme étant la référence du secteur. Selon des experts, le 777-9X, pourrait consommer 2 litres aux 100 kilomètres par passager, dans des configurations densifiées. Le 777-8X va entrer en concurrence frontale avec l'A350-1000 (350 sièges), la version allongée de l'A350, prévue en 2017, tandis que l'autre, le 777-9X, sera seul sur son marché.

C'est la version 9X qui a décollé ce jour. La version 8X doit être mis en service deux ans après le 9X.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2020 à 21:30 :
pourquoi toute la presse présente cet avion comme un nouvel appareil alors qu'il s'agit d'une version améliorée du triple 7 datant pour son premier vol de 1994. Le 777x a aussi connu de nombreux aléas lors de ses tests au sol (incident lors de la pressurisation, logiciel de bord problématique, et moteurs GE à soucis. D'ici qu'il y ait un crash comme avec le 737 max relooké.... Dommage (ou tant mieux) que l'on ne fasse pas autant le buzz avec chaque nouvelle version d'Airbus ... Soyons fair-play et souhaitons lui tout de même bon vent...
a écrit le 27/01/2020 à 21:28 :
pourquoi toute la presse présente cet avion comme un nouvel appareil alors qu'il s'agit d'une version améliorée du triple 7 datant pour son premier vol de 1994. Le 777x a aussi connu de nombreux aléas lors de ses tests au sol (incident lors de la pressurisation, logiciel de bord problématique, et moteurs GE à soucis. D'ici qu'il y ait un crash comme avec le 737 max relooké.... Dommage (ou tant mieux) que l'on ne fasse pas autant le buzz avec chaque nouvelle version d'Airbus ... Soyons fair-play et souhaitons lui tout de même bon vent...
a écrit le 27/01/2020 à 9:55 :
Sur le papier cela a l'air d'un avion très bien, mais on va se méfier de nos nerfs et attendre quelques temps avant de grimper dedans, juste au cas où ils auraient pris encore une fois des largesses avec la certification.
a écrit le 27/01/2020 à 9:19 :
Z'ont intérêt à pas se louper les Boeing boys avec leur 777 Max...
Le diable se cache toujours dans les détails, un avion moderne est d'une complexité telle que les cachettes sont nombreuses. Et il est malin le diable !
a écrit le 27/01/2020 à 8:55 :
On se demande comment cette boite est encore debout tient... si elle avait été européenne elle se serait faite déjà balayer.
Réponse de le 27/01/2020 à 19:32 :
Tout dépend du niveau de rentabilité de la compagnie. Boeing, c'est une société qui a toujours été profitable et qui a quand même fait 10 milliards de profits en 2018. Pour l'instant, la crise du max c'est 10 milliards d'impact, ça reste donc l'équivalent d'une unique année de perte des bénéfices (pour l'instant). La vache à lait a une grippe mais elle n'est pas encore morte !
Réponse de le 27/01/2020 à 19:32 :
Il existe des sociétés en Europe qui vivent encore : Orano (ex Areva), plus de 10 milliards de pertes depuis 2011. On pourrait aussi parler de la SNCF...
a écrit le 26/01/2020 à 13:08 :
C'est une bonne nouvelle, Airbus a besoin de compétiteurs.
Je vous suggère d'appeler cet avion le 777-MAX …. essayez, vous verrez, ça rend fous les gens de Boeing, alors je continue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :