Le directeur technique d'Airbus Paul Eremenko quitte l'avionneur européen

 |   |  507  mots
Paul Eremenko rejoindrait le groupe américain UTC
Paul Eremenko rejoindrait le groupe américain UTC (Crédits : Airbus)
Le directeur technique d'Airbus, Paul Eremenko quitte le groupe

Un petit tour et puis s'en va... Selon des sources concordantes, le directeur technique controversé d'Airbus, l'américain Paul Eremenko, recrue phare de Tom Enders, quitte le groupe dix-sept mois après son arrivée. D'ailleurs, lors de la signature récente du partenariat entre l'avionneur européen Airbus, l'industriel allemand Siemens et le motoriste britannique Rolls-Royce visant à développer l'E-Fan X, démonstrateur de vol dans les moteurs hybrides et électriques pour l'aviation commerciale,  il était absent. Une absence très remarquée. Paul Eremenko, qui avait été nommé en juin 2016 comme directeur technique d'Airbus, rejoint le groupe américain United Technologies Corporation (UTC), selon des sources concordantes.

UTC et Airbus confirment

UTC a annoncé dans un tweet l'arrivée de Paul Eremenko en tant que responsable de la recherche du groupe américain. Airbus a également confirmé le départ de Paul Eremenko pour la fin de 2017. Marc Fontaine, responsable de la transformation numérique, prendra la direction technique par intérim.

Avant d'être nommé directeur technique, Paul Eremenko dirigeait depuis 2015 le centre d'innovation A3 du groupe européen basé à San José en Californie. Originaire d'Ukraine, il est ingénieur en aéronautique et astronautique (M.I.T., Caltech) et a travaillé chez Google, Motorola et la DARPA, l'agence de recherche du Pentagone. "Le parcours de Paul, ingénieur aéronautique passé par Motorola et Google, est symbolique du rapprochement entre l'aérospatial et le numérique", avait estimé en septembre 2016 Marwan Lahoud, l'ancien patron de l'international d' Airbus.

Critiqué en interne

"Dans le but d'innover beaucoup plus rapidement et de se muscler en compétences digitales, Paul Eremenko a en effet fait le choix d'abandonner des projets jugés non prioritaires au profit de concepts de nouvelle mobilité urbaine (projets Voom, Vahana, CityAirbus, Pop Up...)", a expliqué mercredi FO. Mais, a poursuivi le syndicat, "jusqu'à présent nous avons vu de belles vidéos et brochures marketing mais concrètement où en est-on aujourd'hui ? L'annonce du partenariat avec Rolls-Royce et Siemens au sujet de l'E-Fan X est une bonne chose mais pour le reste, quels sont les livrables relatifs à tous ces projets ? Quid de la feuille de route de cette nouvelle stratégie d'innovation qui a désarçonné une partie des managers, salariés et chercheurs traditionnels d'Airbus ?".

En octobre dernier, la CFDT avait également critiqué Paul Eremenko, en expliquant que la R&T (recherche et technologie) traversait une "période de turbulence". Le syndicat dénonçait une réduction de près de 10% du budget R&T (53 millions d'euros) du groupe en 2017 malgré les enjeux. "La R&T ressemble aujourd'hui plus à un bateau fantôme à la dérive qu'à un vaisseau amiral", avait expliqué la CFDT dans un tract. La nouvelle feuille de route avait dû mal à se mettre en place, dénonçait également le syndicat. "Le sentiment d'inefficacité et de gâchis prévaut", avait alors estimé la CFDT. Le départ de Paul Eremenko ne sera peut être pas pleuré par tous en interne...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2017 à 11:35 :
Le dicton c'est: "on ne change pas une équipe qui gagne". Mais dans les faits une grande entreprise qui marche bien a toujours tendance à un moment à se tirer une balle dans le pied en remplaçant des cadres confirmés et efficaces par quelques "danseuses" venues de l'extérieur, surtout si ce celles ci sont spécialistes du dernier avatar technologique à la mode. Ceci en est un nouvel exemple. Pour moi un avion çà reste des ailes, une cellule, des moteurs et beaucoup d'avionique programmée en ADA ou C++, pas en javascript. Qu'est ce que l'aéronautique a à faire de la mobilité urbaine?
a écrit le 02/12/2017 à 22:48 :
Je connais bien ce phénomène en entreprise : le type arrive , il reste 3 ans , livre le projet et se barre dans un autre poste ... Le projet part en sucette ,est inmaintenable , bourré de bugs ... , les experts essayent tant bien que mal de rafistoler le bordel généré ... pendant que le responsable de ce bordel a été PROMU à un nouveau poste où il reproduira le même schéma ... C'est à mon sens une des RAISONS MAJEURES de l'inefficience des GROSSES BOITES ...
a écrit le 02/12/2017 à 7:57 :
Se monsieur a certe un bagage de savoir faire très intéressante, mais lors de sont brefs passage , il n'a rien fait de particuliere ( dans tous les cas à la lecture de cette articles) ...
Je regrette le peux de proges et dè devellopement de airebus sur certain domaine ( nouveau propulseur, carburants, voilures spécifiques ) ou dans le devellopement d'ancien concept ( Zeppelin, décollage vertical ) ....
Cette entreprise dois impérativement créé plus de prototype novateur , afin de trouver des domaines prometteur d'expansion future....
Réponse de le 03/12/2017 à 17:43 :
Heureusement que vous êtes là Roger pour donner des idées du futur à Airbus. Effectivement, le zeppelin à décollage vertical, voilure super critique et fonctionnant à l'électricité générée par une chaudière à charbon embarquée manque dans les projets. La place de Paul étant vacante à terme, présentez vous, on ne sait jamais.....
a écrit le 01/12/2017 à 10:45 :
...autre impact lié à son depart: un perte de chiffre d'affaire de certains night clubs Toulousains !
Réponse de le 01/12/2017 à 19:54 :
Il n'est pas avéré que Paul est passé beaucoup de temps à Toulouse. Quant aux night clubs toulousains disons qu'il s'agissait plutôt ouverts aux amitiés masculines. D'ailleurs l'ami Paul ne s'en cachait pas.....Etait-ce bien très 'ethic and compliance....?'
a écrit le 30/11/2017 à 22:19 :
Paul Eremenko n'a jamais passé plus de 2 ans dans la même entreprise donc un CV prestigieux mais un gros problème quelque part au niveau de la stabilité.
a écrit le 30/11/2017 à 20:07 :
Et par qui qu'il l'a remplacé le Tom? Par un autre moulin à vent champion de la digitalisation (tu verrais la tête qu'elle a la digitaaaaalisation dans la crêmerie) et sans aucune formation technique. Comme dit le Canard, encore un franchissement du mur du c...n. Ils ne son pas sortis des ronces chez Airbus....
a écrit le 30/11/2017 à 16:42 :
Etre DISRUPTIF et puis PARTIR
TOM ENDERS avait à mon sens pour objectif de cette venue de SECOUER l'engineering de la division Avions Civils d'AIRBUS essentiellement basé à TOULOUSE.
OBJECTIF REUSSI : Xavier CHAMPION-patron de l'entité- est parti , l'EFAN version 1.0 largement subventionné par de l 'argent publique français( on parle de 30M€) a été arrêté, la technologie la plus prometteuse de propulsion - à savoir l'hybride- et ses développements pour le successeur de l'A320 et l'ATR est passé sous le giron de SIEMENS et ROLLS ROCYE avec un grand silence embarrassé des Français...
CHERCHER L'ERREUR ... MERCI TOM
a écrit le 30/11/2017 à 11:26 :
Allez chercher un américain pour le mettre patron de la recherche chez Airbus il faut le faire
Et en plus il a fait du google etc... de la com quoi . C'est dans l'air du temps mais une catastrophe pour l'industrie , la vraie. Les chinois ne se trompent pas la technique c'est la technique et pour eux les ingénieurs sont plus importants que tous les autres marketeurs communicants , pseudo financiers ," satrategeurs " etc...
Airbus a été construit par des ingénieurs c'est pour ça que ça a marché ( merci monsieur Latreille...) Qui veut casser Airbus des guignoles ... redescendez sur terre et arrêtez de vouloir faire confiance à des POAN de la communication. Pour eux déployer leur meilleurs arguments c'est la roue .Ils font la roue , puis plus rien.Ah!!! je rigole. on était pas mauvais dans les années 90, 2000. bon courage à tous.
Réponse de le 30/11/2017 à 11:52 :
"Les chinois ne se trompent pas la technique c'est la technique et pour eux les ingénieurs sont plus importants que tous les autres marketeurs communicants , pseudo financiers ," satrategeurs " etc."

Hé oui le fonctionnement de base est respecté tandis que nos multinationales européennes ne sont plus que force de vente (ou ventes forcées même) et protection juridique.

Forcément à terme c'est un désastre. Politiciens et hommes d'affaires européens copulent bien trop ensemble depuis trop de temps les uns ont prit les tares des autres sans se débarrasser des leurs.
Réponse de le 30/11/2017 à 19:52 :
Salut lapin ,
Heureusement qu'il y avait un nommé Bernard LATHIERE pour vendre les A300 et convaincre AMSTRONG chez Eastern d'en prendre 25 , car sinon avec vos ingénieurs AIRBUS aurait fait le meme bide que Concorde . Cela ne sert à rien de faire le meilleur avion ou autre...du monde si on est incapable d'en vendre . Péché d'orgueil bien français .
a écrit le 30/11/2017 à 9:42 :
il ne sera effectivement pas regretté par l'ensemble du personnels de Etablissement de SURESNES ou il a plongé dans le désaroi et traité avec mépris l'ensemble des salariés.

a ce jour la ReT n'existe plus et les meilleurs éléments quitte le groupe avec un gout d'amertume en bouche.

son départ ne réparera pas le mal causé....
a écrit le 30/11/2017 à 7:39 :
Manifestement cet homme n'est pas qu'ingénieur en aeronautique et astronautique....il l'est aussi en désorganisation...mais eu égard à son parcours ne serait-il pas plus simplement un agent de la CIA....ceci expliquant cela?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :